Albéric Bourgeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albéric Bourgeois
Description de cette image, également commentée ci-après
vers 1929
Naissance
Montréal Drapeau du Canada Canada
Décès
Nationalité Canadienne
Profession
Autres activités

Compléments

Albéric Bourgeois est un caricaturiste, illustrateur ainsi qu'un scénariste et dessinateur québécois de bande dessinée né le à Montréal au Québec et décédé le à l'âge de 86 ans.

Il est l'un des pionniers de la bande dessinée québécoise et de la caricature au Québec. Albéric Bourgeois est également le premier à réaliser en 1904 pour le journal québécois La Patrie une bande dessinée avec des phylactères en français, soit vingt ans avant le premier européen francophone.

Albéric Bourgeois est également renommé pour ses caricatures éditoriales dans le quotidien montréalais La Presse de 1905 à 1954.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les Aventures de Timothée, extrait (La Patrie, 30 janvier 1904).

Albéric Bourgeois est le fils de Pierre-Lévis Bourgeois, typographe de métier. Il étudie en art au Conseil des arts et manufactures de Montréal ainsi qu'à l'école de l'Art Association of Montreal. En 1902, Bourgeois s'installe à à Boston aux États-Unis pour peindre des décors destinés au Grand Opéra et travaille comme illustrateur pour le Boston Post, où il publie le comic strip The Education of Annie.

En 1903, Israël Tarte, directeur de La Patrie, le convainc de revenir à Montréal afin de créer dans son journal une caricature quotidienne ainsi qu'une page de bandes dessinées les fins de semaine[1]. Bourgeois crée ainsi la série Les Aventures de Timothée à partir du 30 janvier 1904 et y insère des phylactères, prenant exemple sur les comic strips américains[2]. Selon le spécialiste et historien de la bande dessinée québécoise Michel Viau (1999), c'est la toute première fois que des phylactères sont publiés dans une bande dessinée en langue française, thèse confirmée par une autre historienne de la BDQ, Mira Falardeau (2000)[3],[4]. Bourgeois devance ainsi de plus de vingt ans Alain Saint-Ogan, le premier européen francophone à faire usage des phylactères dans ses bandes dessinées en 1925 pour la série Zig et Puce.

Baptiste

Albéric Bourgeois rejoint ensuite le quotidien La Presse en 1905, journal où il travaille jusqu'à sa retraite en 1954. Toutefois, son Thimotée continue d'exister dans La Patrie et sous sa direction mais dessiné cette fois par Th. Busnel jusqu'en septembre 1908, et il fera de même avec La Famille Citrouillard jusqu'en 1906, en alternance cette fois avec René-Charles Béliveau (1872-?) : les deux dessinateurs, Busnel et Béliveau, mêleront même les deux univers à titre occasionnel[5].

Pendant les années 1905-1909, il crée plusieurs séries de bandes dessinées (Zidore, Toinon et Polyte, Les fables du Parc Lafontaine, Lili, Le Petit monde, Pitou et son grand-papa). En 1915, toujours dans La Presse, il crée L'Éducation de Pierrot (une reprises des gags de The Education of Annie), premier strip quotidien québécois, sous le pseudonyme de Max. Mais sa réalisation la plus connue est sans conteste Les Aventures de Ladébauche, d'après le personnage du Père Ladébauche créé par le caricaturiste Hector Berthelot, et adapté en bande dessinée par Joseph Charlebois, dans La Presse de 1904 à 1905. Bourgeois raconte les exploits du Père Ladébauche sous la forme de BD, de caricatures, mais, surtout, de chroniques illustrées.

Dans les années 1920 et 1930, il participe à des spectacles de cabarets (Le Matou botté) et à des émissions de radio (Le tour du monde de Joson et Josette) avec les personnages qu'il a créé. Après avoir pris sa retraite, il est honoré dans son milieu et gagne des prix universitaires. Il meurt le .

Le fonds d'archives d'Albéric Bourgeois est conservé au centre BAnQ Vieux-Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Périodiques[modifier | modifier le code]

Journaux

Livres[modifier | modifier le code]

  • Le Chantier de Québec, recueil de caricatures, 1924
  • Nos immortels, par Germain Beaulieu. Caricatures de Albéric Bourgeois, Montréal, A. Lévesque, 1931, 156 p.
  • Albéric Bourgeois, caricaturiste, de Léon-A. Robidoux, préfaces de Normand Hudon et de Robert LaPalme, 1978, VLB éditeur et Médiabec, Montréal (291 pages abondamment illustrées par les caricatures et quelques bandes dessinées de Bourgeois reprises des journaux de l'époque)
  • Les voyages de Ladébauche autour du monde, textes et illustrations de Albéric Bourgeois, préface de Léon-A. Robidoux et de Victor-Lévy Beaulieu, 1979, VLB éditeur, Montréal
  • Mémoires de l'homme le plus fort du monde, autobiographie de Louis Cyr, illustrations de Albéric Bourgeois, 1980, VLB éditeur, Montréal.

Références[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bibliothèque et Archives Canada.
  2. Jacques Dürrenmatt, Oralité et bande dessinée au XIXe siècle
  3. « La BD française est née au Canada en 1904 », par Mira Falardeau, dans Communication et langage no 126, 2000, p. 23-26 — article numérisé sur persee.fr.
  4. [PDF] « Les débuts de la bande dessinée québécoise de 1904 à 1908 dans La Patrie et La Presse », par Mira Falardeau, dans Chroniques de la Bibliothèque nationale du Québec no 60, été 2004, p. 20-23.
  5. [PDF] « La naissance de la bande dessinée de langue française », par Mira Falardeau, dans Communication, volume 20/1, 2000, p. 194-213 — Département d’information et de communication à l’Université Laval (Québec).
  6. Fonds Albéric Bourgeois (MSS346) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]