Alain Gras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alain Gras, né le [1], est un sociologue et écologiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Actuellement professeur émérite à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, il a fondé en 1989 le Centre d'Étude des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA), autour du thème de la socio-anthropologie des techniques et de la réflexion sur le devenir technologique et le sens du progrès. Études de mathématiques et de physique en même temps que de sciences politiques et de sociologie à Paris. Études à l'université de Stockholm (M. S. Sc.), thèse de 3e cycle sous la direction de Jean-Claude Passeron et de Raymond Aron sur les intellectuels suédois[2] ; thèse d'État sur Les formes du temps social (1984 avec Georges Balandier). Chercheur au Centre Européen de Sociologie Historique (EHESS, dir. R. Aron) puis Centre de Sociologie des Arts (EHESS, dir. R. Moulin) jusqu'en 1989. Professeur à HEC, assistant puis associé jusqu'en 1989, Maître de Conférence puis Professeur titulaire (1986) à l'Université de Paris 1. Professeur invité à l'Université de Valencia.

Travaux sur le devenir du système éducatif, puis sur la prospective, en France, en Suède, au Ghana, au Maroc, expert du PNUD BIT au Ministère du Travail (Brésil) dans les années 1980. Création avec l'Université de Valencia d'un réseau européen latin de recherche sur la société post-carbone.

Il a ensuite longtemps développé une intense collaboration avec l'aviation[3],[4] en liaison avec un autre centre d'intérêt principal, sur le plan théorique, qui est la recherche sur les macro-systèmes techniques comme objet en devenir, central dans la société moderne[5]. Une sévère critique du progrès technique accompagne cette réflexion.

Ses activités se sont orientées maintenant vers le débat écologique et il participe à plusieurs revues (L’Écologiste, La Décroissance, Entropia) en tant qu’auteur, et chroniqueur dans ce domaine. Cofondateur d’Entropia[6], revue d’étude théorique et politique de la décroissance.

Pensée[modifier | modifier le code]

En écologie politique, la thèse principale d'Alain Gras est développée dans ses ouvrages parus chez Fayard[7],[8]. Selon lui, l’usage de l’énergie fossile fut un piège dans lequel sont tombées les civilisations industrielles, qui a rompu l’équilibre entre l’usage énergétique des quatre éléments. La société contemporaine n'est pas seulement industrielle et capitaliste (elle l'était déjà lorsque les moulins à eau alimentaient les roues des usines en Angleterre au XVIIIe siècle), elle est « thermo-industrielle » depuis la fin du XIXe siècle. Ce n'est qu'un instant dans l'histoire de l'humanité mais cela nous conduit dans une impasse catastrophique : non seulement parce qu'elle brûle le monde par l'usage immodéré de l'énergie fossile, mais aussi parce qu'elle nous propose comme solution une fuite en avant technologique à laquelle les citoyens ne peuvent qu'assister, impuissants. La responsabilité civique se trouve, en effet, confisquée par les multinationales qui vivent en symbiose avec des macro-systèmes techniques où le pouvoir est diffus, insaisissable et hors de tout contrôle démocratique.

L'illustration caricaturale est celle de l'énergie atomique et du lobby nucléaire, mais il en va de même pour les techniques de la vie quotidienne, par exemple l'informatique électronique où les produits sont rapidement démodés, l'imposition des lampes LED présentées comme vertes alors que leurs besoins en terres rares souillent la planète dans des lieux encore agricoles, les agrocarburants qui permettent aux constructeurs de ne rien changer à l'automobile ou encore l'alimentation de masse. Selon Alain Gras, ces artefacts nous sont imposés au nom d'un progrès sur lequel nous n'avons aucune prise et dans lequel l'innovation technique, agent de ce faux progrès, joue un rôle majeur qui n'a rien à voir avec la satisfaction des besoins essentiels, mais assure la rentabilité de flux monétaires au profit de quelques-uns. La seule issue consiste à éviter toute technique qui utilise la chaleur, l’élément feu, et à réinventer celles dont la trajectoire a été interrompue au XIXe siècle, et qui sont fondées sur les autres éléments. L’essentiel est de se libérer de la prison imaginaire du confort et de l’illusion de la puissance dans laquelle nous a enfermé l’usage de l’énergie fossile auquel s'ajoute la collusion entre la grande technologie (gBig Tech) et le capitalisme financier au pouvoir.

