Alanis Obomsawin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alanis Obomsawin, née le 31 août 1932, est une cinéaste documentariste abénaquise (Canada)[1].

Cinéaste prolifique et reconnue internationalement, elle a réalisé, produit et scénarisé plusieurs documentaires avec l'ONF sur la culture et l'histoire des amérindiens. Le plus connu est sans doute Kanehsatake : 270 ans de résistance (en), le premier de quatre documentaires traitant de la Crise d'Oka de 1990 qui gagna 18 prix de par le monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alanis Obomsawin est née au New Hampshire sur sol Abénaquis. À l'âge de six mois, sa mère et elle sont retournées vivre à la réserve Odanak au Nord-Est de Montréal où ils vécurent 9 ans. Son cousin du côté maternel, Théophile Panadis, l'initia à l'histoire de la nation Abénaquis et lui appris plusieurs chansons et légendes. À l'âge de 10 ans, ils quittèrent Odanak pour s'installer à Trois-Rivières. Parlant peu le français et aucunement l'anglais, et étant la seule famille amérindienne du quartier, elle s'y sentait isolée et se concentra sur ses légendes et chansons apprises à Odanak.

En 1960, à New York, elle débuta sa carrière comme chanteuse. Elle a fait plusieurs tournées comme auteure/compositeure aux États-Unis, au Canada et en Europe, se présentant sur scène dans les campus universitaires, musées, prisons et centres artistiques, pour contribuer à des causes humanitaires ainsi qu'à des festivals folkloriques. En 1988, elle grava l'album Bush Lady incluant plusieurs chansons traditionnelles Abenakis et quelques pièces nouvelles.

C'est en 1967 qu'elle a reçu l'opportunité de travailler pour l'ONF à la suite d'une invitation des producteurs Joe Koenig et Bob Verrall, après qu'ils l'eurent vue à la télévision. La chanteuse a servi de conseillère pour un film sur les autochtones. En 1969 elle a eu une fille, qu'elle a nommée Kisos Obomsawin. Au fil des années, malgré son travail à de multiples niveaux en cinéma, elle a continué à faire de la scène, et a persévéré dans ses activités de lutte pour son peuple. Elle a aussi enseigné durant la session d'été à l'Institut de Film et de Télévision.

En plus de ses talents de chanteuse, conteuse et cinéaste, depuis 1982 elle crée des gravures et lithographies qu'elle a présentées au Canada et en Europe. Son thème fréquent est l'imaginaire « mère et fille », et elle tire son inspiration de ses rêves, des « esprits animaux », des événements historiques et de la mémoire de ses ancêtres. En 2007, elle présente ses pièces à la « Maison historique Antoine-Lacombe »[2], dans Lanaudière.

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme réalisatrice-scénariste-productrice[modifier | modifier le code]

comme réalisatrice-scénariste[modifier | modifier le code]

1979 : Vignette du Canada : Le riz sauvage

  • 1991 : Le Patro Le Prévost : 80 ans après

comme réalisatrice[modifier | modifier le code]

  • 1971 : Christmas at Moose Factory
  • 1977 : Amisk
  • 1979 : Gabriel Goes to the City
  • 1980 : Canada Vignette: June in Povungnituk - Quebec Arctic
  • 1987 : La Maison Poundmaker : la voie de la guérison
  • 1988 : A Way of Learning
  • 1992 : Walker (film, 1992)|Walker
  • 2005 : Sigwan
    Sur la piste d'une fille aidée par les animaux de la forêt
  • 2006 : 2006 Waban-Aki : peuple du soleil levant
    Les habitants et histoires de Odanak, sa propre réserve
  • 2007 : Gene Boy revient chez lui (en)
    L'expérience de la Guerre du Viêt Nam vu par Eugene Benedic, un jeune vétéran
  • 2013 : Hi-Ho Mistahey! (en)
    Documentaire consacré au mouvement canadien Shannen's Dream (en), qui milite pour l'amélioration du financement des établissements scolaires principalement fréquentés par les enfants des Premières Nations.

comme compositeur[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Charley Squash Goes to Town
  • 1981 : Luna, Luna, Luna

comme actrice[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Eliza's Horoscope : Indian Maiden

Extraits filmographiques[modifier | modifier le code]

  • 1984 - Entretien dévoilant l'acquisition des droits à la Chanson d'Édith Butler « Escarmouche à Restigouche onf.ca »

Honneurs et titres[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Radio-Canada : Alanis Obomsawin, cinéaste
  2. Maison Antoine-Lacombe
  3. « Alanis Obomsawin : Grande officière (2016) », sur Ordre national du Québec, (consulté le 25 novembre 2016)
  4. (en) Barry Hertz, « Alanis Obomsawin wins 2016 Technicolor Clyde Gilmour award », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne)
  5. Zone Arts - ICI.Radio-Canada.ca, « Montréal honore Dany Laferrière, Yannick Nézet-Séguin et Françoise Sullivan », sur Radio-Canada.ca (consulté le 26 novembre 2017)
  6. « Vingt Montréalaises d’exception nommées «Bâtisseuses de la Cité» », TVA Nouvelles,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]