Alain Amselek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amselek.
Alain Amselek
Portrait de Alain Amselek
Alain Amselek en août 2006.
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (83 ans)
à AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Philosophe, écrivain, conférencier (d) et psychanalysteVoir et modifier les données sur Wikidata

Alain Jean Samuel Amselek, né le , est un psychanalyste et un écrivain français.

Jeunesse et situation familiale[modifier | modifier le code]

Alain Amselek est né en 1934[1] à Alger dans une famille juive sépharade pratiquante.

Son grand-père paternel, rabbi Schmuel Amselek, est auteur d'un livre en hébreu sur la Kabbale espagnole. Sa mère, née Chouraqui, était cousine d'André Chouraqui. Alain Amselek est cousin par alliance du philosophe Jacques Derrida[2].

Alain Amselek fait ses études secondaires jusqu’au baccalauréat de philosophie au lycée Émile-Félix Gautier d’Alger où deux professeurs, l’un de littérature, Achille Laherre, et l’autre de philosophie, Jean Choski, ont sur lui une influence déterminante sur son évolution. Après une année de physique, chimie et biologie à l’Université algéroise, il commence à Paris des études de médecine, qu’il abandonne pour se marier. Il fait deux ans et demi de service militaire en pleine guerre d’Algérie.

Son épouse est la psychanalyste Catherine Bergeret-Amselek.

Première vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Il crée une fabrique et une boutique de vêtements hippies à Paris, Alain Campton[3]. Durant les années 1960, il habille de nombreuses vedettes de la musique, du cinéma et du théâtre[4].

Après 1968, il introduit dans son entreprise les méthodes des groupes de créativité, qui venaient de naître en France. Ceci l’amène à s'intéresser aux méthodes de développement du potentiel humain, puis aux nouvelles thérapies importées des États-Unis. Il vend son entreprise pour revenir à ses premiers centres d'intérêt : la philosophie, la thérapie et la psychanalyse[5].

Formation et activités psychanalytiques[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2012)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il acquiert aux États-Unis, dans les années 1970, notamment à l'Institut d'Esalen et à l'Institut Radix en Californie, mais aussi en France, notamment à l'Institut Théracie créé par Clotaire Rapaille et par Michèle Barzach, une expérience de l'animation de groupes et de l'ensemble des thérapies corporelles et émotionnelles pratiquées alors, ce qui contribue à sa formation clinique. Cela l'amène à rencontrer les fondateurs ou leaders des principales psychothérapies modernes dans le monde et à travailler avec eux : Robert Desoille (dès 1953), Alexander Lowen, John Pierrakos, Arthur Janov, Dan Miller, Daniel Casriel, Moshe Feldenkrais, Gerda Alexander,Ida Rolf, Jack Painter, Paul Bindrim, Léonhard Orr, Stanislas Grof, Salvador Roquet, Rafaël Estrada-Villa, Federico Navarro, Gerda Boyesen, Bill Schutz, Jérome Liss, Bill Grossmann, Oscar Ichazo, Susanna Rivara et Andréa Donoso, Claudio Naranjo, Chuck et Erica Kelley, etc.

Il fait quatre ans d'analyse bioénergétique, sept ans d'analyse jungienne, quatre ans d'analyse freudienne, et entreprend à chaque fois le cursus complet de formation (didactique, séminaires théoriques, supervisions) pour être reconnu par ses pairs comme praticien dans chaque discipline.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2012)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Recherches et conceptions[modifier | modifier le code]

La pensée d'Amselek se réfère d'une part à la tradition hébraïque et aux spiritualités orientales (surtout hindoues) et d'autre part à Bergson, Freud et Jung[8]. Son premier livre dresse un parallèle entre Freud et Bergson pour faire ressortir les convergences et connivences entre le psychanalyste et le philosophe[9]. Dans ses recherches, il part de sa pratique psychanalytique pour élaborer une philosophie de la psychanalyse.

De formation plurielle en psychanalyse (Freud, Jung, Reich, Lacan, Winnicott, entre autres), Amselek se réfère également à des philosophes tels Kierkegaard, Nietzsche ou Bergson, mais également Albert Camus, Emmanuel Lévinas et Michel Henry, ainsi qu'à des écrivains, des poètes[10] et développe ses propres conceptions philosophiques[11].

