Alain Gras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alain Gras
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Domaine
Membre de
Institut Momentum (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Directeurs de thèse

Alain Gras, né le [1], est un sociologue français et professeur des universités émérite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études de mathématiques et de physique en même temps que de sciences politiques et de sociologie à Paris. Il fait un master à l'université de Stockholm et soutient une thèse de 3e cycle sous la direction de Jean-Claude Passeron et de Raymond Aron sur les intellectuels suédois[2]. en 1984, il soutient une thèse d'État sur Les formes du temps social sous la direction de Georges Balandier. Il est chercheur rattaché au Centre européen de sociologie historique de l'EHESS, puis au centre de sociologie des arts (EHESS) jusqu'en 1989.

Il fait une carrière universitaire qui le conduit à enseigner à HEC comme assistant puis comme enseignant associé jusqu'en 1989. Il est recruté comme maître de conférences puis professeur (1986) à l'université Paris 1. Il est professeur émérite.

Il a ensuite longtemps développé une collaboration avec l'aviation[3],[4] en liaison avec un autre centre d'intérêt principal, sur le plan théorique, qui est la recherche sur les macro-systèmes techniques comme objet en devenir, central dans la société moderne[5]. Une sévère critique du progrès technique accompagne cette réflexion.

Ses activités se sont orientées maintenant vers le débat écologique et il participe à plusieurs revues (L’Écologiste, La Décroissance, Entropia) en tant qu’auteur, et chroniqueur dans ce domaine. Cofondateur d’Entropia[6], revue d’étude théorique et politique de la décroissance.

Travaux[modifier | modifier le code]

Il a fait des recherches sur le devenir du système éducatif, puis sur la prospective, dans divers pays. Il a été expert du PNUD BIT au Ministère du Travail (Brésil) dans les années 1980. Il a participé à la création d'un réseau européen latin de recherche sur la société post-carbone avec l'université de Valence. Il développe ses théories en écologie politique dans plusieurs ouvrages[7],[8]. Selon lui, l’usage de l’énergie fossile fut un piège dans lequel sont tombées les civilisations industrielles, qui a rompu l’équilibre entre l’usage énergétique des quatre éléments. Selon lui, la société contemporaine n'est pas seulement industrielle et capitaliste, elle est « thermo-industrielle » depuis la fin du XIXe siècle. Selon lui, cela conduit dans une impasse catastrophique : non seulement parce qu'elle brûle le monde par l'usage immodéré de l'énergie fossile, mais aussi parce qu'elle propose comme solution une fuite en avant technologique à laquelle les citoyens ne peuvent qu'assister, impuissants.

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

  • "OIL-Petite anthropologie du pétrole", B2 éditions, 2015
  • Les imaginaires de l'innovation technique, Manucius, 2012
  • Le choix du feu – Aux origines de la crise climatique, Fayard, 2007 (recension par Luc Semal + texte intégral en ligne)
  • Fragilité de la puissance, se libérer de l'emprise technologique, Fayard, 2003
  • Les macro-systèmes techniques, PUF, Que Sais-Je, 1997
  • Nella rete technologica, ed. UTET, Turin (éd. italienne révisée de Grandeur et Dépendance), 1997
  • Grandeur et Dépendance (avec la collaboration de S.Poirot-Delpech), Paris, PUF, 1993
  • Sociologie des ruptures - Les pièges du temps en sciences sociales, Paris, PUF, 1980
  • La Suède : pays et populations, Éd. Complexe, Bruxelles, 1981 (avec R.Sotto)
  • La futurologie, Seghers, 1976
  • Les universitaires suédois : contestation et conformisme dans une élite intellectuelle, Paris, Hachette, 1973
  • Sociologie de l'éducation - Textes fondamentaux, Larousse, 1973 (en espagnol Narcea, Madrid, 1976)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gras, Alain (1941-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 23 septembre 2016)
  2. Alain Gras, Les universitaires suédois : contestation et conformisme dans une élite intellectuelle, Paris, Hachette,
  3. Alain Gras, Caroline Moricot, Sophie Poirot-Delpech et Victor Scardigli, Face à l'automate. Le pilote, le contrôleur et l'ingénieur, Paris, Publications de la Sorbonne,
  4. Gérard Dubey et Alain Gras (dir.), L'avion : le rêve, la puissance et le doute, Paris, Publications de la Sorbonne, , 312 p. (ISBN 2-85944-627-3)
  5. Alain Gras, Les Macro-systèmes techniques, Paris, PUF,
  6. « revue Entropia » (consulté le 28 février 2016)
  7. Alain Gras, Fragilité de la puissance. Se libérer de l’emprise technologique, Paris, Fayard,
  8. Alain Gras, Le Choix du feu. Aux origines de la crise climatique, Paris, Fayard,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Biliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]