Alain de Larrivour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alain.

Alain de Larrivour
Alain de Flandre, Alain de Clairvaux
Biographie
Naissance début du XIIe siècle
Décès
Évêque de l’Église catholique
Dernier titre ou fonction évêque d'Auxerre
54e évêque d'Auxerre
1er abbé de N-D de Larrivour

Alain de Larrivour († 1167) est une personnalité religieuse française du XIIe siècle, 1er abbé de N-D de Larrivour (1140-1152) puis 54e évêque d'Auxerre (1152-1167).

Il est également connu comme Alain de Flandre et Alain de Clairvaux[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain est originaire de Flandre - d'où l'un de ses noms usuels -, probablement natif de Lille où il a étudié la dialectique, sous Raimbert[note 1] ou sous un disciple de ce maître[2].

De la vie estudiantine il passe à la vie monacale en venant, jeune, à l'abbaye de Clairvaux où il reçoit l'habit des mains de saint Bernard de Clairvaux[2].

Abbé de Notre-Dame de Larrivour[modifier | modifier le code]

En 1139 saint Bernard le choisit pour abbé de sa nouvelle abbaye cistercienne Notre-Dame de Larrivour, qu'il fonde en 1140 sur l'actuelle commune de Lusigny-sur-Barse dans l'Aube ; Alain occupe cette charge jusqu'en 1152[3].

Il la quitte pour l'évêché d'Auxerre, qui lui échoit par des chemins détournés.

Épiscopat[modifier | modifier le code]

Des élections troublées[modifier | modifier le code]

En 1151, l'évêque d'Auxerre Hugues de Mâcon décède. L'élection de son successeur, compliquée par des factions divergentes[4], amène le pape à intervenir[5]. Saint Bernard écrit à propos de ces élections dans plusieurs de ses lettres[6].

Peu après la mort de Hugues de Mâcon, le neveu de ce dernier s'oppose à ce qu'une élection se tienne avant son retour de Rome où il doit aller pour obtenir confirmation de la prévôté et autres bénéfices. Le clergé passe outre et élit une personne dont le nom ne nous est pas parvenu mais à propos duquel saint Bernard précise qu'il a recueilli les votes de neuf diacres, onze prêtres et de plusieurs votants d'ordres inférieurs - l'archiprêtre restant neutre. Sur quoi le neveu fait faire une seconde élection, à laquelle procèdent son confident le chanoine Étienne, le chantre, l'archidiacre et un prêtre nommé Hugues[6] ; un certain Geoffroy ou Godefroy est élu, qui pourrait être le prieur de Claivaux, frère du chanoine Hugues chancelier[5].

De grandes protestations s'élèvent alors. Les tenants de la première élection, notamment le doyen de Saint-Père et le prieur de Saint-Eusèbe ainsi que l'abbé de Saint-Laurent[6], veulent aller à Rome faire confirmer la première élection par le pape (Eugène III, 1145-1153) mais le comte Guillaume III (1147-1161) les en empêche sous la menace, poussé (ou soutenu) par les parties adverses dont le but n'est pas de faire accepter Godefroy mais d'amener le pape à refuser les deux élections et de faire élire la personne qu'ils désirent voir en place. On ne sait pas qui est cette personne ; on sait seulement qui cette faction voulait ne pas avoir : l'abbé de Régny, qui semble-t-il était de caractère assez fort pour résister au comte et s'opposer aux violences de ce dernier. Cependant la faction du comte commet l'erreur de demander à saint Bernard de promouvoir Godefroy auprès du pape ; intrigué, Bernard envoie un moine à Auxerre avec mission de découvrir les faits puis informe le pape du résultat de l'enquête[5].

Eugène III nomme trois commissaires chargés de régler cette affaire d'élection selon leur bon jugement. Mais il penche pour l'un des élus et en fait part à saint Bernard, et à une autre personne qui divulgue cette préférence papale. Des rumeurs malveillantes se propagent sur une entente entre le pape et saint Bernard, mais la personne de leur choix, qui est probablement l'abbé de Régny, a bonne réputation et seul le comte trouve à y redire haut et fort[5].

Finalement une troisième élection a lieu. Bernard est présent, et elle se déroule paisiblement. Alain de Larrivour est élu ; il est la troisième personne que le pape a proposé[1].

Dernier rebondissement de cette élection mouvementée : le roi Louis le Jeune proteste de ce que le pape se soit mêlé d'une élection au cœur de son royaume, et que sa permission n'ait pas été demandée (au moins pour la troisième élection). Il est supposé confirmer l'élection mais réagit par le silence. Saint Bernard doit lui écrire pour lui demander de confirmer Alain, ajoutant que tarder encore serait le plus grand déplaisir qu'il recevrait du roi ; il va jusqu'à se porter caution pour Alain et rassure le roi sur la fidélité de l'élu à son service. Alain est finalement confirmé par le roi en novembre, avec une incertitude quant à l'année : la chronique d'Auxerre indique « la même année que la mort de saint Bernard », soit 1153 ; la chronique d'Albéric indique 1152 et Lebeuf confirme Albéric en s'appuyant sur plusieurs indices[1].
Il doit malgré tout attendre quatre ans l'hommage qui lui est dû par le seigneur d'Auxerre, en l'occurrence le comte Guillaume III. Enfin en 1157 le comte s'exécute et déclare qu'il tient de l'évêque en fief tout Auxerre, sauf les remparts de la ville (qui sont au roi) et un lieu situé en rive droite de l'Yonne et qui appartient au fief du duc de Bourgogne[7],[note 2].

Politique[modifier | modifier le code]

Dès son entrée en fonction, le pape Eugène III l'avertit de s'opposer à la construction par Adam seigneur de la Marche d'une forteresse à La Charité[8]. Les ancêtres d'Adam avaient eu des relations très perturbées avec le prieuré de La Charité, mais depuis plusieurs générations ils semblaient assagis. Cependant, quand en 1148 Adam veut reconstruire le château de ses ancêtres pour protéger la ville, le prieur du monastère de La Charité, qui avait tant souffert des déprédations passées de la famille, s'y oppose ; il prend appui sur une bulle de Calixte II selon laquelle aucune forteresse dépendant d'un siège laïc ne doit être construite « dans les limites, justices et exemptions du prieuré ». Adam essaie de passer outre mais en 1149 Eugène III lui fait parvenir un bref par l'intermédiaire d'Alain, qui lui signifie en 1149 de démolir les constructions déjà commencées. Adam obtempère[9].

Du temps de son prédécesseur Hugues de Mâcon, une dispute s'est élevée entre Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, et les moines de l'abbaye de Saint-Germain. Pierre de Cluny s'est plaint au pape Eugène III (1145-1153) de ce qu'Ardouin ait été élu abbé de Saint-Germain sans son aveu, et que par la faute de l'évêque (Hugues de Mâcon) qui, selon l'abbé de Cluny, œuvrait pour affermir son pouvoir sur Saint-Germain, ni l'abbé ni les religieux de cette abbaye ne reconnaissaient son autorité à lui abbé de Cluny, quant aux règles monastiques[2]. Ce faisant, Pierre le Vénérable se réfère à une période de décadence à Saint-Germain remontant au Xe siècle et qui s'est terminée avec l'intervention de saint Mayeul abbé de Cluny sur la demande du duc de Bourgogne Henri[note 3]. Cependant Saint-Germain a obtenu le privilège royal d'élire son abbé en 994[10], ce qui laisse supposer que l'abbaye a dès la fin du Xe siècle regagné la confiance des grands ; la revendication de Pierre le Vénérable apparaît donc clairement motivée par des questions de pouvoir. C'est en tout cas ce que pense Alain, qui se penche sur cette affaire dès son arrivée en poste et se plaint au pape Anastase IV (avr. 1153-déc. 1154) de ce que Pierre le Vénérable outrepasse son autorité et usurpe la sienne, lui évêque. En avril 1154 Anastase IV émet une bulle confirmant l'évêque Alain dans tous ses droits sur l'abbaye Saint-Germain[note 4] , signalant que ce faisant, lui-même suit l'exemple de son prédécesseur Eugène III (qui avait donc donné les mêmes consignes), et pour lever toute ambiguïté il ordonne clairement à l'abbaye de ne pas recevoir le bâton abbatial des mains de l'abbé de Cluny[11].