Contre Onfray[modifier | modifier le code]

Alain Amselek est intervenu énergiquement contre l’analyse critique de l’œuvre freudienne et de la psychanalyse qui s’en réclame par Michel Onfray[12].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L’Écoute de l’intime et de l’invisible (La psychanalyse, plus en corps ?-Le Livre Rouge de la psychanalyse), Cerp édition, Paris 2006 (ISBN 9782916478005) (édition épuisée)
  • L’appel du réel - La psychanalyse en question (s), préface de Joyce McDougall, Cerp édition, Paris 2007. (ISBN 9782916478012)
  • L’Ouverture à la vie - La psychanalyse au XXIe siècle, préface de Jacques Digneton, Éditions Desclée de Brouwer, Paris 2010. (ISBN 9782220061696)
  • Le Livre Rouge de la psychanalyse (Tome 1), nouvelle édition revue et augmentée, Éditions Desclée de Brouwer, Paris 2010. (ISBN 9782220062303)
  • Le Livre Rouge de la psychanalyse (Tome 2), nouvelle édition, Éditions Desclée de Brouwer, Paris 2011. (ISBN 9782220063324)

Livres collectifs[modifier | modifier le code]

  • « Shangri-La ou la vieillesse », in La Cause des aînés, préface de Geneviève Laroque, livre collectif sous la direction de Catherine Bergeret-Amselek, éditions Desclée de Brouwer, Paris 2010 (ISBN 9782220062402)
  • « La mort dans l’âme, ou psychanalyse et spiritualité au service de l’avancée en âge », in L’avancée en âge, un Art de vivre, livre collectif sous la direction de Catherine Bergeret-Amselek, préfacé par Jean Bégoin, éditions Erès, Paris 2013 (ISBN 978-2-7492-3803-6)
  • « Joyce McDougall entre Winnicott et Lacan », in Les théâtres de Joyce McDougall - l’héritage d’une psychanalyste engagée, livre collectif sous la direction de Sander Kirsch et Jacques Van Wynsberghe, éditions Erès, Paris 2013 (ISBN 978-2-7492-3712-1)
  • « Clinique du sujet, clinique de l’altérité, clinique de l’amitié », in Vivre ensemble, jeunes et vieux, un défi à relever, livre collectif sous la direction de Catherine Bergeret-Amselek, préfacé par Philippe Porret, éditions Erès, 2015 (ISBN 978-2-7492-4908-7)
  • « Bien-traitance et Psychanalyse », in Bien-traitance et Management dans les lieux d’accueil, de la maternité au grand âge, livre collectif sous la direction de Danielle Rapoport, éditions Belin, 2016 (ISBN 978-2-7011-9625-1)

Articles et conférences[modifier | modifier le code]

  • « Le mystère de la chair », in Cahiers jungiens de psychanalyse, no 76, printemps 1993.
  • « L’impensable scandaleux de la psychothérapie », in La Tribune du Syndicat national des praticiens en psychothérapie et psychanalyse (S.N.P.Psy), février 1997.
  • « Pour la fin des positions monistes et totalitaristes », février 2008, inédit. Texte sur le site Franck Ramus-CNRS.
  • « La psychanalyse, pratique transcorporelle et spirituelle », in Le Corps et l’Analyse, revue des sociétés francophones d’analyse bioénergétique, volume 9, automne 2008.
  • « La vérité, si je mens », Psycorps, revue de l’école belge de psychothérapie psychanalytique à médiations, volume 12, 2009.
  • « Entre Réel et réalité, où se situe l’efficace de l’acte psychanalytique ? », Conférence du 22 septembre 2010 à Psycorps, Bruxelles. Texte accessible sur le site d'Amselek
  • « Hommage à Joyce McDougall », in La Revue Les Lettres de la Société de Psychanalyse Freudienne, no 26, novembre 2011.
  • « Sisyphe et Albert Camus », publié le 7 juillet 2016 sur LinkedIn
  • « La spécificité de la psychanalyse face aux diverses psychothérapies », publié le 22 août 2016 sur LinkedIn
  • « La chair du sujet - D'où écoute le psychanalyste et où entend-il ?... », publié le 7 octobre 2016 sur LinkedIn

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  2. L'appel du réel p. 184
  3. Michel Lancelot lui a consacré quelques lignes dans son étude : Je veux regarder Dieu en face : Le phénomène hippie,Editions Albin Michel, 1968, Éditions J’ai lu/Livre de poche 1972, et José Artur a organisé une soirée dans la boutique pour son émission Le Pop Club sur France-inter en 1967.
  4. « Alain Amselek, Un grand « panseur » se livre », Paris Match no 3025, par Alain Spira : « Toutes les vedettes, dont Johnny Hallyday, furent clients de sa boutique du boulevard Saint-Michel, qui sera d'ailleurs la seule à ne pas être saccagée en mai 68. Étrangeté du destin : Ce n’est pas comme psychanalyste, mais comme styliste qu’il fit la connaissance de Lacan, amateur de ses vêtements extravagants.»
  5. Entretien avec Benoît Ruelle sur RFI/Idées le 28 mars 2010 : Le psychanalyste Alain Amselek
  6. « Membres d'honneur »
  7. Alain AMSELEK, Le Livre Rouge de la psychanalyse tome 2 L'appel du réel, PARIS, Desclée de Brouwer, , page 98
  8. Entretien avec Michel Cazenave, émission « Les Vivants et les Dieux », France-Culture, le 30 juin 2007
  9. Le Livre Rouge, tome 1, p. 33 à 41
  10. Entretien avec Benoît Ruelle sur RFI/Idées le 28 mars 2010 : Le psychanalyste Alain Amselek
  11. Jacques Van Wynsberghe dans la Revue Psycorps, volume 12, 2008, p. 11, notamment : « Un des paradoxes d’Alain Amselek – pointons-le puisqu’il les affectionne particulièrement - est d’insister sur la prééminence du vécu sensible et sur l’inanité de l’intellectualisme, à travers un texte particulièrement érudit où la haute voltige intellectuelle le dispute au funambulisme philosophique », et Jacques Digneton dans sa préface à L’ouverture à la vie, p. 17 à 25 : « Il nous contraint parfois à embrasser tout à la fois les Méditations de Descartes, la pensée de Kierkegaard, les avancées des phénoménologues, les deux décennies de réflexion de Lacan sur le sujet cartésien, et enfin sa propre conception du sujet... Le sujet amselekien est en effet unique, différent de ce qu’une tradition philosophique en a porté jusqu’à nous… Remarquons, dans ce retournement existentiel, que le sujet n’est ni assujetti, ni asservi et surtout pas à la vie puisqu’il est la vie. On retrouverait là une préoccupation marquée du côté de la dimension politique de la tradition philosophique française du sujet : Rousseau, Bataille, Althusser, Deleuze, Foucault, et Derrida. »
  12. « Un praticien se révolte contre l’air du temps — Onfray mieux de se taire » Mediapart, le 16 mai 2010, repris en annexe dans Le Livre Rouge de la psychanalyse

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Entretien avec Louis de Courcy dans le Journal La Croix du 12 mai 2006 : La psychanalyse doit respecter l’unicité de la personne
  • Chronique de « L’écoute de l’intime et de l’invisible » par Nicolas Demorand sur France-Culture (Les Matins de France-Culture) en mai 2006
  • Entretien avec Nicolas Fauveau le 22 juin 2006 sur France bleue Gironde en duplex de Paris avec la journaliste Lucie Vincent
  • Entretien avec Béatrice Soltner sur RCF. Repères : « La psychanalyse est-elle dépassée ? », octobre 2006
  • Chronique de « L’écoute de l’intime et de l’invisible » par le psychothérapeute-psychanalyste américain Sander Kirsch dans la Revue de l’Ecole belge de psychothérapie psychanalytique, volume 10, 2006
  • Chronique de « L’appel du réel » par la psychothérapeute-psychanalyste belge Brigitte Dohmen dans la Revue de l’Ecole belge de psychothérapie psychanalytique, volume 11, 2007.
  • Entretien avec Pierre Edouard Deldique sur RFI/Signes Particuliers le 28 avril 2007 : Un trajet atypique de psychanalyste
  • Entretien avec Michel Cazenave dans le cadre de son émission “Les Vivants et les Dieux” sur France-Culture le 30 juin 2007 : La psychanalyse entre le corps et l’esprit.
  • Entretien avec Benoît Ruelle sur RFI/Idées le 28 mars 2010 : Le psychanalyste Alain Amselek
  • Entretien avec Jacques Munier dans l'émission « À plus d'un titre » sur France-Culture le 11 mai 2010
  • Entretien avec Olivier Germain-Thomas dans l'émission « For Intérieur » sur France-Culture le 21 mai 2010
  • Chronique de "L'ouverture à la vie (la psychanalyse au XXIe siècle)" par le psychanalyste Philippe Porret dans la revue Les Lettres de la Société de Psychanalyse Freudienne, no 25, mai 2011.
  • Chronique du Livre Rouge de la psychanalyse (tome 2) par le psychanalyste Philippe Porret dans la revue Les Lettres de la Société de Psychanalyse Freudienne, no 26, novembre 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :