Alain Markusfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alain Markusfeld
Description de l'image Markusfeldwiki.jpg.
Informations générales
Genre musical Rock progressif
Instruments Guitares, piano
Années actives 1970 à 1984
Labels Barclay, Egg
Influences Jimi Hendrix, Terry Riley

Alain Markusfeld est un auteur-compositeur et musicien français autodidacte ayant participé à la scène rock française des années 1970-1980.

Son dernier album vinyle semble remonter à 1981 (Alain Markusfeld live) si l'on fait exception de la parution, en 1984, d'un single intitulé Les rêves de Calypso sur lequel il joue du piano et de la guitare.Il a publié depuis 1 CD de compilations rock, et 3 CD de compositions inédites, jazz contemporain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Markusfeld est né le à Paris.

Discographie[modifier | modifier le code]

En 1970 paraît son premier disque, Le monde en étages. Outre lui-même à la guitare, les musiciens sont Jean-Claude Michaud à la basse, Jean Schultheis à la batterie, à l'orgue, au piano et au vibraphone, Bernard Duplaix au basson, à la flûte et au saxophone, Denis Lable et Rolling à la guitare (guitariste de Johnny Hallyday). et Tommy Brown à la batterie (batteur de Johnny Hallyday).

En 1971, il publie son deuxième album, Le Son tombé du ciel, enregistré aux studios Strawberry du Château d'Hérouville par Dominique Blanc-Francard. Les musiciens sont Alain Markusfeld aux guitares et au chant, Joël Dugrenot du groupe Zao à la basse et à la contrebasse, Geza Fenzl du groupe Dynastie Crisis à la batterie et aux percussions et Laurent Thibault et Dominique Blanc-Francard respectivement au piano électrique et au moog-synthétiseur sur le morceau intitulé Le Son tombé du ciel. Cette année-là, il est également l'auteur de la bande originale du film La Cravache (il s'agit d'un 45 tours dont le morceau s'appelle Eve). On le retrouve aussi pour un titre sur la compilation Puissance 13 + 2[1].

En 1972, il enregistre L'Épave sur lequel on retrouve Jean-Claude Michaud, Jean Schultheis et Dominique Blanc-Francard. En 1973, sort un nouveau single intitulé Le Gluemour sur lequel il joue, seul, de la guitare (acoustique et électrique) avec, sur la face B, Le Requin central.

Suit une époque de changements personnels d'où rien n'émergera avant 1977 et Le Désert noir, album sur lequel il joue de différentes guitares électriques, acoustiques 12 cordes, basse électrique, basse wah-wah, du piano acoustique, Jean-François Leroi est à la batterie et aux percussions, Patricia Pernoo aux voix (sur Le Désert noir), Didier Alexandre à la basse électrique (sur Bulgaro-feld) et Coco Ameziane aux percussions (sur Bulgaro-feld) ; l'ensemble est encore sous la houlette de Dominique Blanc-Francard. Cette même année, il rejoint Joan-Pau Verdier avec lequel il créera Tabou-le-Chat.

''C'est avec Tabou-le-chat qui sort en 1977 qu'un véritable groupe se forme autour de Verdier avec la même base rythmique formée par Didier Alexandre (basse) et Jean-François Leroi (batterie). Alain Markusfeld (guitares) et Jacques Verrecchia (claviers) remplacent respectivement Jean Kraut et Gilles Jérome. La chanteuse Anita Bonan, elle aussi nouvelle venue, apporte un précieux plus sur le plan vocal.

