Aix-en-Diois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aix-en-Diois
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton Le Diois
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Code postal 26150
Code commune 26001
Démographie
Population 358 hab. (2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 42′ 38″ nord, 5° 24′ 07″ est
Altitude Min. 433 m
Max. 1 259 m
Superficie 16,49 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Solaure-en-Diois
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 15.svg
Aix-en-Diois

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 15.svg
Aix-en-Diois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Aix-en-Diois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Aix-en-Diois

Aix-en-Diois est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Solaure-en-Diois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Aix-en-Diois est à 5 km de Die.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Aix-en-Diois
Barsac Die
Molières-Glandaz
Laval-d'Aix
Aurel Aix-en-Diois
Montmaur-en-Diois Saint-Roman

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Possession des comtes puis des évêques de Die au XIIe siècle, puis des princes d'Orange et enfin de la famille La Tour du Pin-Gouvernet au XVIIe siècle[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Hervé Guihur    
mars 2008 en cours
(au 30 octobre 2014)
Angelo Vivenzio[2] DVG Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 358 habitants, en augmentation de 1,99 % par rapport à 2008 (Drôme : 3,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
211 129 166 194 230 225 225 232 283
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
297 305 284 259 300 272 632 312 313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
316 312 302 236 275 259 260 254 222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
213 200 175 196 209 255 351 358 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Source d'eau bicarbonatée en amont des thermes (actuellement enterrée).
  • Vestiges de thermes romains décorés (idem).
  • Ruines d'un château médiéval du XIIIe siècle avec une enceinte polygonale et des tours d'angle, reconstruit au XVIe siècle.
  • Château de la Salle datant du XVIIe siècle construit par un commerçant protestant, racheté comme résidence d'été pour l'évêque de Die, Gaspard-Alexis Plan des Augiers, frère de Plan de Sieyes, conseiller au Parlement de Grenoble.
  • Grotte du Solaure.
  • Église de l'Immaculée Conception.
  • Temple.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 192 p, 2004

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Jean-Joseph Expilly Desaint et Saillant, 1766.
  2. Aix-en-Diois sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 30 octobre 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .