Alain Courtois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courtois.

Alain Courtois
Fonctions
Premier échevin à la ville de Bruxelles
Député bruxellois
sénateur
Président de la commission de justice au sénat
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Schaerbeek, Bruxelles
Nationalité Belge
Parti politique Mouvement réformateur

Alain Courtois est un homme politique belge né à Schaerbeek le , membre du Mouvement réformateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié en droit et ancien secrétaire général de l'URBSFA, l'Union royale belge des sociétés de football association. En 2002, il est Directeur Général du Royal Sporting Club Anderlecht[1]. Ancien substitut du Procureur du Roi à Bruxelles,il devient député fédéral MR-MCC de la circonscription électorale de Bruxelles-Hal-Vilvorde du au en remplacement de Daniel Ducarme, devenu ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale et ministre des Arts, des Lettres et de l'Audiovisuel de la Communauté française. Ensuite, du au , il remplace Jacques Simonet, devenu ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale. Enfin, du jusqu'en 2007, Alain Courtois remplace Martine Payfa, élue au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale.

Grand amateur de football, il participe régulièrement comme consultant à l'émission "Vasyavoirdusport" sur la chaîne de radio belge Bel RTL.

En il est élu sénateur avec plus de 51 000 voix. Il fait également partie du comité sportif chargé d'étudier la possibilité d'organiser la Coupe du monde de football de 2018 au Benelux. Le projet s'appelle Beltomundial.

Le , il annonce son passage du MCC vers la composante PRL du Mouvement réformateur[2]. Il sera ensuite coopté sénateur le jusque 2014, et deviendra par la même occasion Président de la Commission de Justice au Sénat.

Le , Alain Courtois, en tant que tête de liste, ramène le MR dans la majorité au sein du Collège de la Ville de Bruxelles et en devient le Premier Echevin (Echevin de l'Etat Civil, des Sports, de la Démographie, des Cultes, de la Famille et des Seniors). Ce mandat lui permet d'appliquer localement sa vision d'intégration et de bien-être par le sport, en organisant divers événements sportifs en rue : Street 100m dans différents quartiers bruxellois, Zumba Party sur la Grand Place, Tai Chi dans les parcs, etc.

Il est élu député de la Région de Bruxelles-Capitale le et prête serment le , il est vice-président de la COCOF.

En , il a rejoint Alain Destexhe sur la nécessité de créer un courant libéral-conservateur au sein du MR pour défendre une ligne plus restrictive en matière d'immigration[3].

En , il assure qu'il ne briguera pas un nouveau mandat au sein de parlement bruxellois lors des régionales 2019[4].

En , fraîchement réélu, il annonce qu'il démissionnera de son poste de conseiller communal.[5]

Mandats politiques[modifier | modifier le code]

  • 26/06/2003 - 10/06/2007 : Député à la Chambre des représentants ;
  • 10/06/2007 - 25/05/2014 : Sénateur[6] ;
  • 14/10/2012 - 03/12/2018 : Conseiller communal de la Ville de Bruxelles ;
  • 03/12/12 - 03/12/2018 : Echevin de la Ville de Bruxelles[6] ;
  • Depuis le 10/06/14 : Député au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://alaincourtois.wordpress.com/biographie/
  2. http://www.lacapitale.be/regions/bruxelles/2010-06-18/bruxelles-courtois-est-passe-du-mcc-au-prl-790150.shtml
  3. Frédéric Chardon, « Chastel: "Il faut intensifier la politique de retour des délinquants illégaux" », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018).
  4. « Décumul: Commune ou Région? Commune, disent les élus régionaux », Le Soir Plus,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018).
  5. « Alain Courtois, premier échevin sortant, renonce à siéger au conseil communal de Bruxelles », RTBF Info,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2018)
  6. a b et c « Les 16 mandats de Alain Courtois (MR) », sur Cumuleo (consulté le 24 juillet 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]