Alain Bihr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain Bihr
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Directeur de thèse

Alain Bihr, né le [1], est un sociologue français.

Auteur de nombreux ouvrages, il se revendique du communisme libertaire[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a commencé sa carrière d'enseignant comme professeur de philosophie en lycée[3]. Il a ensuite soutenu sa thèse de doctorat en sociologie (1990)[4] et a été nommé maître de conférences en sociologie à l'université de Haute-Alsace.

Le 1er février 2002, la section 19 du Conseil national des universités le qualifie pour les fonctions de professeur des universités[5]. Il est nommé professeur des universités à l'université de Franche-Comté. Comme chercheur, il est membre du laboratoire de sociologie et d’anthropologie de l'université de Franche-Comté (LASA-UFC)[6].

Il est l'auteur de nombreuses études sur le socialisme et le mouvement ouvrier. Alain Bihr est l'un des cofondateurs et rédacteurs de la revue À Contre Courant[7]. Auteur de quelques ouvrages polémiques durant les années 1980, il est également connu[réf. souhaitée] pour son étude de l'extrême droite française (en particulier du Front national) et du négationnisme (il a dirigé un important collectif intitulé Négationnistes : Les Chiffonniers de l'histoire, 1997). Ses derniers travaux portent principalement sur le capitalisme.

Se réclamant du communisme libertaire tout en étant fortement influencé par la pensée marxienne[8], il écrit par exemple que c'est sous « la forme capitaliste de propriété que se réalisent la domination et l’exploitation du travail salarié »[9]. Constatant que « le "Communisme" est devenu pire qu’un non-sens : un repoussoir », il veut initier une démarche inverse : « C’est donc résolument à contre-courant que je défendrai ici l’actualité du communisme. Non pas par goût du paradoxe ou de la provocation, mais par conviction. »[10].

Il a par ailleurs écrit des ouvrages sur les inégalités entre hommes et femmes, et a co-dirigé en 2014 avec Roland Pfefferkorn un Dictionnaire des inégalités[11].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Économique fétiche. Fragment d'une théorie de la praxis capitaliste, Paris, Le Sycomore, « Arguments critiques », 1979. (ISBN 978-2-86262-040-4)
  • avec Jean-Marie Heinrich, La Néo-social-démocratie ou le Capitalisme autogéré, Paris, Le Sycomore, 1980. (ISBN 978-2-86262-044-2)
  • Les Métamorphoses du socialisme, Strasbourg, 1986. (ISBN 978-2-9501211-0-3)
  • La Farce tranquille : normalisation à la française, Paris, Spartacus, 1986. (ISBN 978-2-902963-18-8)
  • Entre bourgeoisie et prolétariat : l'encadrement capitaliste, Paris, L'Harmattan, 1989. (ISBN 978-2-7384-0344-5)
  • Du grand soir à l'alternative. Le mouvement ouvrier européen en crise, préface de Pierre Fougeyrollas, Paris, Les Éditions ouvrières, 1991. (ISBN 978-2-7082-2877-1). Version éditoriale de sa thèse de doctorat.
  • Pour en finir avec le Front national, préface de Gilles Perrault, Paris, Éditions Syros, « Pour débattre », 1992. (ISBN 978-2-86738-853-8)
  • Philosophie : bac G, F et H, Paris, Foucher, « Plein pot », 1992. (ISBN 978-2-216-01634-1)
  • et Roland Pfefferkorn, Déchiffrer les inégalités, Paris, Syros, « Alternatives économiques », 1995. (ISBN 978-2-84146-093-9)
  • et Roland Pfefferkorn, Hommes - femmes, l'introuvable égalité. École, travail, couple, espace public, Paris, Les Éditions de de l'Atelier et les Éditions ouvrières, « Points d’appui », 1996. (ISBN 978-2-7082-3235-8)
  • (et al.), Négationnistes : les chiffonniers de l’histoire, Villeurbanne-Paris, Golias-Syllepse, « Mauvais temps & Classiques du silence », 1997. (ISBN 978-2-907993-46-3)
  • Le spectre de l'extrême droite : les Français dans le miroir du Front national, Paris, Les Éditions de l'Atelier et Les Éditions ouvrières, 1998. (ISBN 978-2-7082-3350-8)
  • Le crépuscule des États-nations. Transnationalisation et crispations nationalistes, Lausanne, Éditions Page deux, 2000. (ISBN 978-2-940189-18-2).
  • La reproduction du capital-Prolégomènes à une théorie générale du capitalisme, 2 tomes, Lausanne, Éditions Page deux, 2001. (ISBN 978-2-940189-22-9).
  • « Postface » à Pierre Tevanian, Le racisme républicain. Réflexions sur le modèle français de discrimination, Paris, L'Esprit frappeur, 2002. (ISBN 978-2-84405-181-3)
  • La Bourse ou la vie ! Contre les fonds de pension, préface d'Étienne Deschamps, Paris, CNT, 2003. (ISBN 978-2-9516163-4-9)
  • La préhistoire du capital. Le devenir-monde du capitalisme, vol. 1, Lausanne, Éditions Page deux, 2006. (ISBN 978-2-940189-36-6)
  • La Novlangue néolibérale, la rhétorique du fétichisme capitaliste, Lausanne, Éditions Page deux, 2007. (ISBN 978-2-940189-39-7)
  • Le Système des inégalités, Paris, La Découverte, 2008, avec Roland Pfefferkorn. (ISBN 978-2-7071-5220-6)
  • La Logique méconnue du Capital, Lausanne, Éditions Page deux, 2010. (ISBN 978-2-940189-44-1)
  • Les rapports sociaux de classes, Lausanne, Éditions Page deux, 2012. (ISBN 978-2-940189-49-6)
  • (et al.), Dictionnaire des inégalités, Armand Colin, 2014, (ISBN 9782200279240)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]