Al-Jaghboub (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Jaghboub et Giarabub.
Al-Jaghboub
الجغبوب
Administration
Pays Drapeau de la Libye Libye
Chabiyat Al Boutnan
Coordonnées 29° 44′ 33″ nord, 24° 31′ 01″ est

Géolocalisation sur la carte : Libye

Voir sur la carte administrative de Libye
City locator 14.svg
Al-Jaghboub

Al-Jaghboub (en arabe : الجغبوب, italien : Giarabub) est une localité libyenne située dans le désert Libyque oriental, en Cyrénaïque, à 290 km au nord de Tobrouk. Faisant partie administrativement du chabiyat d'Al Boutnan, elle est en fait plus proche de la ville égyptienne de Siwa que de n'importe quelle autre localité libyenne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle a été le siège du mouvement Sanussi, une ancienne université islamique et un palais Sanussi s'y trouvaient (désormais en ruines). En février 1931, l'administration coloniale italienne dirigée par le maréchal Rodolfo Graziani décide de construire une barrière de barbelés s'étendant du port méditerranéen de Bardia à Jaghbub, soit 270 km de distance. Encadrée par des patrouilles blindées et l'armée de l'air, la barrière avait pour de but de couper les rebelles de leurs sources d'approvisionnement et de leurs contacts avec les dirigeants Senussi en Égypte. La construction de la barrière a commencé en avril 1931 et s'est achevée en septembre. Avec l'expulsion de presque toute la population du Djebel Akhdar (ou Montagne verte), cela précipita la fin de la rébellion. Ces événements furent dramatisés dans le film Le Lion du désert sorti en 1981.

Giarabub est surtout connue pour avoir été le théâtre d'une bataille livrée entre les forces du Commonwealth et l'armée italienne pendant la Seconde Guerre mondiale. Une garnison composée de troupes coloniales italiennes et libyennes dirigées par le colonel Salvatore Castagna ont résisté pendant trois mois à un siège imposé par des Britanniques supérieurs en nombre, avant de tomber le 21 mars 1941[1],[2],[3]. La résistance héroïque des troupes italiennes a été largement célébrée par le régime fasciste et fut utilisée pour minimiser sa défaite militaire en Cyrénaïque. Le film Giarabub, sorti en 1942 et réalisé par Goffredo Alessandrini, retrace ces événements.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Salvatore Castagna, La difesa di Giarabub, Longanesi, 1950.
  • (it) Fabio Fattore, Dai nostri inviati a Giarabub, Mursia, Milano 2006.

Références[modifier | modifier le code]