Alain Cadix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cadix (homonymie).
Alain Cadix
Alain Cadix (cropped).jpg

Alain Cadix en 2011.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
OranVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Ingénieur conseil
Autres informations
Membre de
Distinctions

Alain Cadix est un ingénieur-conseil français, né à Oran le .

Il est aujourd'hui :

Il est par ailleurs président d'honneur de la Conférence des grandes écoles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Les origines de la famille Cadix se situent à Sauveterre de Guyenne ; elle s'est installée en Algérie vers 1860.

Alain Cadix, né d'un père commerçant et d'une mère infirmière, commence ses études secondaires au lycée Lamoricière à Oran jusqu’à la classe de troisième. Rapatrié d’Algérie en mai 1962, dans sa quatorzième année, il s’installe avec sa famille à Nantes, où il fréquente le lycée Clemenceau, de la classe de seconde à celle de mathématiques spéciales (1962 à 1967).

Une alternance aéronautique / enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Il intègre à moins de dix-neuf ans l’École de l’air à Salon-de-Provence, plus jeune élève de sa promotion. Ne pouvant être pilote pour des raisons d’aptitude visuelle, il opte alors pour le corps des ingénieurs mécaniciens de l’air. Affecté à Nancy Ochey en octobre 1970, il y exercera jusqu’en juin 1975 les fonctions de chef des services techniques de l’escadron de chasse 1/3 Navarre, équipé de Dassault Mirage III E et de missiles anti-radar Martel de Matra.

Il suit à Nancy les cours de l’Institut d'administration des entreprises (IAE) dont il sera diplômé (CAAE) en 1974.

Affecté à Paris à l'été 1975, Alain Cadix rejoint en 1976 la SNECMA qu’il quitte en 1977 quand il est reçu au programme doctoral d’HEC. Entre temps il obtient en 1976 un diplôme d’études approfondies (DEA) en « politique et gestion de la recherche » au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) où il suit les enseignements des professeurs Raymond Saint-Paul et Jean-Jacques Salomon. Il commence à préparer à HEC (programme doctoral) sa thèse en sciences de gestion, dirigée par Raymond Saint-Paul et Pierre-Frédéric Ténière-Buchot, consacrée à l’innovation technologique ; elle porte particulièrement sur les processus d’innovation au cœur des entreprises. Il intègre en 1978 la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP) dans le corps professoral de l’ESCP, aujourd’hui ESCP Europe, au département « Stratégie, hommes et organisations ». Il soutient sa thèse de doctorat à Paris IX Dauphine en juin 1979.

Ses recherches et ses enseignements portent sur l'innovation technologique, sa genèse, sa diffusion, ses effets sur les organisations. Il monte le premier partenariat en France entre une école de management, l'ESCP, et des écoles d'ingénieurs pour développer un corps de connaissances dans le champ du management de l'innovation technologique. L'institut Vaucanson, né de cette collaboration, organise des sessions de formation permanente et diverses manifestations.

En 1985, il rejoint le Centre de recherche et d'études des chefs d'entreprise (CRC) à Jouy-en-Josas, aujourd’hui au sein du Groupe HEC, comme professeur (stratégie et innovation) et directeur des programmes du CRC.

En 1989, il rejoint la société Dassault Aviation. Il y occupe successivement les fonctions de directeur de la formation, puis directeur des ressources humaines, enfin directeur de la communication. Comme directeur de la formation, il crée notamment l’Institut Dassault (formations au management des cadres à potentiel et des cadres supérieurs de la société) et le Conservatoire Dassault (formations pour la conservation des savoir-faire et l’apprentissage de nouvelles techniques). Il a été auditeur du Centre des hautes études de l’armement (CHEAr, 27e session, 1990-1991) puis conseiller des études (1991-1994).

En 1995 il réintègre la CCIP pour y créer et diriger l'Institut supérieur de technologie et management (ISTM). En 1997, tout en conservant la direction de l'ISTM, il prend celle de l'ESIEE (École supérieure d'ingénieurs en électronique et électrotechnique), à Marne-la-Vallée, école d'ingénieurs de la CCIP.

De 2001 à 2003, il préside la Conférence des grandes écoles après avoir présidé sa commission Formation de 1998 à 2001.

Une parenthèse territoriale : en mai 2003, Alain Cadix est nommé directeur général adjoint à la CCIP, chargé des études et de l’information. De mars 2006 à mars 2007, il est chargé d'une mission auprès du président du Conseil régional de Bretagne pour la mise en place de l’agence régionale de développement économique, devenue aujourd'hui Bretagne Développement Innovation.

Il est nommé directeur de l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) par décret du Président de la République du 3 mai 2007. L'ENSCI - Les Ateliers délivre les diplômes de créateur industriel et de designer textile conférant le grade de master. Alain Cadix est reconduit pour trois ans dans ses fonctions par un décret du 25 mai 2010. Au cours de ce second mandat, l'établissement est devenu membre fondateur du Pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES), devenu Communauté d'universités et d'établissements (ComUE) Hautes Études-Sorbonne-Arts et Métiers (heSam) et a participé aux réponses aux appels à projets du Programme des investissements d'avenir (PIA1); en particulier celui des Initiatives d'excellence (IDEX).