Alain a aussi des démêlés avec Guillaume IV, comte d'Auxerre (1161-1168) et fils du comte Guillaume III. Guillaume le Jeune est en guerre contre des seigneurs voisins. Son armée ravage les terres, en particulier Varzy (dont le château de Varzy) et Appoigny (dont le château de Regennes), et celles de chanoines et autres gens d’Église. De plus, comme le comte Guillaume refuse de rendre hommage à l'évêque, certains gentilshommes (le comte de La Ferté-Loupière est cité parmi ceux-là) l'imitent. Par chance le pape Alexandre III (1159-1181), en visite (exilé) en France, réside à Sens. Alain profite d'une visite de Louis VII pour présenter sa plainte aux deux personnages en même temps[7]. Le pape charge Hugues de Toucy, archevêque de Sens, de régler cette affaire. Il ne faut pas moins de trois convocations du comte devant l'archevêque, cinq lettres d'Alain au roi, et d'autres interventions, pour en finir[12].

Entre ces deux affaires avec les Guillaume de Nevers, Alain doit redoubler de vigilance sur son temporel. Certains de ses vassaux s'enfuient sur les terres de seigneurs voisins, qui ne veulent pas les lui rendre sans jugement par le duel. Alain s'en plaint à Alexandre III, qui l'autorise à poursuivre ces seigneurs en justice[12].

Il participe à la déposition de l'abbé de Clairvaux, qui se passe pendant le séjour du Pape en France[13].

Le comte d'Auxerre prête main-forte aux habitants de Vézelay lorsque ceux-ci se révoltent contre leur seigneur l'abbaye de Vézelay et son abbé Ponce. Le roi marche sur Auxerre pour le punir. Le comte demande à Alain de pacifier le roi, ce qu'Alain fait[14].

Revenus, donations et fondations[modifier | modifier le code]

Il accroît notablement les revenus de l'évêché et reçoit différentes reconnaissances et hommages, à Varzy et ailleurs. Pourtant il est généreux avec les établissements religieux en difficulté dans son diocèse, et les aide volontiers financièrement. Sur la demande de Hugues abbé de Saint-Laurent-près-Cosne, il donne en 1159 au prieuré Saint-Eusèbe, qui dépend de Saint-Laurent, le revenu d'un an de chaque prébende de la cathédrale à partir du jour où la charge correspondante est vacante. En 1163 il confirme les donations que son prédécesseur Hugues a faites, sans les avoir enregistrées, aux prémontrés de l'abbaye Saint-Marien et y ajoute l'église de Taingy. Le prieuré Notre-Dame de La Charité-sur-Loire a également confirmation de don de nombreuses églises et reçoit en sus la jouissance des dîmes que les laïcs leur laissent des églises soustraites autrefois au chapitre de Saint-Étienne[11].

Afin d'accroître le culte dans l'église Saint-Amâtre, il cherche à la réunir à une abbaye appartenant à l'ordre de Saint-Augustin depuis au moins 30 ans ; il choisit finalement l'abbaye Saint-Satur du diocèse de Bourges et la réunion est faite en 1163[11].

Suivant le souhait du chapitre de Saint-Étienne, il supprime la charge de prévôt[15] en 1166[14].

Alain fait construire une maison en pierre dans le vallon de la chapelle de Saint-André. A Gy il fait bâtir une chapelle et plusieurs maisons et y fait planter de la vigne[12].

Hors diocèse[modifier | modifier le code]

Il est appelé à assister au concile de Moret[16],[17] qui a lieu peu après son élection, avec Hugues archevêque de Sens (1142-~1168) et Thibaud évêque de Paris (~1143-1159). Il est témoin du jugement par lequel le roi Louis le Jeune restitue à Godefroy évêque de Langres (1138-1163) les possessions dont Hugues III duc de Bourgogne l'avait dépouillé[2].

En 1153 il souscrit à la fondation de l'abbaye de Clermarais, diocèse de Saint-Omer[13].

