Alain de La Tocnaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alain de Bougrenet de La Tocnaye, était un militant d'extrême droite français né le 13 novembre 1926 à Neuilly-sur-Seine et décédé le 9 janvier 2009 à Cavaillon (Vaucluse)[1]. Son nom reste associé à l'attentat du Petit-Clamart.

Descendant d'un ancienne famille aristocrate bretonne, notamment du contre-révolutionnaire Jacques-Louis de Bougrenet de La Tocnaye, il fait ses études au collège Sainte-Croix de Neuilly et passe son baccalauréat en 1944, il est étudiant en droit avant d'intégrer l'École militaire de Cherchell, puis l'École d'application de l'artillerie d'Idar-Oberstein[2].

Lieutenant pendant la guerre d'Algérie[3], il est responsable pendant dix-huit mois d'une section administrative spécialisée, et est parmi l'un des premiers à participer au Comité de salut public[2]. Rapidement hostile au général de Gaulle, il rejoint l'OAS.

Arrêté deux fois, Alain de La Tocnaye s'échappe de la prison de la Santé en 1962[4],[5], et décide de monter avec Jean-Marie Bastien-Thiry et d'autres un plan visant à assassiner le général de Gaulle, qu'il considère comme un « cryptocommuniste ». Après l'échec de l'attentat du Petit-Clamart (connu aussi sous le nom d' « opération Charlotte Corday »), dont il a été le principal instigateur, il est arrêté, jugé par la Cour militaire de Justice au fort de Vincennes, et condamné à mort le 4 mars 1963. Le 11 mars, sa peine est commuée en prison à perpétuité[6]. Il est gracié et libéré en 1968, en même temps que le général Salan et le colonel Argoud.

Après sa libération, Alain de La Tocnaye publie Comment je n'ai pas tué de Gaulle (éditions Nalis, 1969), et écrit dans diverses publications d'extrême-droite, dont Militant ou Rivarol[2]. Dans les années 1980-1990, il participe au Parti nationaliste français (PNF)[7] et au Mouvement Travail Patrie (MTP)[8], avant de rejoindre le Front national[9], au sein duquel il n'a pas de responsabilité particulière.

Il est le père de Thibaut de La Tocnaye, également militant et membre du Front national.

Notes et références[modifier | modifier le code]