Alūksne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alūksne
Blason de Alūksne
Héraldique
Drapeau de Alūksne
Drapeau
Alūksne
Le château de Marienburg
Administration
Pays Drapeau de la Lettonie Lettonie
Novads Alūksnes novads
Maire Viktors Litaunieks
Démographie
Population 7 982 hab.[1] (2016)
Densité 561 hab./km2
Géographie
Coordonnées 57° 25′ 00″ nord, 27° 03′ 00″ est
Superficie 1 423 ha = 14,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lettonie

Voir sur la carte administrative de Lettonie
City locator 14.svg
Alūksne
Liens
Site web http://www.aluksne.lv/

Alūksne (de 1284 à 1917 : Marienburg en allemand) est une ville de la région de Vidzeme en Lettonie. Elle est située près de la frontière avec la Russie et avec l'Estonie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région autour du Lac Alūksne est habitée par des tribus estoniennes et lives de langues fennique. Entre le VIIIe et le XIIe siècle les Latgaliens s'y installent. Les chroniques Pskov situent en 1824 la création de la ville nommée alors Olysta, Alyst, et Volyst. Le dernier nom Alūksne viendrait du mot olūksna signifiant en latgalien « une source dans la forêt ».

En 1342, les croisés germaniques de l'Ordre de Livonie conquièrent la ville et y construisent la forteresse de Marienburg sur une île avoisinante afin de protéger les routes commerciales entre Riga et Pskov. La ville qui se développe autour du château est aussi appelée Marienburg.

En 1560, pendant la guerre de Livonie, Marienburg est prise par les troupes de Ivan le Terrible. En 1582 la ville est rattachée à la République des Deux Nations et en 1629 à l’Empire suédois. Le pasteur luthérien Johann Ernst Glück, premier traducteur de la Bible en letton, fonde en 1683 la première école en langue lettone en Vidzeme. Le bâtiment de l'école héberge actuellement le musée d’Alūksne. L’armée russe menée par Boris Cheremetiev prend la ville en 1702 durant la Grande guerre du Nord. La guerre fait de grands dégâts et le château est détruit. Boris Cheremetiev déporte tous les habitants dont Glück et sa fille adoptive Marta Skavronska, qui deviendra l’impératrice Catherine Ire de Russie.

Entre 1859 et 1863, un nouveau château de Marienburg est reconstruit par le baron Otto von Vietinghoff, petit-fils d'Otto Hermann von Vietinghoff.

Architecture[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le musée de la Bible à Alūksne : Johann Ernst Glück y effectua la première traduction de la Bible en letton.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]