Alaska y Dinarama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alaska y Dinarama
Autre nom Dinarama
Pays d'origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre musical Pop rock, new wave, disco, acid house, glam rock
Années actives 1982-1989
Labels Hispavox, EMI Group
Composition du groupe
Anciens membres Alaska
Nacho Canut
Carlos Berlanga (†)
Ángel Altolaguirre
Jorge Arbolés
Juan Carlos Aured
Johnny Canut
Ana Díaz
Luis Carlos Esteban
Javier González de Amezúa
Luis Miguélez
Marcos Mantero

Alaska y Dinarama est un groupe de pop rock espagnol, originaire de Madrid. Une des chanteuses du groupe était Alaska[1]. Formé en 1982, le groupe atteint son plus haut niveau de popularité au milieu des années 1980. En 1989, après quatre albums studio et une compilation, il se dissout pour céder la place à la carrière solo de ses membres[2]. Il est considéré comme l'un des groupes de pop espagnole les plus connus des années 1980 en Espagne et dans une partie de l'Amérique du Sud, en particulier le Mexique[3].

Initialement, Dinarama (stylisé Dynarama dans ses premiers concerts)[4] recrute Carlos Berlanga (guitare)[5], et Nacho Canut à la basse[6], après la dissolution de leur ancien groupe, Alaska y los Pegamoides[7]. Peu de temps après sa formation[8], à la fin 1982, Alaska est recrutée au chant[9].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et Canciones profanas (1982-1983)[modifier | modifier le code]

Siouxsie Sioux a influencé le chant d'Alaska.

En 1982, Alaska y los Pegamoides, le groupe qui faisait participer Alaska, Eduardo Benavente, Carlos Berlanga, Nacho Canut, et Ana Curra, entrent dans un processus de « chronique d'une mort annoncée ». Alaska souhaitait à la fois entamer une carrière solo, mais aussi intégrer un nouveau groupe. Nacho Canut, associés aux membres de Pegamoides, formera Parálisis Permanente (avec Benavente et Curra). Au final, ils décident d'intégrer le nouveau groupe de Carlos Berlanga, Dinarama. Alaska y los Pegamoides joue son dernier concert le 26 novembre 1982 au Sala Yoko Lennon's de Bilbao[10].

Après quelques changements de formation et de tests, la première performance de Dinarama s'effectue à la fin de 1982 avec Carlos Berlanga (voix et guitare), Nacho Canut (basse et chœurs), Johnny Canut (batterie), Javier de Amezua (saxophone) et, comme choristes et danseurs, Mavi Margarida (ex-chanteur du groupe Línea Vienesa) et Javier Furia. Carlos Berlanga et Nacho Canut souhaitent, à cette période, intégrer une voix féminine à Dinarama. Alaska, de son côté, sans groupe, établit plusieurs possibilités : faire un album solo inspiré par le Moyen Âge et le Camino de Santiago, ou former un groupe. Elle commence à répéter avec PVP, groupe de rock originaire de Madrid. Son manager, Pito, lui proposera enfin de collaborer avec Dianarama. Bien qu'elle ne soit pas complètement convaincue par le groupe, elle décide d'y aller, sachant que deux de ses amis de l'ancien groupe Pegamoides y sont. Au début, il s'agissait d'une collaboration, mais elle en devient rapidement la chanteuse officielle[11]

Carlos devant effectuer son service militaire, il est remplacé par Ángel Altolaguirre, plus tard producteur de leur premier album. Alaska choisira le style musical de l'album, le rock gothique[12]. En mai 1983 sort Canciones profanas[13] et lance sa tournée Dinarama + Alaska, qui coïncide en parallèle avec la mort tragique d'Eduardo Benavente dans un accident de la route[14]. Les deux premiers singles de Dinarama incluent Crisis, publié au label Hispavox, et Perlas ensangrentadas.

Deseo carnal et fin (1984-1989)[modifier | modifier le code]

Leur deuxième album est enregistré au cours de l'été 1984. Timana les rejoint à la percussion et les morceaux d'instruments à vents sont arrangées par Tom Parker.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Canciones profanas
  • 1984 : Deseo carnal
  • 1986 : No es pecado
  • 1989 : Fan fatal

Compilation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://eurock.blogs.liberation.fr/2012/04/26/alaska-y-dinarama/
  2. (es) « Biografía de Alaska y Dinarama », sur lafonoteca.net (consulté le 9 août 2017).
  3. (es) « ¿Qué pasó con Alaska y Dinarama? El grupo español que no le gustó a Raúl Velasco », sur TVNotas, (consulté le 9 août 2017).
  4. (es) « Nacho Canut y la Movida », sur blogs.ua.es (consulté le 9 août 2017).
  5. (es) Martín Fernando, « Carlos Berlanga, figura del pop de los ochenta, muere a los 42 años », sur Diario El País, (consulté le 9 août 2017)
  6. (es) « La movida más oculta de Carlos », sur www.elmundo.es (consulté le 9 août 2017)
  7. (es) Erlantz, « Historia de la musica Rock - Alaska y Dinarama », sur historiasderock.es.tl (consulté le 9 août 2017).
  8. (es) Jesús Ordovás, « Recordando a Carlos Berlanga », sur Efe Eme, (consulté le 9 août 2017).
  9. (es) Mikel López Iturriaga, « Alaska: “Todo lo que me gusta es ‘contra natura” », sur Diario El País, .
  10. (es) « Biografía de Alaska y los Pegamoides », sur lafonoteca.net.
  11. (es) Rafael Cervera Torres, Alaska y otras historias de la movida, Penguin Random House Grupo Editorial España, (ISBN 9788401305597, lire en ligne).
  12. (es) « LaFonoteca, Disco: Canciones Profanas », sur lafonoteca.net (consulté le 9 août 2017).
  13. (es) « Qué noche la de aquel año - 1983 » (consulté le 9 août 2017).
  14. (es) Portela, Lino, « “Era mi fragilidad lo que les ponía” », sur Diario El País, .

Liens externes[modifier | modifier le code]