Alain Fuchs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fuchs.

Alain Hubert Jean Fuchs[1], né le à Lausanne, est un chimiste et professeur de chimie franco-suisse, spécialiste en simulations moléculaires. Il est depuis 2010 président directeur général du CNRS[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Fuchs, né à Lausanne, passe une partie de son enfance et de son adolescence en Afrique, au gré des missions de son père informaticien, successivement au Zaïre, au Katanga, en Centrafrique, en Côte d'Ivoire et en Afrique du Sud, où il pratique le rugby. De retour à Lausanne à 17 ans, il peut intégrer l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), dont il sort ingénieur chimiste en 1975. À la suite de son doctorat d'État à l'université Paris-Sud 11 en 1983, il effectue un séjour post-doctoral à Édimbourg[4].

Alain Fuchs devient en 1995 professeur à l'université Pierre-et-Marie-Curie[3]. De 2000 à 2005, il fonde le Laboratoire de Chimie-Physique[5] (UMR 8000) à Orsay et prend sa direction. Il est président de l'agrégation externe de chimie de 1998 à 2001 et président de la section 13 du Comité national de la recherche scientifique de 2004 à 2008. En 2006, il devient le directeur de Chimie ParisTech. Il est nommé le président-directeur général du CNRS en succession de Catherine Bréchignac et d'Arnold Migus qui occupaient respectivement les deux postes distincts (président du CNRS et directeur général)[2],[3],[6]. Son mandat venant à échéance le 20 janvier 2014, il est d'abord chargé, par arrêté de la ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche[7], d'exercer l'intérim avant d'être finalement renouvelé dans ses fonctions le mois suivant[8]. Cette reconduction est qualifiée par Sylvestre Huet d'« occasion de débat perdue »[9].

Alain Fuchs est membre du bureau éditorial de la revue Physical Chemistry Chemical Physics[10] et de l'Academia Europaea[11].

En , il signe l'appel de directeurs d'instituts de recherche français à voter contre Marine Le Pen lors de l'élection présidentielle[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ordre national du mérite : décret du 14 mai 2014 », sur Légion d'honneur, (consulté le 8 avril 2015)
  2. a et b Philippe Jacqué, « Alain Fuchs : une nouvelle chimie pour le CNRS », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c « Communiqué : Alain Fuchs est nommé président du CNRS », sur CNRS, (consulté le 8 avril 2015)
  4. Jean-François Preveraud, « Alain Fuchs, un pédagogue à la tête du CNRS », sur Industrie&technologies, (consulté le 23 avril 2015)
  5. Laboratoire de Chimie-Physique
  6. Décret du 21 janvier 2010 portant nomination du président du Centre national de la recherche scientifique, JORF n°0018 du 22 janvier 2010 page 1427, texte n° 90
  7. Arrêté du 10 janvier 2014 portant attribution de fonctions au Centre national de la recherche scientifique, JORF n°0013 du 16 janvier 2014 page 760 texte n° 46
  8. Décret du 27 février 2014 portant nomination du président du Centre national de la recherche scientifique, JORF n°0050 du 28 février 2014 page 3943 texte n° 112
  9. Sylvestre Huet, « Alain Fuchs sera reconduit à la tête du CNRS », sur Sciences2, (consulté le 8 avril 2015)
  10. Bureau éditorial de Physical Chemistry Chemical Physics
  11. « Alain H. Fuchs », sur Academia Europaea (consulté le 23 mars 2015)
  12. Grégory Rozières, « La recherche scientifique française appelle à voter contre Marine Le Pen », sur huffingtonpost.fr, .
  13. Décret du 13 juillet 2010 portant promotion et nomination, JORF n°0161 du 14 juillet 2010 page 13049, texte n° 4
  14. « Alain Fuchs reçoit les insignes d’Officier de l’Ordre national du Québec des mains du Premier Ministre du Québec », sur CNRS,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :