Akbar Gandji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Akbar Gandji
Akbar Ganji in Chicago.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
QazvinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Arme
Site web
Distinctions
Liste détaillée

Akbar Ganjī ou Gandji en translittération française (en persan : اکبر گنجی) est un journaliste et intellectuel iranien appartenant à l'opposition à la République islamique. Il dénonce les violations des droits de l'homme en Iran.

Gandji est arrêté en 2000, à cause de la publication d'articles impliquant des hommes politiques et haut-fonctionnaires dans les meurtres d'intellectuels et de dissidents survenus en 1998. Il est condamné à six ans de prison pour insulte contre les autorités et propagande contre le régime. En août 2005, le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan avait appelé les autorités iraniennes à libérer Akbar Gandji pour raisons humanitaires, à la suite de sa grève de la faim prolongée.

Akbar Gandji dénonce un régime qui a fait exécuter 94 personnes en 2005 : « Le fait que le code pénal autorise un citoyen à en assassiner un autre s'il est jugé "impie" ; l'interdiction d'écrire pour les journalistes "opposants" ; la difficulté de manifester (70 femmes ont été arrêtées il y a quelques jours) ou encore la chape d'"autoritarisme" qui ignore toute vie privée et transforme le simple geste pour une femme de déplacer son foulard sur sa tête en un geste politique ».

Gandji pense que la seule issue pour le pays sera démocratique, ce qui en passe par la séparation de la politique et de la religion. Il rappelle aux démocraties occidentales « leur devoir de dénoncer les atteintes aux droits de l'homme en Iran. »

Akbar Gandji a reçu la plume d'or de la liberté en 2006. Il est lauréat la même année du prix Martin Ennals pour les défenseurs des droits de l'homme.

Il est nommé 59e « héros de la liberté de la presse dans le monde » par l'Institut international de la presse (IPI) en août 2010[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]