C'est aussi dans le cadre du PIA1 que l'ENSCI devient actionnaire de la SATT (société d'accélération de transferts de technologie) LUTECH portée par l'université Paris 6 Pierre et Marie Curie et divers partenaires académiques dont le CNRS, l'université Paris 2, l'Université de Technologie de Compiègne, l'INSEAD, etc.

Il entreprend de promouvoir l'ENSCI - Paris Design Lab réunissant la recherche et les post-diplômes, et ouvrant des perspectives de développement externe. Il quitte la direction de l'ENSCI en novembre 2012, six mois avant le terme de son second mandat, pour se consacrer, à la demande de ses collègues, présidents et directeurs d'établissement du PRES heSam, à l'IDEX dans laquelle l'ENSCI est impliquée.

Alain Cadix a été administrateur général du programme IDEX de heSam Université de juin 2012 (François Weil, qui en était l'administrateur général, ayant été appelé aux fonctions de recteur de l'académie de Paris), à juin 2013, date à laquelle lui est confiée la « mission Design ». Au sein de ce programme IDEX, il fut administrateur délégué du Centre Michel Serres de juin 2012 à juin 2016.

Depuis le 1er décembre 2012, il est conseiller scientifique au CEA, plus particulièrement chargé de contribuer au développement des relations entre chercheurs technologues du CEA / CEA Tech et designers. Cette collaboration s'inscrit dans la perspective de la création de Alps Design Lab associant au CEA - Grenoble (Leti, Liten), des écoles de design (ENSCI, ESAD de Saint-Étienne et des établissements publics délivrant le Diplôme supérieur d'art appliqué, mention design d'objet) et des établissements d'enseignement et de recherche de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Depuis début 2017 cette mission est élargie au CEA - Saclay (List) dans la perspective de la création de Diginnov (extension de Nano-INNOV).

Du 15 mars au 15 septembre 2015, puis du 1er février au 31 juillet 2016, il est chargé de mission à l'Université de Paris-Saclay pour l'étude de faisabilité d'un Design Center au sein de cette ComUE.

La mission Design[modifier | modifier le code]

De la mi-2013 à la mi-2014, Alain Cadix est chargé de la « mission Design » par le ministre du Redressement productif et la ministre de la Culture et de la Communication. Il remet une première version du « Mémoire pour une politique nationale de design » aux deux cabinets à la mi-juillet 2013 et sa version définitive aux ministres le 15 octobre 2013 lors du 2e Rendez-vous du design au Palais de Tokyo à Paris. À partir de la mi-octobre 2013, il est notamment chargé de la coordination de la mise en œuvre des préconisations retenues. Il anime alors un Collège des designers, composante de la mission Design.

Le remaniement ministériel de l'été 2014 sonne la fin de la mission Design. Diverses actions avaient été alors engagées comme le Crédit d'impôt innovation rendant éligibles les dépenses de design, le soutien à l'innovation non technologique, dont le design, par Bpifrance et le lancement de l'opération Designers en résidence dans des clusters.

Par ailleurs, Alain Cadix a publié la « chronique Design » pour L'Usine nouvelle.

Depuis novembre 2014, il est membre du Conseil scientifique et culturel de l'Institut national des métiers d'art (INMA).

Académie des technologies[modifier | modifier le code]

Alain Cadix en a été élu membre en décembre 2014. Il intègre début 2015 la commission Société et technologies et la commission Démographie, éducation, formation, emploi.

Il est élu le 9 novembre 2016 délégué aux Compétences-clés et à la formation (de ce fait, membre du Conseil académique) et président de la commission Démographie, éducation, formation, emploi. Il prend ses fonctions au 1er janvier 2017.

Activités associatives[modifier | modifier le code]

Autres activités et divers[modifier | modifier le code]

Alain Cadix a été membre du Conseil supérieur de la recherche et de la technologie (CSRT) dont il a présidé la commission « Industrie et technologie » (2005-2008).

Il a été élu local sur une liste « centre-droit » (conseiller municipal en 1977 puis premier adjoint au maire en 1983) au Mée-sur-Seine en Seine-et-Marne (1977-1989). Sur cette période la commune est passée de 10 000 à 20 000 habitants dans le cadre de Melun-Sénart, ville nouvelle dans les instances de laquelle il a siégé (établissement public d'aménagement, syndicat d'agglomération nouvelle).

Sur le plan sportif, il a pratiqué le rugby (no 3, pilier droit) pendant sept années (1968-1975).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Alain Cadix est chevalier de la Légion d'honneur, officier de l’ordre national du Mérite et officier des Palmes académiques.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le management à l'épreuve des changements technologiques - Impacts sur la société et les organisations, Organisation Éditions, (ISBN 2-7081-2815-9).
    Coécrit avec Jean-Marc Pointet
  • Saint-Exupéry - Le sens d'une vie, Le Cherche-Midi, coll. « Ciels Du Monde », 1994, 2000 (ISBN 2-86274-787-4). Direction de l'ouvrage

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 48e édition pour 2017 éditée en 2016, 2360 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-051-0), notice « Cadix, Alain ».