En outre, la société thermo-industrielle n'est qu'une expression historique de la relation avec la technique, où l'homme est sujet et la nature objet, monde de ressources à exploiter. D'autres modes de relation furent expérimentés dans d'autres civilisations car la technique, loin d'avoir comme seule fonction l'efficacité, apparaît comme ayant été un moyen de communication et de négociation avec la nature dans nombre de sociétés, parmi les plus grandes historiquement (Chine, Inde, Amérindiens, Afrique [pas clair], Sud-est asiatique) sans négliger les sociétés dites traditionnelles ou autrefois primitives. La technique est un fait social et elle n'est pas autonome. Il n'y a aucune vérité dans la notion de tendance qui traverserait l'histoire des techniques et de l'humanité. La technologie comme l'art s'écrivent sur des trajectoires qui ont un début et une fin. L'anthropocène fut le début d'un moment historique : il sera sans doute aussi celui d'une fin.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • "OIL-Petite anthropologie du pétrole", B2 éditions, 2015
  • Les imaginaires de l'innovation technique, Manucius, 2012
  • Le choix du feu – Aux origines de la crise climatique, Fayard, 2007 (recension par Luc Semal + texte intégral en ligne)
  • Fragilité de la puissance, se libérer de l'emprise technologique, Fayard, 2003
  • Les macro-systèmes techniques, PUF, Que Sais-Je, 1997
  • Nella rete technologica, ed. UTET, Turin (éd. italienne révisée de Grandeur et Dépendance), 1997
  • Grandeur et Dépendance (avec la collaboration de S.Poirot-Delpech), Paris, PUF, 1993
  • Sociologie des ruptures - Les pièges du temps en sciences sociales, Paris, PUF, 1980
  • La Suède : pays et populations, Éd. Complexe, Bruxelles, 1981 (avec R.Sotto)
  • La futurologie, Seghers, 1976
  • Les universitaires suédois : contestation et conformisme dans une élite intellectuelle, Paris, Hachette, 1973
  • Sociologie de l'éducation - Textes fondamentaux, Larousse, 1973 (en espagnol Narcea, Madrid, 1976)

En collaboration ou sous la direction de

  • avec G.Dubey, L'avion : le rêve, la puissance et le doute, Publication de la Sorbonne, 2009
  • avec P. Musso (ss la dir.), Politique, communication et technologie, PUF, 2006
  • (ss. la dir) Sociologie, ethnologie-Auteurs et textes fondamentaux, Publications de la Sorbonne, 1998
  • avec C. Moricot, S. Poirot-Delpech, V. Scardigli, Face à l’automate : le pilote, le contrôleur et l’ingénieur, Publications de la Sorbonne, Paris 1994 (édition anglaise : Faced with automation)
  • Direction de la sociologie pour l’Encyclopédie des Œuvres Philosophiques, PUF, 1993 et rédaction de 16 articles.
  • avec C. Moricot (ss la dir.), Les Technologies du quotidien - La Complainte du progrès, Éd. Autrement, 1992
  • avec B. Joerges, V. Scardigli (ss la dir.) Sociologie des techniques de la vie quotidienne, recueil L'Harmattan, 1992
  • avec C. Moricot, S. Poirot-Delpech, V. Scardigli, Le pilote, Le Contrôleur et l'Automate, Éd. de l'IRIS, 1991, 2ed.1992
  • avec S. Poirot-Delpech, (ss. la dir.) Au doigt et à l'œil - L'imaginaire des techniques de pointe, L'Harmattan, Paris, 1990
  • avec B. J. Hake et al., L'Éducation a-t-elle un avenir ?, Bruxelles JEB/Kozel Verlag Munchen, 1975

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Article multimédia proposant une conférence audio donnée par Alain Gras, première diffusion le 16 décembre 2008 par Passerellesud.org, média libre de l'écologie politique : Alain Gras : technologie et Utopie
  • Le socio-système énergétique, 1ères Journées internationales de sociologie de l’énergie" organisées par le Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP, Université Toulouse-Le Mirail), octobre 2012
  • Dossier Apocalypses. Imaginaires de la fin du monde dirigé par Alain Gras pour la revue Socio-anthropologie, 2013, no 28.
  • Enregistrement de la conférence d'Alain Gras Domination et systèmes techniques le 4 février 2013 au séminaire Sophiapol (cycle 2012-2013 : “Les conceptions contemporaines de la domination II”).
  • Centre d'Étude des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gras, Alain (1941-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 23 septembre 2016)
  2. Alain Gras, Les universitaires suédois : contestation et conformisme dans une élite intellectuelle, Paris, Hachette,
  3. Alain Gras, Caroline Moricot, Sophie Poirot-Delpech et Victor Scardigli, Face à l'automate. Le pilote, le contrôleur et l'ingénieur, Paris, Publications de la Sorbonne,
  4. Gérard Dubey et Alain Gras (dir.), L'avion : le rêve, la puissance et le doute, Paris, Publications de la Sorbonne, , 312 p. (ISBN 2-85944-627-3)
  5. Alain Gras, Les Macro-systèmes techniques, Paris, PUF,
  6. « revue Entropia » (consulté le 28 février 2016)
  7. Alain Gras, Fragilité de la puissance. Se libérer de l’emprise technologique, Paris, Fayard,
  8. Alain Gras, Le Choix du feu. Aux origines de la crise climatique, Paris, Fayard,
  9. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Marc-Olivier Lagadic, « Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Technique des connaissances et des pratiques (CETCOPRA) », sur www.univ-paris1.fr (consulté le 3 juin 2016)

Articles connexes[modifier | modifier le code]