Le pape Adrien IV (décembre 1154 – septembre 1159) charge Alain de plusieurs commissions. Entre autres, il le charge de faire un accord entre les moines de La Charité et les chanoines de Château-Renard au sujet d'une prébende, accord signé en 1154 ; ou encore Alain va à Meaux pour juger les procès des religieux de Rueil avec les chanoines de Saint-Nicolas[13],[note 5] de la Ferté-sous-Jouarre.

En 1160 des bruits se répandent selon lesquels la tête de sainte Geneviève aurait été volée. Louis VII le nomme avec l'archevêque de Sens Hugues de Toucy, pour faire la vérification. Le 10 janvier 1161 il est donc présent à l'ouverture de la châsse de sainte Geneviève[13].

En 1162 il va avec 10 autres prélats à Montpellier à la rencontre du pape Alexandre III[13] qui, fuyant la guerre que lui fait Barberousse, se réfugie en France à partir de cette année-là.

Démission[modifier | modifier le code]

Il semble qu'Alain ait pensé à se démettre de ses fonctions dès 1166, car lorsqu'il supprime la charge de prévôt il pense déjà à fonder la commémoration de son anniversaire (de décès), une fondation qu'il inclut dans l'acte concernant la prévôté. Cette année-là il fonde aussi son anniversaire dans l'église Saint-Germain, financé par 100 sols de rente sur la cure de Saint-Loup.

L'archevêque de Sens reçoit sa démission. Il est peu probable qu'Alain en ait demandé la permission au pape malgré le fait que le livre des sépultures de Clairvaux affirme qu'il l'ait fait ; car lorsque lorsque l'archevêque de Tours reçoit le même acte de démission de la part de l'évêque de Dol, le chapitre de Dol écrit à Innocent III (1179-1180) que l'archevêque est en faute si on s'en réfère à ce qu'a dit le pape Alexandre III (1159-1181) au sujet de l'archevêque de Sens lorsque ce dernier a accepté la démission d'Alain[14] sans le consentement papal[18]. Précisons que Innocent III est lui-même ce qui est de nos jours appelé un antipape et renoncera à sa charge en juin 1180 ; ses décisions en matière d'élections et de démissions sont donc sujettes à débat.

Alain se retire à l'abbaye de Clairvaux en 1167[note 6]. De là il visite occasionnellement l'abbaye Notre-Dame de Larrivour, où il rédige son testament en 1182. Il écrit aussi la vie de saint Bernard, qu'il abrège ensuite et corrige selon les indications de Geoffroy évêque de Langres (1138-1163), ami de Bernard ; il la dédie à Pierre de Celle, abbé de Saint-Pierre de Montier-la-Celle puis de Saint-Remi de Reims, et enfin évêque de Chartres[18],[note 7].

Décès[modifier | modifier le code]

Alain meurt le 11 ou le 14[note 8] octobre 1182[19].

Il est enterré à Clairvaux, dans la partie nord de la croisée de l'église, à droite de la sépulture de Geoffroy évêque de Langres [19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Lebeuf (abbé), Mémoires concernant l'histoire civile et ecclésiastique d'Auxerre et de son ancien diocèse, vol. I, Auxerre, Perriquet, (lire en ligne). Vie de Alain de Larrivour : pp. 288-301. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Lebeuf (abbé), Mémoire concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre..., vol. II, Auxerre, Perriquet, , 923 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour plus de détails sur Raimbert, maître réputé de dialectique à Lille, voir Charles-Antoine-Joseph Leclerc de Montlinot (chanoine de Saint-Pierre de Lille), Histoire de la ville de Lille depuis sa fondation jusqu'en l'année 1434, chapitre IV : De Raimbert et de l'école de Lille, pp. 77-85. Paris, Panckoucke, 1764.
  2. Le comte Guillaume doit inclure dans son hommage toutes les propriétés sur le diocèse d'Auxerre y compris celles situées hors d'Auxerre, comme entre autres les seigneuries de Cosne, Château-Neuf, Mailly, Saint-Sauveur, Betry (sur Vermenton), L'Orme (sans préciser de quel "Orme" il s'agit), et autres châtellenies. Voir Lebeuf 1743, p. 295.
  3. La revendication d'autorité de Cluny sur Saint-Germain remonte à une période de décadence de Saint-Germain au Xe siècle, qui s'est terminée au temps d'Héribert, évêque d'Auxerre de 971 à 996. Héribert est le demi-frère du roi Hugues Capet et du duc de Bourgogne Henri. Par ailleurs Henri aime voir l'ordre régner dans les établissements religieux. Enfin, saint Mayeul est abbé de Cluny et ami personnel de leur père commun Hugues Capet. Henri demande donc à saint Mayeul de faire restaurer la discipline et le respect de la règle à l'abbaye Saint-Germain. Mayeul vient en personne pour ce faire et, une fois ceci accompli, y installe Heldric comme abbé pour lui succéder. Voir Lebeuf 1743, p. 226-227, volume 1.
  4. La bulle d'Anastase IV en avril 1154 précise les droits de l'évêque d'Auxerre sur l'abbaye Saint-Germain : confirmer ou infirmer l'élection de l'abbé ; lui donner la bénédiction et les saintes huiles ; recevoir le serment d'obéissance de l'abbé ; déposer ou corriger l'abbé si nécessaire ; consacrer autels et églises de l'abbaye ; conférer les Ordres.
  5. Pour plus d'information sur l'église Saint-Nicolas de la Ferté-sous-Jouarre, voir cette page du site de l'aumônerie de la Ferté-sous-Jouarre.
  6. La date de 1167 pour l'arrivée d'Alain à Clairvaux est celle de Lebeuf. D'autres pensent qu'il n'y est arrivé qu'en 1182, après avoir rédigé son testament. Voir Lebeuf 1743, p. 299.
  7. Pierre de Celle, contrairement à ce qu'affirme Lebeuf, n'a pas été abbé de Clairvaux ; mais dès son abbatiat à Montier-la-Celle il s'est lié d'amitié avec Bernard de Clairvaux et a travaillé de concert avec ce dernier.
  8. Le livre des sépultures de Clairvaux et le ménologe de Citeaux donnent comme jour de sa mort le 14 octobre ; l'abrégé de sa vie, écrit peu après sa mort, indique le 11 octobre, ainsi que les obituaires de la cathédrale qui datent du milieu du XIIIe siècle. Bien qu'Alain ait fondé son obit à la cathédrale d'Auxerre, le nécrologe de Saint-Étienne (celui écrit à l'époque de sa mort) ne le mentionne pas : commencé sous l'évêque Humbaud (1087-1114), le livre était rempli à cette époque et son prédécesseur Hugues de Mâcon est la dernière personne qui y est mentionnée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Lebeuf 1743, p. 290, volume 1.
  2. a, b, c et d Lebeuf 1743, p. 291, volume 1.
  3. H. Grosdoit-Artur, « Larrivour », sur vieuxtroyes.free.fr/, Vieux Troyes, (consulté le 20 novembre 2013).
  4. Lebeuf 1743, p. 288-290, volume 1.
  5. a, b, c et d Lebeuf 1743, p. 289, volume 1.
  6. a, b et c Lebeuf 1743, p. 288, volume 1.
  7. a et b Lebeuf 1743, p. 295, volume 1.
  8. Lebeuf 1743, p. 293, volume 1.
  9. Georges Touchard-Lafosse, La Loire historique: pittoresque et biographique..., Tours (R. Pornin) / Nantes (Suireau), 1843, p. 115.
  10. Lebeuf 1743, p. 226-227.
  11. a, b et c Lebeuf 1743, p. 292, volume 1.
  12. a, b et c Lebeuf 1743, p. 296, volume 1.
  13. a, b, c, d et e Lebeuf 1743, p. 297, volume 1.
  14. a, b et c Lebeuf 1743, p. 298, volume 1.
  15. Lebeuf 1743, p. 294, volume 1.
  16. Louis Mas Latrie. Chronologie historique des papes, des conciles généraux et des conciles des .... 1838 (2e édition). Concile de Moret en 1154 : p. 411.
  17. Charles-Louis Richard. Analyse des conciles généraux et particuliers, contenant leurs canons sur le .... Concile de Moret : pp. 236-237.
  18. a et b Lebeuf 1743, p. 299.
  19. a et b Lebeuf 1743, p. 300.