Tabou-le-chat est un concept-album comme il en avait fait, par exemple, par le groupe Ange avec Au-delà du délire. Ici c'est le thème du chat qui est développé et qui relie les chansons entre elles. Ce disque est aussi un véritable hymne au rock, notamment grâce au magnifique jeu de guitare d'Alain Markusfeld. Tantôt rock avec Tabou-le-chat (identité), Easy-cat-rock ou Au pays de Tabou-le-chat, tantôt mélodieux avec Rue du Lys ou Chattemine, Verdier emmène l'auditeur dans un voyage où la poésie, en majorité en français, est parsemée de refrains et tirades en occitan, d'argot et d'expressions en anglais. À la fin de la tournée qui suit cet album, Alain Markusfeld quitte le groupe, il est remplacé par Pierre Fanen (ex Triangle et Zoo) qui sera le guitariste du disque studio suivant."

Paraît en 1978, Platock, souvent considéré comme son meilleur album. Patricia Pernoo et Jean Schultheis (aux percussions diverses) l'accompagnent. Il utilise avec bonheur les possibilités données en studio (re-recording en particulier). Il sera suivi de Contemporus en 1979 sur lequel il joue à l'homme-orchestre (ARP polyphonic et prosoloist, piano acoustique, guitare électro-acoustique, orgue, percussions, triangle, cymbale, marimbas, harmonica, handclaps, voix) ; seule la voix de Patricia Pernoo subsiste.

En 1981, il produit et publie Alain Markusfeld live, sorte de "Best of" enregistré en public et sur lequel il joue du piano et de la guitare. Seul paraîtra un 45 tours en 1984, Les rêves de Calypso (avec Town's gold en face B).

De 1970 à 1984, le parcours d'Alain Markusfeld semble s'épurer, jusqu'au pianiste-guitariste des Rêves de Calypso.

Depuis 1985, Alain Markusfeld compose et joue de nombreux thèmes destinés au cinéma, de musique contemporaine et de jazz.

Septembre 2012: CD de compilations "Roll over the Eiger trail" (Le Désert noir, Bulgarofeld, Hot Love, Fayava, Platock 2 et 3, Atlantis Rock) et d'inédits.

Aout 2015: CD d'inédits "Le Cri du Photon Solitaire" avec le titre "Easy Calvados Blues Band".

C'est outre-Atlantique qu'il semble apprécié par les amateurs de Rock progressif. De nombreux sites internet en témoignent. Ses vinyles sont très recherchés (plus de 150 dollars pour ses premiers LP).

Septembre 2017: CD "Chaos or not"? avec le titre "Chaos Dancing", nominé dans la catégorie "jazz" par la plateforme TuneCore.

Mars 2019: CD "Birds on call" avec le titre "Valse pour un glacier".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thélème réf. 6641 037

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Joan-Pau Verdier pour la collaboration d'Alain Markusfeld à son album Tabou-le-Chat paru en 1977. Il y joue de la guitare entouré de ses compères du Désert noir, Didier Alexandre et Jean-François Leroi.

"Alain Markusfeld joue sur cet album. Personnellement, je suis impressionné par ce gars qui a joué sur bon nombre d’albums, et qui reste injustement méconnu. Avez-vous gardé le contact avec lui ?

Hélas, je n'ai plus de nouvelles d'Alain Markusfeld depuis longtemps et je le regrette. Si d'aventure il lisait cette interview, je serais ravi qu'on se recontacte. Grand guitariste, Alain, avec une façon de jouer très personnelle, une touche qui n'appartient qu'à lui. Comme Universal n'a jamais daigné malgré mes demandes, rééditer ce disque en CD et que la bande est leur propriété, beaucoup de gens me demandent de le réenregistrer. Je ne veux pas, car on ne recrée pas 30 ans après, l'esprit de cette époque, de ce groupe et notamment le jeu et le son de Markusfeld."

Extrait d'une interview donnée par Joan-Pau Verdier en 2011. in Le blog de Lou - http://fuzzine.over-blog.com/article-joan-pau-verdier-le-vertebre--39685456.html (Depuis Alain a repris contact avec Joan-Pau)

Sources[modifier | modifier le code]

Certains éléments de cet article sont extraits de la page consacrée à Alain Markusfeld dans Musikafrance.com, du site AmarockProg.net ainsi que de son site www.alainmarkusfeld.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]