Alès Groupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alès Groupe
logo de Alès Groupe

Création 1969
Fondateurs Patrick Alès
Forme juridique Société anonyme
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Activité Phytothérapie
Site web Site officiel

Alès Groupe, anciennement Phyto-Lierac, est une entreprise française spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de produits de soins cosmétiques (marque Liérac) et capillaires (marque Phyto) à base de plantes. Alès Groupe est cotée en bourse de 1996 à 2020. Elle détient également à partir de 1998 et pendant 20 ans les parfums Caron. Des pertes financières générées à la fin des années 2010 provoquent sa faillite en 2020, date à laquelle elle est reprise à la barre du tribunal de commerce.

Historique[modifier | modifier le code]

L'entreprise est créée en 1969 par Patrick Alès, un ancien coiffeur de personnalités, qui a inventé la technique du brushing en 1964[1],[2] et dont le salon vient de faire faillite[3],[4]. Elle débute, sous le nom des laboratoires Phytosolba, grâce à un prêt de Jacques Dessange[5], dans la production et la vente dans des pharmacies, de soins capillaires à base de plantes (phytothérapie) sous la marque Phyto[3],[1].

En 1979, le groupe L'Oréal achète 49 % du capital de l'entreprise, ce qui lui permet d'acquérir les cosmétiques à base de plantes, Liérac[6] créés quatre ans auparavant[7]. En 1983, les laboratoires Phytosolba acquièrent les Laboratoires de médecine végétale[8].

L'internationalisation du groupe commence au début des années 1990, ce qui accélère sa croissance[8].

En 1995, à la suite d'un procès gagné contre L'Oréal, Patrick Alès lui rachète ses parts pour 90 millions de francs principalement par endettement[6],[9],[10].

Le 15 octobre 1996, le groupe Alès est renommé Phyto-Lierac et est introduit en bourse sur le Second Marché de la Bourse de Paris[11],[9]. Cette opération permet à son fondateur et sa famille de céder 15 % du capital et de lever 60 millions de francs[10],[12]. À cette période, le chiffre d'affaires est notamment réalisé à 57 % dans les produits capillaires haut de gamme (marque Phytosolba, renommée ultérieurement Phyto) et à 41 % dans les produits dermocosmétiques (marque Lierac vendue en pharmacie)[10].

Le 4 juin 1997, Phyto-Lierac lance un emprunt de 220 millions de francs en obligations convertibles afin de financer des acquisitions[13],[14]. En 1997, le groupe rachète le laboratoire Ducastel, qui réalise 31 millions de francs de chiffre d'affaires dans des produits de coloration pour coiffeur[15],[16],[8]. En 1998, Phyto-Lierac acquiert les parfums Caron[15],[17],[6], une entreprise de 50 employés en déficit de 45 millions sur les trois dernières années[18], pour, selon le journal La Tribune, entre 40 et 95 millions de francs[14],[19].

Après avoir remboursé ses obligations convertibles en janvier 2004, Phyto-Lierac, renommé entre-temps, Alès Groupe, lance une augmentation de capital pour 19,4 millions d'euros[20],[21]. Alors que l'export ne représente que 30 % du chiffre d'affaires en 1996, il atteint 50 % du chiffre d'affaires en 2004[22].

En 2008, Patrick Alès quitte la direction opérationnelle du groupe[2]. En 2010, les actions du groupe sont transférées sur Alternext[23].

Au début des années 2010, la direction d'Alès Groupe est plusieurs fois remaniée[24],[25]. En 2012, l'entreprise réalise « les premières pertes de son histoire »[26].

En février 2018, Alès Groupe est dans une situation financière difficile[27] et Patrick Alès, le président du conseil de surveillance, cède sa place à son fils Romain Alès[28],[29],[30]. Le 18 octobre 2018, Alès Groupe vend les parfums Caron pour un peu moins de 30 millions d'euros[31],[32],[33].

En , Avila, le holding d'Alès Groupe réalise une augmentation de capital de 20 millions d'euros souscrite par un nouvel actionnaire, Co-Capital, un distributeur déjà partenaire d'Alès Groupe à l'international[34],[35],[36]. Co-Capital détient 40 % d'Avila et la famille fondatrice le reste[37]. À la fin du même mois, le fondateur, Patrick Alès, meurt[38],[1].

Fin 2019, la situation s'aggrave, car un covenant bancaire n'est plus respecté[39] et le montant des dettes exigibles s'élève à 90 millions d'euros[40]. Le 29 juin 2020, le cours de l'action d'Alès Groupe coté sur Euronext Growth est suspendu[41].

À l'été 2020, la société, lourdement déficitaire malgré la plus value enregistrée lors de la revente des parfums Caron[33], est placée en redressement judiciaire[41]. La pandémie de Covid-19, qui a entrainé un arrêt de la distribution en Europe et aux États-Unis, a précité la chute du groupe, déjà fragilisé depuis plusieurs années[41]. Le 24 septembre 2020, le tribunal de commerce décide la vente de la partie cosmétique (70 % de l'activité du groupe) à la holding Impala de Jacques Veyrat pour 13,5 millions d'euros[39]. La partie coiffure est reprise par ses dirigeants[39].

Chiffres clés
1995 1999 2001 2004 2009 2012 2015 2018 2019
Chiffre d'affaires (en millions d'euros) 59[9] 98[11],[42] 124[3] 150[43] 170[44] 206[45] 244[40] 208[37] 208[46]
Résultat net (en millions d'euros) 1[9] 5[3] -7[24] 8[40] -15[37] -39[46]
Nombre d'employés 434[9] 750[43] 800[44] 102[39]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Le Point (par AFP) magazine, « Patrick Alès, l'inventeur méconnu du brushing, est décédé », sur Le Point, (consulté le )
  2. a et b Audrey Tonnelier, « Patrick Alès, président d'Alès Groupe : Un guérisseur aux multiples visages », Le Journal des Finances, no 6274,‎ , p. 44 :

    « [...] en 1964, il invente le procédé du Brushing, brevet qui sera racheté dix ans plus tard par L’Oréal. [...] »

  3. a b c et d « Patrick Alès », Le Figaro,‎ , p. 2 :

    « [...]Après une carrière de coiffeur vedette sous le patronyme de Lorca, brisée net par la faillite de son salon, l'homme se rebaptise et rebondit avec la création, en 1969, d'une entreprise alliant ses deux passions : le cheveu et les soins par les plantes [...] »

  4. Patrick Alès, Le tchô : demain viendra toujours, Le Cherche Midi, , 300 p.
  5. (en) « The sweet smell of success: Patrick Alès magnificent garden is still going strong », The Independent, (consulté le ).
  6. a b et c Carole Bellemare avec Caroline Beyer, « La quatrième vie de Patrick Alès, pionnier de la beauté par les plantes », Le Figaro,‎ , p. 24
  7. « LIÉRAC », sur http://www.marieclaire.fr, (consulté le ).
  8. a b et c Nathalie Conte, « Phyto Liérac : des plantes qui rapportent », Le Figaro,‎ , p. 14 :

    « [...] Mais c'est surtout grâce à l'export qui débute en 1991 que Patrick Alès connaît une véritable expansion. [...] »

  9. a b c d et e Thomas Le Masson, « Le groupe Alès prépare son introduction en Bourse », sur Les Echos, (consulté le )
  10. a b et c Héléna Dupuy, « Phyto Lierac s'introduit en Bourse le 15 octobre », La Tribune,‎
  11. a et b Anne-Laure Julien, « Alès Group : un attrait spéculatif », Le Figaro,‎ , p. 7
  12. « Bourse : spéculations sur Alès Groupe », sur Les Echos, (consulté le )
  13. « SM + Phyto-Liérac émet pour 191 millions de convertibles », La Tribune,‎
  14. a et b « Phyto-Liérac rachète Caron », La Tribune,‎
  15. a et b « Alès Groupe, la croissance par les plantes », sur http://www.usinenouvelle.com,
  16. « Phyto-Lierac se lance sur le marché de la coloration des cheveux », sur https://www.lesechos.fr, (consulté le ).
  17. « Phyto-Lierac acquiert les Parfums Caron », sur https://www.lesechos.fr, (consulté le ).
  18. « Phyto-Lierac a redressé les parfums Caron », sur Les Echos, (consulté le )
  19. « SM + Les ambitions de Phyto-Lierac font peur », La Tribune,‎
  20. « Alès lance une augmentation de capital », La Tribune,‎
  21. Sylvain de Boissieu, « Alès Groupe, un « mini-L'Oréal » peu valorisé », Le Journal des Finances,‎ , p. 32
  22. François Doux, « Priorité à l'international pour Alès Groupe », Le Figaro,‎ , p. 7
  23. « Ales Groupe : sur Alternext le 12 mai », sur Boursier.com (consulté le )
  24. a et b Rémi le Bailly, « Alès groupe : le glamour en pharmacie », sur Investir (consulté le ) : « [...] L'entreprise émerge de deux exercices difficiles. [...] se sont ajoutées la succession de trois directeurs généraux en cinq ans et des erreurs stratégiques, comme une croissance à marche forcée au détriment de la santé financière.[...] »
  25. « Départ surprise de Bernard Flobert », sur Investir (consulté le )
  26. Gaëlle Fleitour, « Dépoussiérer des marques, ça s’anticipe », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « La relance compliquée du propriétaire de Phyto et Lierac », sur Les Echos, (consulté le )
  28. « Le fonds activiste CIAM part à l'assaut d'Alès Groupe », sur Les Echos, (consulté le )
  29. « Alès Groupe tire la sonnette d'alarme », L'Agefi,‎ (lire en ligne)
  30. Olivier Pinaud, « Le changement de génération chez Alès Groupe se fait dans la douleur », L'Agefi,‎ (lire en ligne)
  31. « Alès Groupe vend Caron », Le Monde,‎ , Scq5
  32. (Par Reuters), « Alès Groupe creuse ses pertes et cède les parfums Caron », sur Capital.fr, (consulté le )
  33. a et b Olivier Pinaud, « La vente de Caron ne règle pas le casse-tête financier d'Alès Groupe », L'Agefi,‎ (lire en ligne)
  34. « Frédéric Poux, l’ancien patron d’Afflelou, va relifter Alès Groupe », sur LEFIGARO, (consulté le )
  35. Olivier Pinaud, « Les candidats à la reprise d'Alès Groupe se déchirent », L'Agefi,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  36. Aroun Benhaddou, « Naxicap Partners élabore un plan pour sauver Alès Groupe », L'Agefi,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  37. a b et c « Alès Groupe met la touche finale à sa restructuration », sur Capital Finance, (consulté le )
  38. « Décès du coiffeur Patrick Alès », sur www.lefigaro.fr, (consulté le )
  39. a b c et d « Impala reprend les actifs d’Alès Group à la barre du tribunal », sur Capital Finance, (consulté le )
  40. a b et c « La crise ayant accéléré ses difficultés, Alès Groupe voit ses actifs être repris à la barre du tribunal par Impala », Les Echos Capital Finance,‎ , p. 6
  41. a b et c « Cosmétiques : Lierac et Alès Groupe placés en redressement judiciaire », sur Les Echos, (consulté le )
  42. « Grâce à L'Anarchiste, Alès Groupe compte repartir de l'avant cette année », sur Les Echos, (consulté le )
  43. a et b « Catherine Johnston, un regard neuf chez Alès Groupe », Le Figaro,‎ , p. 24
  44. a et b Corinne Caillaud, « Bernard Flobert, un polytechnicien pour écrire le futur d'Alès groupe », Le Figaro,‎ , p. 27
  45. « Ducastel refait une beauté à son site de produits de coloration de Castelfranc », sur www.usinenouvelle.com, (consulté le ).
  46. a et b « Jacques Veyrat candidat à la reprise du groupe Lierac », sur Les Echos, (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]