Alain de Penfentenyo de Kervéréguin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alain de Penfentenyo de Kervéréguin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 24 ans)
Indochine
Nationalité
Française
Formation
Activité
Officier de marineVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Autres informations
Arme
Conflit
Distinctions

Alain Henri Georges Marie de Penfentenyo de Kervéréguin est né le au château de Montpezat, à Larcan (Haute-Garonne) et mort au combat le en Indochine, fut un officier de la Marine nationale française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une vieille famille bretonne, la famille de Penfentenyo, Alain de Penfentenyo est le dixième d'une famille de quatorze enfants. Il est le fils du vice-amiral d'escadre Hervé de Penfentenyo qui défendit Lorient les armes à la main en .

Alain de Penfentenyo entre à l'École Navale en 1939. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est enseigne de vaisseau (EV) sur l'aviso La Boudeuse en , puis sur le contre-torpilleurs Le Terrible. Après avoir été instructeur au centre des fusiliers-marins, il est officier en second de l'escorteur Tirailleur,

Il demande, en 1945, à rejoindre les Forces Maritimes d’Extrême-Orient. Le , il est affecté à la Flottille Fluviale d’Extrême-Orient.

Mais le , il est mortellement touché lors d’une opération de nettoyage d’îlots de résistance Vietminh sur le fleuve Dong Nai, en Indochine française.

L'EV Alain de Penfentenyo est le troisième frère de sa fratrie à mourir au feu, après François (mort au combat le ) et Tanguy (mort au combat le ).

Un commando marine, créé en 1947, a été nommé en son honneur, le Commando de Penfentenyo.

Le , Alain de Penfentenyo est nommé chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume, avec cette citation : « officier volontaire pour des missions périlleuses. Mortellement blessé le par des armes automatiques soutenues de mortiers aux environs du village de Thien-Quan, alors qu'il remontait le Dong Nai. Après une énergique riposte de ses moyens de feu, et quoique perdant beaucoup de sang et souffrant visiblement, a continué à assurer la manœuvre de ses LCVP qu'il a ramenés au poste de Tan-Huyen. A fait preuve d'un cran remarquable. Figure noble et magnifique incarnant les qualités de l'officier français »[1]

Entre 1939 et 1946, il rédige, comme beaucoup d'officiers à l'époque, une sorte de journal[2] révélant ses pensées, ses recherches[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « 12/02/46 - Lieutenant Alain de PENFENTENYO (25 ans) », sur Soldats de France (consulté le 27 mai 2016)
  2. Penfentenyo, Alain de, (1921-1946),, Carnets de route, Editions Stella Maris, dl 2014 (ISBN 978-2-9529610-1-1 et 2-9529610-1-8, OCLC 892958452, lire en ligne)
  3. Rédaction, « Les "Carnets de route" d'Alain de Penfentenyo - Commentaire de Victoria Pinget », sur Vapeurs d'écrits, (consulté le 9 juin 2020)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notice biographique SHM - Dossier individuel conservé au Service historique de la Marine à Vincennes sous la cote CC7 4e Moderne 1012/1
  • Antoine Redier, Debout les vivants, Nouvelles Éditions Latines, , 257 p. (ISBN 978-2-7233-1044-4, notice BnF no FRBNF32560284)

Lien externe[modifier | modifier le code]