Alan Parsons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alan Parsons
Alan Parsons 2017-05-19 ap0033cwo.jpg
Alan Parsons en 2017.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Kelty MacLeod (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Instruments
Clavier électronique (en), guitareVoir et modifier les données sur Wikidata
Label
Genres artistiques
Sites web
Discographie
Alan Parsons discography (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alan Parsons, né le dans le quartier londonien de Willesden, est un musicien, ingénieur du son et producteur anglais. Il est surtout connu pour avoir fondé avec l'écossais Eric Woolfson le groupe Alan Parsons Project.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Willesden, un quartier du district londonien de Brent[1].

Derrière la console[modifier | modifier le code]

Alan Parsons débute chez EMI en tant qu'ingénieur du son et passe rapidement à l'enregistrement des musiciens et des groupes rock aux studios d'Abbey Road. Il commence sa collaboration avec les Beatles le comme opérateur de ruban sur l'album Let It Be, ainsi que lors de leur concert sur le toit de l'immeuble d'Apple Records en [2]. Il fit aussi partie de l'équipe technique pour l'album Abbey Road.

Sa notoriété étant désormais assurée dans le milieu musical, Parsons travaille par la suite avec Al Stewart sur Year of the Cat, Paul McCartney sur Wild Life et Red Rose Speedway, ainsi que Pink Floyd, sur Atom Heart Mother en tant qu'assistant ingénieur du son, puis sur The Dark Side of the Moon en 1973. En 1974, il produit le premier album du nouveau groupe Pilot (en), From the Album of the Same Name (en), duquel est tiré le succès Magic (en). Deux autres albums Second Flight en 1975 et Two's A Crowd en 1977 sont produits par Parsons ; entre-temps, les musiciens de Pilot sont invités à jouer avec le groupe The Alan Parsons Project.

The Alan Parsons Project[modifier | modifier le code]

En 1976, Parsons fonde son propre groupe avec Eric Woolfson : The Alan Parsons Project. Son premier album est Tales of Mystery and Imagination, en hommage à l'écrivain Edgar Allan Poe, une réalisation qui le fait connaître aux États-Unis. Son deuxième album est lui aussi inspiré par la littérature puisqu'il s'agit de I Robot, tiré du livre I, Robot d'Isaac Asimov. Par la suite, le succès se prolonge avec Pyramid en 1978. Cela lui permet d'enregistrer Eve à Nice. Il enregistre ensuite The Turn of a Friendly Card à Paris. En 1982, il sort Eye in the Sky, son plus grand succès, dont la chanson titre (numéro trois aux États-Unis) ne se démodera pas. Puis viennent Ammonia Avenue, dont est tiré un autre de ses plus grands succès : Don't Answer Me en 1984. Suivent Vulture Culture en 1985, Stereotomy en 1986 et Gaudi en 1987. Il collabore aussi très activement à un autre album : Freudiana, sorti en 1990, réalisé par son ex-« complice » Eric Woolfson. Alan Parsons travaille également sur la bande originale du film Ladyhawke produite par son chef d'orchestre attitré, Andrew Powell.

Il collabore ensuite à d'autres albums et abandonne le nom de The Alan Parsons Project pour celui d'Alan Parsons, à la suite du départ d'Eric Woolfson. En 1994, il sort Try Anything Once, puis en 1996, On Air qui sort en deux versions (CD DTS 5.1 et CD plus cédérom bonus), puis The Time Machine (en) en 1999, auquel participent, entre autres, Tony Hadley (la « voix » de Spandau Ballet) sur la chanson Out of the Blue, Máire Brennan (chanteuse et harpiste de Clannad) sur la pièce The Call of the Wild, et Beverley Craven sur The Very Last Time. En 2004, Parsons rassemble plusieurs de ses collaborateurs habituels pour créer l'album A Valid Path, de facture techno-pop. On y retrouve des reprises de Mammagamma (originellement sur Eye in the Sky) et de A Dream Within a Dream / The Raven (d'abord sur Tales of Mystery and Imagination). Sur ce dernier album en date, il accueille également de nombreux invités dont David Gilmour (guitariste de Pink Floyd) sur Return to Tunguska, ou même John Cleese des Monty Python sur Chomolungma.

Certains membres du Project ont formé Keats (en) et n'enregistrent qu'un seul album identifié simplement au nom du groupe. Produit par Parsons, les musiciens présents sont Peter Bardens du groupe Camel aux claviers et Colin Blunstone au chant, accompagnant Ian Bairnson aux guitares, David Paton à la basse et Stuart Elliot à la batterie. L'album contient aussi une entrevue de seize minutes avec Parsons et Bairnson.

Aujourd'hui, Alan Parsons est un ingénieur du son reconnu, travaillant avec les dernières technologies, dont le format multipistes 5.1. Il vit à Santa Barbara en (Californie) avec sa famille.

Le groupe The Alan Parsons Project a paradoxalement connu peu de succès dans son pays d'origine, la Grande-Bretagne, ses meilleures ventes ayant eu lieu en Europe continentale (notamment en France et en Allemagne), ainsi qu'en Amérique du Nord.

Retour à une carrière solo[modifier | modifier le code]

En 2013, Alan Parsons est producteur associé et ingénieur du son sur le troisième album solo de Steven Wilson (chanteur du groupe new prog / metal progressif Porcupine Tree), intitulé The Raven That Refused to Sing (And Other Stories). Outre Wilson aux chant, claviers et guitare, on retrouve Guthrie Govan à la guitare, Marco Minnemann à la batterie, Nick Beggs à la basse, au stick et aux chœurs, ainsi que Jakko Jakszyk au chant sur deux titres.

En 2019, Alan Parsons sort The Secret, sur le label Frontiers Records. On y entend, entre autres : Jason Mraz, Lou Gramm, P.J. Olsson, Steve Hackett, Ian Bairnson, Nathan East, Vinnie Colaiuta.

Le 15 juillet 2022, un nouvel album est publié sur le même label, intitulé From the New World. Il met encore une fois en vedette plusieurs musiciens invités tels que Joe Bonamassa, David Pack (en) et James Durbin[3]. La sortie de l'album devait coïncider avec une série de concerts en Europe mais l’état de santé d’Alan Parsons l’a contraint à annuler sa tournée[4].

Des rééditions en vinyle 180 grammes des albums I Robot et Eye in the Sky ont aussi été annoncées pour cette même année[5].

Discographie[modifier | modifier le code]

The Alan Parsons Project[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1983 : The Best of the Alan Parsons Project
  • 1988 : The Best of the Alan Parsons Project, Vol. 2
  • 1988 : The Instrumental Works
  • 1995 : Extended Versions: The Encore Collection Live
  • 1997 : The Definitive Collection
  • 1999 : Master Hits - The Alan Parsons Project
  • 1999 : Greatest Hits Live = Best of Live
  • 1999 : Eye in the Sky – Encore Collection
  • 2000 : Gold
  • 2002 : Works
  • 2007 : The Essential - 2 CD

Alan Parsons[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums en public[modifier | modifier le code]

Disques techniques[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Alan Parsons & Stephen Court - Sound Check - Disque de sons pour réglages et contrôles de chaînes Hi-Fi (92 pistes)
  • 1995 : Alan Parsons & Stephen Court - Sound Check 2 - Disque de sons pour réglages et contrôles de chaînes Hi-Fi (99 pistes)

Ingénieur du son[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alan Parsons, producteur de musique, allfamous.org
  2. (en) Tim Hill, The Beatles : Then There Was Music, Trans Atlantic Press, (ISBN 9781907176586), p. 340
  3. (en) Martin Kielty, « Alan Parsons to Release New Album, 'From the New World' », sur Ultimate Classic Rock (en), (consulté le )
  4. « Foire aux vins d'Alsace. Le concert d'Alan Parsons live project annulé », sur www.dna.fr (consulté le ).
  5. (en) Corey Irwin, « Alan Parsons Project Reissuing 'I Robot' and 'Eye in the Sky' », sur Ultimate Classic Rock, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :