Alain Serrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alain serrie)
Aller à : navigation, rechercher
Alain Serrie
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Alain Serrie, né en 1952, est un médecin français, président fondateur de Douleurs sans frontières.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en médecine, il a commencé sa carrière en tant qu’anesthésiste-réanimateur à l'hôpital Lariboisière. Il a ensuite passé un DEA de neurosciences, puis un doctorat de sciences avec félicitations du jury. Il a été reçu lauréat de l'Académie nationale de médecine en 1991. Il est titulaire d’un DIU de sciences économiques et sociales de la santé, obtenu à l'université Paris VII, et a reçu l’habilitation à diriger les recherches avec mention très honorable. Il a également suivi les cours de l’École de management pour les médecins des hôpitaux (EMAMH), promotion 2000.

Militant contre la douleur par vocation, il a mené de nombreuses recherches dans ce champ, en France comme à l’étranger (Grande-Bretagne, Belgique, États-Unis) sur le terrain ou dans des laboratoires (INSERM U26 du professeur Bourre, …). Il a dirigé plusieurs enquêtes sur les pratiques de prise en charge de douleurs dans les hôpitaux et participé à de nombreux essais thérapeutiques dans ce domaine. Il a été à plusieurs reprises coordonnateur national d’enquêtes scientifiques. Il a également travaillé sur ces sujets dans plusieurs cabinets ministériels en tant que chargé de mission (mise sur pied du plan gouvernemental contre la douleur). Il est actuellement responsable du département Diagnostic et traitement de la douleur à l’hôpital Lariboisière.

Très impliqué dans l’enseignement universitaire, il est à l’origine du premier enseignement ouvert sur la douleur en France et a participé à la réalisation d’outils pédagogiques et à de nombreuses missions d’expertises nationales et internationales autour de la prise en charge de la douleur.

Il est membre de plusieurs sociétés savantes, telles que le Collège national des médecins de la douleur, le Collège de médecine des hôpitaux de Paris, l’American Pain Society, le GEM (Groupe d’expertise de la migraine), la Société française de neurologie, la Société d’études et de traitement de la douleur, la Société française d’études des migraines et céphalées, l’International Headache Society et est Président du comité d'organisation des États Généraux de la douleur.

Il a souhaité créer Douleurs sans Frontières (DSF) en 1995 avec quatre autres médecins qui participaient comme lui à des missions humanitaires, parce qu’il considère que la lutte contre la douleur doit être universelle et qu’il est nécessaire de transmettre aux pays en voie de développement le savoir-faire acquis en occident dans ce domaine. Grâce aux missions qu’effectuent bénévolement médecins et personnels de santé français, DSF prend désormais en charge chaque année 75 000 patients dans le monde et dispense 1 000 heures de formation aux équipes médicales locales. DSF a organisé pour la première fois le 31 janvier 2004 à Paris une journée de formation à la prise en charge de la douleur pour les médecins français.

Publications[modifier | modifier le code]

Alain Serrie a écrit plusieurs ouvrages sur la douleur destinés aux médecins : La Douleur en Pratique Quotidienne, Ed. Arnette, Douleur et SIDA, Ed. Ellypse, Le Guide de la douleur, Ed. Phase 5, le Dictionnaire de la douleur, Ed. Phase 5, et un ouvrage grand public : La Douleur, avec Martine Perez (Éditions Send-France Loisirs). Il est membre du comité de rédaction de plusieurs revues scientifiques dédiées à la prise en charge de la douleur, rédacteur en chef de la revue spécialisée Douleurs.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il a reçu plusieurs distinctions scientifiques au cours de sa carrière (Prix MERCI de l'hospitalisation française, Académie de Médecine, 1986, prix Guy Weisweiller, 1988, etc.)

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Par date de parution.

  • Catherine Simon, « Les antidouleurs », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • P. Be., « La réponse ne se limite pas aux médicaments », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Anne Jeanblanc, « Des progrès restent à faire contre la douleur liée aux cancers », Le Point,‎ (lire en ligne).