Alain Ribaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alain Ribaux
Illustration.
Portrait officiel.
Fonctions
Conseiller d'État du canton de Neuchâtel
Département de l'économie, de la sécurité et de la culture[N 1]
En fonction depuis le
Élection 19 mai 2013
Réélection 2 avril 2017
Conseiller national
Législature 49e
Groupe politique libéral-radical (RL)
Commission CIP
Prédécesseur Sylvie Perrinjaquet
Successeur Sylvie Perrinjaquet
Député au Grand Conseil du canton de Neuchâtel
Législature 2009-2013
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Neuchâtel
Nationalité Suisse
Parti politique Parti libéral-radical
Profession Avocat

Alain Ribaux, né le à Neuchâtel (originaire de Bevaix), est une personnalité politique suisse, membre du Parti libéral-radical.

Il siège au Conseil national de fin 2011 à août 2013. Il est conseiller d'État du canton de Neuchâtel depuis mai 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Ribaux naît le à Neuchâtel. Il est originaire de Bevaix, dans le même canton[1].

Il grandit à Neuchâtel[2] et y fait toutes ses études[3], jusqu'à obtenir une licence en droit de l'Université de Neuchâtel et un brevet d'avocat. Après un stage dans une étude de Neuchâtel, il travaille d'abord à Zurich puis devient secrétaire au Tribunal fédéral des assurances à Lucerne[4]. Il est président du Tribunal de district de La Chaux-de-Fonds de 1991 à 2007, juge fédéral suppléant de 1995 à 2001[3] et juge au Tribunal cantonal de 2007 à 2008[5]. Il est également enquêteur pour le Tribunal pénal international pour le Rwanda d'août 1995 à février 1996[6],[7].

Il termine ses obligations militaires avec le grade de premier-lieutenant[1].

Il est en couple et vit à Neuchâtel[5], après avoir vécu cinq ans à La Chaux-de-Fonds[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il est conseiller communal (exécutif) de la ville de Neuchâtel de [1] à 2013[5], où il est responsables des finances, des ressources humaines et du développement économique. Il préside le Conseil communal pendant la période administrative 2011-2012[8].

Il siège brièvement au Grand Conseil du canton de Neuchâtel, entre et . Il est élu au Conseil national en octobre 2011, prenant la place de la sortante Sylvie Perrinjaquet[9]. Il y siège à la Commission des institutions politiques (CIP)[1].

Le , il est élu au Conseil d'État du canton de Neuchâtel pour un mandat de quatre ans. Il est réélu le et le 9 mai 2021. Il est à la tête du Département de la justice, de la sécurité et de la culture[10], renommé en 2021 en Département de l'économie, de la sécurité et de la culture. Il poursuit et achève à ce titre la rénovation des établissements pénitentiaires de Bellevue (Gorgier) et La Promenade (La Chaux-de-Fonds) initiée par son prédécesseur Jean Studer[11],[12].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Il est qualifié de libéral humaniste par son collègue de parti Fathi Derder, « à droite sur les questions économiques tandis qu'il est davantage centriste pour les aspects de société »[3].

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Il est notamment vice-président de l’Institut neuchâtelois et de la commission de discipline de la Ligue suisse de football[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Département de la justice, de la sécurité et de la culture jusqu'en 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Biographie de Alain Ribaux », sur le site de l'Assemblée fédérale suisse.
  2. a b et c Léo Bysaeth, « Son succès électoral n’a pas donné la grosse tête à Alain Ribaux », L'Express,‎ , p. 8 (lire en ligne [PDF])
  3. a b et c Santi Terol, « Carte de visite : la force tranquille », L'Express,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  4. « Juge choisi », L'Express,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  5. a b et c « Alain Ribaux - République et canton de Neuchâtel », sur www.ne.ch (consulté le )
  6. « Les 15 candidats pour le Conseil d'Etat neuchâtelois », sur rts.ch, (consulté le )
  7. Jean-Philippe Ceppi, « Les cauchemars des Suisses au Rwanda », L'Hebdo,‎ , p. 32 (lire en ligne)
  8. Conseil communal de Neuchâtel
  9. Pierre-Emmanuel Buss, « Alain Ribaux, le juge devenu coupeur de tête », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  10. « Alain Ribaux - République et canton de Neuchâtel », sur www.ne.ch (consulté le )
  11. lgl, « La Chaux-de-Fonds: la prison de La Promenade inaugurée après huit ans de travaux », ArcInfo,‎ (lire en ligne)
  12. « Davantage de places et plus de sécurité à la prison de Gorgier (NE) », SwissInfo,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]