Alain Moloto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alain Moloto Kossy
Nom de naissance Alain Moloto Kossy
Naissance
Kisangani, Congo-Kinshasa
Décès (à 52 ans)
Kinshasa
Activité principale chanteur
Activités annexes Fondateur de Gaël
Genre musical Gospel
Instruments guitare
Années actives 1994–2013
Labels Gael

Alain Moloto, né à Kisangani (alors Stanleyville) le et mort le à Kinshasa au Congo-Kinshasa, est un chanteur de gospel évangélique. Il était chanteur principal du groupe Gaël et avait réalisé un album solo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain né le - mort le à Kinshasa. Il commence ses études supérieures en 1983 à l'Institut supérieur de commerce de Kinshasa, et s’engage dans un groupe théâtral universitaire[1]. Il a l'habitude d’écrire des chansons en français et en lingala. Après un bon accueil du public, il écrit des chants d'adoration et les partage avec sa guitare.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il fonde le groupe Gaël en 1998 avec des artistes de l'I.N.A. (Institut National des Arts) de Kinshasa, tels que Franck Mulaja, Henri papa Mulaja, Tempo Bilongo, Hugo Mbimba, Blaise Mikanda, Francis Nsemi et Christian Mvuanda[2],[3].

Le chanteur réalise plusieurs tournées avec Gaël, dans divers pays[4].

Alain sort son deuxième album solo en 2010, "Le fruit de mes lèvres" qui fit un grand succès avec la chanson "Naza Ya Yesu" qui signifie «j'appartiens à Jésus.

En 2011, il s'implique dans des discours de manifestations politiques qu'il appelle EDEN "Ensemble pour la Délivrance de la Nation", lors des élections présidentielles. Pour certains cette implication lui aura valu son empoisonnement et une longue maladie [5],[6]. Alain Moloto avait combattu de longs mois, à la suite d'une maladie due à un empoisonnement[7].

En 2012, lui et Gaël sont nommés dans la catégorie « Gospel Africa » au Kora Awards [8].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Alain Moloto décède le [9],[10]. Il avait combattu de longs mois, à la suite d'une maladie due à un empoisonnement[7]. Il laisse dans le deuil sa femme Christine Tshiabu, et ses quatre enfants dont deux filles et deux garçons[5].

Quelques mois après sa mort, l'album "Je suis - vol.2", sort avec sa voix enregistrée[11].

Discographie[modifier | modifier le code]

  •  : Jésus le Prince Glorieux (solo)
  •  : Les fruits de mes lèvres (solo)
  •  : Yahwe Tobelemi (collectif)
  •  : Sublime (collectif)
  •  : Sublime II (collectif)
  •  : 1 heure avec Jésus Christ, Volume 1, Live (collectif)
  •  : 1 heure avec Jésus Christ, Volume 2, Live (collectif)
  •  : Adorons L'Éternel, Volume 3 (collectif)
  •  : 1 heure avec Jésus Christ, Volume 3, Live (collectif)
  •  : The best of Gael Vol. 1 (Lingala) (collectif)
  •  : The best of Gael Vol. 2 (Français) (collectif)
  •  : Live Célébration Gaël (collectif)
  •  : Amour Eternel (collectif)
  •  : Je suis - vol.1 (collectif)
  •  : Je suis - vol.2 (collectif)

DVD & VHS Clips[modifier | modifier le code]

Solo

  1. Jésus le Prince Glorieux (1994)
  2. Les fruits de mes lèvres (2010)

Collectif

  1. Yahwe Tobelemi (1999)
  2. Sublime (2001)
  3. Sublime II (2003)
  4. 1 heure avec Jésus Christ, Volume 1, Live (2003)
  5. 1 heure avec Jésus Christ, Volume 2, Live (2004)
  6. Adorons L'Éternel, Volume 3 (2005)
  7. 1 heure avec Jésus Christ, Volume 3, Live (2007)
  8. The best of Gael Vol. 1 (Lingala) (2009)
  9. The Best of Gael Vol. 2 (Français) (2010)
  10. Live Célébration Gaël (2011)
  11. Amour Eternel (2011)
  12. Je suis - vol.1 (2013)
  13. Je suis - vol.2 (2013)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bob W. White et Lye M. Yoka, Musique populaire et société à Kinshasa : une ethnographie de l'écoute, L'Harmattan, 2010, p. 9
  2. Botowamungu Kalome, « Concert : Gael au sommet de son art à Paris » (version du 18 octobre 2014 sur l'Internet Archive), Afriqu'Echos, 23 novembre 2010.
  3. Nioni Masela, Hommage : Eden et Gaél sur les traces d’Alain Moloto, adiac-congo.com, Congo-Kinshasa, 2 août 2014
  4. Johnson Keto, « L'interview du Frère Alain Moloto en Afrique du Sud », Top Africa Magazine,‎ (lire en ligne).
  5. a et b Carmen Olivia Bilé avec Radio Okapi, « Gospel: Alain Moloto le leader du groupe Gaêl est décédé » (version du 5 mars 2016 sur l'Internet Archive), Journal du Cameroun, 5 août 2013.
  6. « Deuil dans la musique religieuse en RDC : Frère Alain Moloto a tiré sa révérence ! » (version du 27 décembre 2015 sur l'Internet Archive), Digital Congo TV, 3 août 2013.
  7. a et b Hugues Mambo, « Frère Alain Moloto parle de son empoisonnement et de l'avenir de Gaël et Éden », sur Bukavu Online, (consulté le 15 octobre 2014).
  8. « Congo-Kinshasa: Kora Awards – Huit musiciens congolais font honneur », Le Potentiel,‎ (lire en ligne).
  9. « RDC: le chantre chrétien Alain Moloto est décédé à l’âge de 52 ans », radiookapi.net, le 4 août 2013
  10. Melba MUZOLA, Tout Kinshasa pleure Moloto au Stade des Martyrs, lephareonline.net, Congo-Kinshasa, 13 août 2013
  11. ACP, L'album "Je suis" du défunt Alain Moloto se vend comme des petits pains, mediacongo.net, Congo-Kinshasa, 1 octobre 2013