Al-Jazari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Al-Djazari)
Aller à : navigation, rechercher
Al-Djazari
Al-Djazari automate verseur de vin.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Domaine

Abū al-'Iz Ibn Ismā'īl ibn al-Razāz al-Jazarī (1136-1206) (arabe: أَبُو اَلْعِزِ بْنُ إسْماعِيلِ بْنُ الرِّزاز الجزري) est un important érudit, artiste, astronome, inventeur et ingénieur mécanique arabe[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nous savons très peu de choses sur lui malgré ses nombreuses innovations ou descriptions mécaniques. Tout ce que nous savons à son sujet se trouve dans son livre de la connaissance des mécanismes ingénieux (Kitab fi ma‘rifat al-hiyal al-handasiyya) de 1206[10].

Création technologique[modifier | modifier le code]

Selon le reportage Les inventions venues d'Orient[11]:

Manuscrit d'Al-Jazari, vers 1205
  • les pompes hydrauliques, machine hydraulique automatique (système de pompage numéro 3).
  • Les machines automatiques.
  • L'un des premiers "ordinateurs" du monde, un calculateur analogique.
  • Les humanoïdes mécaniques programmables
  • La manivelle.
  • L’hydraulique reliée à l'horlogerie, l'horloge de l'éléphant qui a été reproduite juste à Dubaï.
  • La pompe aspirante à double effet automatique. qui est une partie du moteur à vapeur à notre ère.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Il écrivit un important traité sur la mécanique et les pendules, le livre de la connaissance des procédés mécaniques (Kitab fi ma‘rifat al-hiyal al-handasiyya) en 1206, qui lui a été commandé par le roi Nasser Eddine Mahmud ibn Mohamed ibn Qarra, un des sultans des Beni Irtaka à Diyarbekir, à l'époque du calife abbasside Nasser Dinullah Abu al-Abbas Ahmad, en 1181. Cet ouvrage a été achevé après vingt-cinq ans d'étude. C'est l'un des traités les plus importants de cette époque dans le monde musulman sur le sujet. Il existe des copies partielles de ce livre au Palais de Topkapı à Istanbul, au Musée des beaux-arts de Boston, au Metropolitan Museum of Art de New York, au musée du Louvre à Paris et à la Bibliothèque bodléienne d'Oxford.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hayes, John Richard, 1983. The Genius of Arab Civilization:Source of Renaissance. 2nd edition. p. 205. MIT Press.
  2. Ceccarelli, Marco, 2007. Distinguished Figures in Mechanism and Machine Science: Their Contributions and Legacies. Vol. 1. P6. Springer.
  3. Marco Ceccarelli, 2007 Distinguished Figures in Mechanism and Machine Science: Their Contributions and Legacies. Part.2.
  4. Dr. Norman SMITH, 1974 The Arabian Legacy.New Scientist, April 4, 1974 ISSN 0262-4079.
  5. The Cambridge History of Egypt, 1998 Historiography of the Ayyubid and Mamluk epochs Vol.1. Cambridge University Press.
  6. Muḥammad ibn Mūsā ibn Shākir, 850 Kitáb Al-Hiyal كتاب الحيل.Traslated and annotated by Donald R. Hill, 1978
  7. Li Guo, 1998 Early Mamluk Syrian Historiography. Vol.1.
  8. Biographical Dictionary of the History of Technology Al-Jazari, Ibn Al-Razzaz
  9. Aleksandr D. Knyž, 1999 Ibn ʻArabi in the Later Islamic Tradition: The Making of a Polemical Image in Medieval Islam. SUNY Press.
  10. Al-Jazari, Ibn al-Razzaz, The Book of Knowledge of Ingenious Mechanical Devices. Donald R. Hill, trans. Dordrecht: D. Reidel, 1974.
  11. reportage Les inventions venues d'Orient, produit par William Grullydd Lwards

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notice d'autorité d'Al-Djazari

Bibliographie[modifier | modifier le code]