Alain Tingaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alain Tingaud
Naissance (64 ans)
Confolens, France
Nationalité Française
Profession
Ingénieur dans les télécoms
Autres activités
Président Honoraire du SU Agen
Vice-président de la Ligue nationale de rugby

Alain Tingaud, né le à Confolens[1] en Charente, est un ingénieur et dirigeant français de rugby à XV. Depuis 2012, il est vice-président de la Ligue nationale de rugby et depuis 2018, il est Président Honoraire du SU Agen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Tingaud est né à Confolens en Charente et a passé sa jeunesse aux Sables-d'Olonne. Son père est plâtrier tandis que sa mère chargée d'élever les 6 enfants[1]. Passionné de rugby depuis l'enfance et doté d'une solide carrure, il a pratiqué le ballon ovale jusqu'à l'université[2].

Ingénieur, il a débuté chez Thomson, puis effectué une bonne partie de sa carrière dans les télécoms. D'abord chez Tekelec Airtronic, puis chez BridgeCom pour lequel il créera la filiale française. Ce dernier est racheté par un autre américain, 3Com, dont il dirige alors les activités en Europe. En 1990, il crée Arche Communications qu'il revend cinq ans plus tard à Siemens Nixdorf. Dans la foulée, alors qu'il dirige les activités du constructeur informatique allemand en France, il crée InfoVista. La jeune société innove avec des logiciels de mesure de la qualité de service des opérateurs. En 2000, InfoVista lève 78 millions de dollars en Bourse. Une décennie plus tard, la société est rachetée par un fonds américain qui sort l'entreprise de la cote. En 2008, il cède la tête d'InfoVista à son directeur administratif et financier pour « passer à autre chose »[2].

En 1999, Alain Tingaud et son épouse décident de quitter Paris et de faire de la maison de campagne de Saint-Astier, dans le nord du Lot-et-Garonne, sa résidence principale. Il continue pourtant à effectuer des allers-retours dans la capitale, même s'il investit aussi sur place. L'exploitation viticole de 19 hectares dont les vignes entourent sa maison est à vendre : une « opportunité » qui correspond pourtant à un désir bien ancré. En 2009, voyant arriver la soixantaine, il a la « grande joie » de transmettre le Domaine de Dame Bertrande à son fils, Brice[2],[3]. S'il ne joue plus qu'un rôle de conseiller auprès de son fils, Alain Tingaud reste très occupé. D'abord comme investisseur, avec un rôle de « venture partner » pour Sofinnova qui lui permet de siéger au conseil d'administration de plusieurs entreprises. Et surtout comme « business angel », à travers son fonds d'investissement personnel, Alain Tingaud Innovation. Depuis 1995, il a investi dans 18 start-up, dont 11 existent toujours[2].

Dirigeant de rugby à XV[modifier | modifier le code]

En 2005, il devient président du Rugby club Massy Essonne. Il le quitte en 2007 pour rejoindre la direction du Sporting union Agen Lot-et-Garonne[1].

Arrivé comme investisseur au SU Agen en 2006, il en est devenu le président en 2007 après y avoir investi « plusieurs millions d'euros »[2]. En 2010, le club remporte le titre de champion de France de 2e division. En 2018, il devient président honoraire du club et laisse la présidence à Jean-François Fonteneau, nouvel actionnaire principal du club[4].

De novembre 2011 jusqu'à son élection au sein de la LNR, il est secrétaire de l'Union des clubs professionnels de rugby, syndicat regroupant les clubs professionnels de Top 14 et de Pro D2.

En 2012, il est candidat pour être président de la Ligue nationale de rugby. Il est élu au sein du comité directeur mais est battu pour prendre la présidence par Paul Goze[5]. Il devient alors vice-président chargé de la formation et de la reconversion[6]. Lors de l'assemblée générale du , il est réélu au sein du comité directeur de la LNR en tant que représentant des clubs de Pro D2[7]. Il reste vice-président de la ligue. Démissionnaire de son poste de représentant des clubs de Pro D2 en 2017 suite à la montée en Top 14 du SU Agen, il est immédiatement élu représentants des clubs de Top 14[8].

En 2017, suite au conflit entre la Ligue nationale de rugby et la Fédération française de rugby, il est désigné par la LNR dans la commission de rapprochement et de dialogue avec la FFR qui a pour objectif de trouver une sortie à la guerre qui oppose la Ligue et la Fédération. Il est acompagné par cinq autres présidents : Mourad Boudjellal (Toulon), Jean-René Bouscatel (Toulouse), Éric de Cromières (Clermont), Vincent Merling (La Rochelle) et Pierre-Yves Revol (Castres)[9]. En juin, la FFR et la LNR trouvent un accord sur la mise à disposition des internationaux pour la saison suivante, une question qui empoisonnait leurs relations depuis plusieurs mois[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Top 14. Tingaud entre dans la mêlée agenaise », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 21 avril 2017)
  2. a b c d et e « Alain Tingaud, la passion de l'ovalie », sur www.lesechos.fr, Les Echos, (consulté le 10 août 2015)
  3. « Alain et BriceTingaud, vignerons à Duras au nom du père », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 21 avril 2017)
  4. René Laffore, « Gifi sur le dos du maillot a annoncé J.-F. Fonteneau », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 12 octobre 2018)
  5. « Goze nouveau président de la Ligue nationale de rugby », sur larepubliquedespyrenees.fr, La République des Pyrénées, (consulté le 21 avril 2017)
  6. « Présentation de la Ligue Nationale de Rugby », sur www.lnr.fr, LNR, (consulté le 21 avril 2017)
  7. « Paul Goze élu président de la Ligue nationale de rugby », sur www.lnr.fr, LNR, (consulté le 21 avril 2017)
  8. Clément Mazella, « Mourad Boudjellal, Alain Tingaud et Laurent Marti élus au Comité directeur de la LNR », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 4 juillet 2017)
  9. Anthony Tallieu, « Conflit FFR-LNR - Paul Goze conforté dans son rôle de patron de la LNR ! », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 28 mai 2017)
  10. « Contrats fédéraux: Alleluia! La fédé et la Ligue ont trouvé un accord pour protéger les internationaux », sur www.20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 3 juin 2017)