Akli Yahyaten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Akli (homonymie).
Akli Yahyaten
Description de cette image, également commentée ci-après
Akli Yahyaten
Informations générales
Naissance (86 ans)
Aït-Mendes, Boghni, Drapeau de l'Algérie Algérie
Activité principale Chanteur
Genre musical Musique kabyle

Akli Yahyaten, né en 1933 à Aït-Mendes près de Boghni, en Algérie, est un chanteur algérien de musique kabyle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émigré en France dans les années 1950, il travaille comme manœuvre spécialisé dans les usines Citroën et commence à fréquenter le milieu artistique du Quartier latin (Slimane Azem, Allaoua Zerrouki, Cheikh El Hasnaoui).

Suspecté, à la suite d'une dénonciation, de collecter des fonds au profit du FLN, il sera emprisonné à plusieurs reprises. Durant ces emprisonnements il composera plusieurs chansons à succès, notamment Yal Menfi (« le banni »), une reprise d'un vieux chant d'exil kabyle parlant des déportés algériens du Pacifique, à la suite notamment de la révolte des Mokrani de 1871. Cette chanson rappelle aussi les souffrances endurées par les immigrés algériens dans l’Hexagone ; elle aussi été reprise par Rachid Taha et Cheb Khaled[réf. nécessaire].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1962 : Ya lmoujarrab (l'Expérimenté), Zriɣ zzin di Michelet (j'ai vu une bauté a michelet), Yal menfi (« L'exilé »), Jaḥḥaɣ bezzaf (je suis parti depuis longtemps), Tamurt n idurar (pays de montagne)
  • 1963 : Yeǧǧa yemma-s (il a abandonné sa mère), Ini-as i m-leɛyun ṭawes, Lbaz (l'aigle)
  • 1965 : Tamurt-iw (mon pays)
  • 1966 : Lfiraq (La séparation)
  • 1968 : Am iniɣ awal (je te dis un mot)
  • 1970 : Suq lfellaḥ (le marché)
  • 1990 : A leɛlam (le drapeau)
  • 2018 : A mmi (mon fils)

Liens externes[modifier | modifier le code]