Aix-en-Diois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aix-en-Diois
Aix-en-Diois
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire délégué Angelo Vivenzio
Code postal 26150
Code commune 26001
Démographie
Gentilé Aixois, Aixoises
Population 358 hab. (2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 42′ 38″ nord, 5° 24′ 07″ est
Altitude Min. 433 m
Max. 1 259 m
Superficie 16,49 km2
Élections
Départementales Le Diois
Historique
Commune(s) d'intégration Solaure en Diois
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 15.svg
Aix-en-Diois
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 15.svg
Aix-en-Diois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Aix-en-Diois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Aix-en-Diois

Aix-en-Diois est une ancienne commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Solaure en Diois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Aix-en-Diois est à 5 km de Die.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Drôme.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • 1178 : Ais (cartulaire de Die, 5).
  • 1178 : Axium (cartulaire de Durbon).
  • 1224 : Ays (cartulaire de Durbon, 64).
  • 1286 : Aysium (Valbonnais, II, 61).
  • 1300 : Ayo (Valbonnais, II, 100).
  • 1319 : Aczio (archives des Bouches-du-Rhône, B 1397).
  • 1320 : Ayssium (inventaire des dauphins, 156).
  • 1343 : Aisium (choix de documents, 82).
  • 1391 : Ays-en-Diez (choix de documents, 215).
  • 1529 : Ays-en-Dyes (archives hospitalières de Crest, B 11).
  • 1891 : Aix, commune du canton de Die.

Non daté[réf. nécessaire] : Aix-en-Diois.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Aix est une formation toponymique gallo-romaine que l'on rencontre du sud au nord de l'ancienne Gaule (voir Aix). Elle est issue du latin aquis, forme à l'ablatif locatif pluriel du latin aqua « eau »[2].

Aix-en-Diois possède une source bicarbonatée dont l'eau salée était autrefois utilisée pour frauder la gabelle (enquête parlementaire pré-révolutionnaire)[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

Vestiges de thermes romains décorés[3].

  • Les Gallo-romains ont mis en valeur la source d'eau bicarbonatée en construisant ces thermes. La source et les vestiges des thermes sont actuellement enterrés[réf. nécessaire].
  • H. Desaye a fait des sondages sur les thermes de cette ville d'eau connue depuis longtemps par une dédicace aux divinités Bormanus et Bormana. Plusieurs salles ont été mises à jour dont une sur hypocauste[4].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Le mandement d'Aix et la baronnie du même nom étaient formés de quatre paroisses (Aix, Laval-d'Aix, Molières et Saint-Roman)[1].

La seigneurie :

  • Possession des comtes de Diois puis des évêques de Die (XIIe siècle[3].
  • (non daté) : possession des princes d'Orange[3].
  • (non daté) : un temps sous l'autorité de Guigues de Baix, seigneur de Baix-aux-Montagnes (Plan-de-Baix), La Bâtie de Baix, Suze et Aix-en Diois[réf. nécessaire].
  • Possession des Artaud, branche cadette des premiers comtes de Diois qui prit ensuite le nom de Montauban[1].
  • 1573 : passe (par mariage) aux La Tour-Gouvernet, derniers seigneurs[1].
  • 1578 à 1579 : un moment possédée par les Cazeneuve[1].

Avant 1790, Aix était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest, et du bailliage de Die.
Elle formait, avec les communautés de Laval-d'Aix et de Molières, une paroisse du diocèse de Die dont l'église, dédiée à saint Genis, était celle d'un prieuré connu dès le XIVe siècle dont le titulaire était décimateur à Aix, Laval-d'Aix, Molières et Saint-Roman[1].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune est comprise dans le canton de Châtillon-en-Diois. La réorganisation de l'an VIII (1799-1800) la place dans le canton de Die[1].

En 1886, le chantier de prolongement de la ligne de Livron à Aspres-sur-Buëch entre les gares de Die et d'Aspres-sur-Buëch provoque le doublement momentané de la population : 285 ouvriers étrangers à la commune et leurs familles se sont ajoutés aux 347 habitants de la population municipale[5].

Fusion dans Solaure en Diois (2016)[modifier | modifier le code]

Par Arrêté préfectoral 2015352-0020 du 18 décembre 2015 (paru au Journal Officiel), Aix-en-Diois et Molières-Glandaz fusionnent dès le dans la commune nouvelle de Solaure en Diois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires (avant 2016)[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter. : depuis la fin du Second Empire
1871   ?    
1874   ?    
1878   ?    
1884   ?    
1888   ?    
1892   ?    
1896   ?    
1900   ?    
1904   ?    
1908   ?    
1912   ?    
1919   ?    
1925   ?    
1929   ?    
1935   ?    
1945   ?    
1947   ?    
1953   ?    
1959   ?    
1965   ?    
1971   ?    
1977   ?    
1983   ?    
1989   ?    
1995   ?    
2001 2008 Hervé Guihur    
2008 2014 Angelo Vivenzio DVG fonctionnaire
2014 2015 (31 déc.) Angelo Vivenzio   maire sortant

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 358 habitants, en augmentation de 1,99 % par rapport à 2008 (Drôme : 3,24 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
211129166194230225225232283
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
297305284259300272632312313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
316312302236275259260254222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
213200175196209255351358-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête communale (en 1992) : le lundi de Pâques[3].
  • Fête patronale (en 1992) : le premier dimanche de septembre[3].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture et élevage[modifier | modifier le code]

En 1992 : céréales, vignes (vins AOC : Châtillon-en-Diois , Clairette de Die), pâturages (ovins, caprins), élevage de gibier, élevage de chiens[3]:

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ruines du château[3] médiéval du XIIIe siècle : enceinte polygonale et tours d'angle. Il a été reconstruit au XVIe siècle[réf. nécessaire].
  • Ruines de l'ancien village perché[3].
  • Château de la Salle (XVIIe siècle)[3] construit par un commerçant protestant, racheté comme résidence d'été pour l'évêque de Die, Gaspard-Alexis Plan des Augiers, frère de Plan de Sieyes, conseiller au Parlement de Grenoble[réf. nécessaire].
  • Église de l'Immaculée Conception[réf. nécessaire].
  • Temple[réf. nécessaire].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Artisanat d'art : céramique.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Grotte du Solaure (stalagmites)[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Aix-en-Diois possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 3 (Aix)
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 7b
  3. a b c d e f g h i j k et l Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Aix-en-Diois
  4. André Pelletier, André Blanc, Pierre Broise, Jean Prieur, Histoire et archéologie de la France ancienne, Rhône-Alpes, Le Coteau (42 120), Horvath, (ISBN 27171-0561-1), Aix-en-Diois, page 221
  5. Site des archives départementales de la Drôme, Recensement de 1886 d'Aix-en-Diois, vue 8 sur 8.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .