Alaa Abdel Fattah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abd El-Fattah
Alaa Abd El-Fatah profile photo.jpg

Alaa Abdel Fattah

Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
علاء عبد الفتاحVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Ahmad Seif El-Islam (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Sanaa Seif (en)
Mona SeifVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web

Alaa Abdel Fattah (en arabe, علاء أحمد سيف عبد الفتاح), né le au Caire, est un militant, blogueur et informaticien égyptien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il grandit dans une famille de militants: son père Ahmed Seif El-Islam Hamad est un défenseur des droits de l'homme, arrêté en 1983, torturé et emprisonné pendant cinq ans; sa mère Laila Soueif est professeur d'université et militante politique; sa tante maternelle Ahdaf Soueif est une romancière et intellectuelle engagée; sa sœur Mona Seif a lutté contre les procès militaires des manifestants.

Informaticien, il travaille à développer des versions en arabe d'importants logiciels et plateformes[1]. Il crée aussi le blog Manalaa, qui remporte le prix Reporters sans frontières du meilleur blog en 2005, et prend position en faveur du journalisme citoyen dans les médias sociaux.

Arrestations[modifier | modifier le code]

Alaa Abdel Fattah est arrêté, interrogé et emprisonné à plusieurs reprises.

  • Le alors qu'il manifeste pour l'indépendance de la justice. Il est relâché le 20 juin.
  • Le pour incitation à la violence à l'occasion des altercations inter-religieuses. Il est relâché le 25 décembre.
  • Le pendant une manifestation devant le quartier général des Frères musulmans. Il est relâché le jour même.
  • Le , pour l'incendie du siège de campagne de l'ancien candidat à la présidentielle Ahmed Shafik, survenu le . Il est condamné à un an de prison avec sursis, ainsi que sa sœur Mona Seif[2].
  • Le , pour résistance aux autorités et violation de la loi qui interdit les manifestations. Il est relâché sous caution le . En juin 2014, il est condamné à 15 ans de prison et emprisonné dans l'attente d'un nouveau procès. Pendant cette détention, il entame une grève de la faim. Le , il est à nouveau libéré sous caution[3].

Prix Sakharov[modifier | modifier le code]

Le , il fait partie des sept nominés pour le prix Sakharov 2014[4].

Cette nomination est retirée lorsque le groupe parlementaire qui l'avait avancée (GUE/NGL) apprend qu'Alaa Abdel Fattah a appelé à «tuer un nombre critique d'Israéliens» dans un tweet en 2012 [5].

Références[modifier | modifier le code]