Alaincourt (Haute-Saône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Azincourt.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alaincourt.

Alaincourt
Alaincourt (Haute-Saône)
L'église Saint-Nicolas.
Blason de Alaincourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Jussey
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Comté
Maire
Mandat
Michel Broutchoux
2014-2020
Code postal 70210
Code commune 70010
Démographie
Gentilé Alaincourtois - Alaincourtoises
Population
municipale
116 hab. (2016 en augmentation de 23,4 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 34″ nord, 6° 06′ 08″ est
Altitude Min. 235 m
Max. 285 m
Superficie 5,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Alaincourt

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Alaincourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alaincourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alaincourt

Alaincourt est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Alaincourt
Selles Pont-du-Bois
Alaincourt Vauvillers
Montdoré

Toponymie[modifier | modifier le code]

« En 1275, le village se nommait Halaincort, puis en 1452 Hallaincourt. L’appellation vient du nom d’une personne germanique, Hallin, et de cort qui signifie exploitation rurale[1] ».
Est écrit Hallaincour dans un arrêt de 1702[2].

Les Alains s’allièrent aux Vandales et entamèrent un périple dévastateur qui les conduira jusqu’en Hispanie et en Afrique du Nord. Certains d’entre eux serviront d’auxiliaires aux Romains, notamment contre Attila. Ce sont sans doute ces derniers qui ont laissé leur nom à Alaincourt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale montrant en rouge les communes de la communauté de communes de la Haute Comté.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis la Révolution française du canton de Vauvillers[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Jussey.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de la Haute Comté, créée le et qui succède à trois petites intercommunalités.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989   André Morel[4]   Démissionnaire
  2014 Hervé Nictou[5]    
avril 2014[6] En cours Maurice Broutchoux LR Retraité agricole

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune a obtenu une fleur en 2015 au Concours des villes et villages fleuris[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2016, la commune comptait 116 habitants[Note 1], en augmentation de 23,4 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210239252253214220214232241
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
217207193193181186183171160
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
159153146143131123120103121
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
10892827285899296110
2016 - - - - - - - -
116--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le lavoir.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Nicolas date des XVe et XVIe siècles, dont la façade et la première travée ont été démolies en 1840 et la façade reconstruite dans un style différent. À gauche de l’autel, on trouve une armoire eucharistique, style flamboyant à tympan, fermée par un quadrillage en fer rond et ouverte sur l’extérieur[1].
  • Lavoir et auges d’abreuvoir au Pré la Pate[1].
  • La commune compte trois fontaines[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Alaincourt Blason D'azur à trois lis de jardin tigés d'argent, leurs pistils d'or mouvant d'un cœur du même ; chapé-ployé d'argent à deux cors de chasse de gueules affrontés par les pavillons, enguichés, virolés, embouchés et pavillonnés de sable.
Détails
Armoiries conçues par M. Nicolas VERNOT, adoptées par la municipalité le .
Alias
Alias du blason de Alaincourt
D'or à la bordure d'azur chargée de huit besants d'or.
Les armoiries en alias, attribuées à la commune par M. Camille HEIDET, sont en réalité tirés de l'ouvrage « Le Blason des Armoiries » de M. Hiérosme de Bara, et n'ont jamais eu le moindre lien avec la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Le patrimoine raconté », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (c.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2016/08/09/le-patrimoine-raconte).
  2. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90010011/f1.item.r=alaincourt.zoom
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Au service de sa commune », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Le maire, Hervé Nictou, le conseil municipal et les habitants d’Alaincourt sont tristes de la disparition de leur ancien maire, André Morel.
    En 1976, André (Dédé), s’installe au village. En 1983, il est élu conseiller municipal et aux élections suivantes, en 1989, il devient maire. Il fera trois mandats et devra démissionner lors du 4e , pour raison de santé. »
    .
  5. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône , consultée le 18 juillet 2013
  6. « Michel Broutchoux en fonction », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Michel Broutchoux, nouveau maire, est natif du village où il a passé sa scolarité et sa jeunesse.
    Marié, il exerça le métier d’agriculteur jusqu’à sa retraite, il y a 7 ans. Élu conseiller depuis 1977 (avec une interruption de 6 ans), il devient adjoint lors du dernier mandat »
    .
  7. « En compétition pour une deuxième fleur », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.