Airborne Tactical Advantage Company

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Airborne Tactical Advantage Company
Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Larry Payne, Jeffrey Parker
Siège social Newport News
Drapeau des États-Unis États-Unis
Société mère Textron
Site web www.atacusa.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Airborne Tactical Advantage Company, ou ATAC, est une société militaire privée basée à Newport News, en Virginie, aux États-Unis, fondée en 1994[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Aero L-39 Albatros de l'Airborne Tactical Advantage Company.

L'entreprise n’était à l'origine qu’une société créée comme second centre d’intérêt par son fondateur Larry Payne et son collègue Jeffrey Parker, deux amis s’étant rencontrés plus jeunes à l'United States Air Force Academy.

Elle exploite ou a exploité divers types d'avions militaires, dont des Mk-58 Hawker Hunter, des avions de combat israéliens F-21 Kfir, des A-4 Skyhawk et des L-39 Albatros dans le cadre d’entraînements de vol tactiques à destination de l'US Navy, de l'US Air Force et de la Garde nationale aérienne. Elle est, en 2019, la seule organisation civile qualifiée pour l’entrainement de la United States Navy Fighter Weapons School (Top Gun) et des F-22 Raptor de l'USAF[2].

Sa principale base d'opérations aériennes se trouve sur la base aéronavale de Point Mugu[3].

En , elle mettait en œuvre dix avions dans les États-Unis contigus, deux à Hawaï et deux au Japon[4], sur l'installation aéronavale Atsugi dans le cadre d'entraînements planifiés[5],[6].

Son centre de maintenance est, en 2019, l'Adversary Center of Excellence d’ATAC, basé sur l'aéroport international de Dallas-Fort Worth, au Texas.

ATAC a été acquise par Textron en 2016 et continue à fonctionner en tant que filiale[7].

Flotte[modifier | modifier le code]

Un IAI F-21 Kfir d'ATAC en 2016.

La flotte d'ATAC comprend les appareils suivants[8] :

Avec les Mirage F-1, elle déclare en 2019 avoir la plus importante flotte d’avions privés ADAIR [Adversary Air] du monde, mais Draken International, avec plus de 140 avions, revendique également le titre[14].

Accidents[modifier | modifier le code]

Le Douglas A-4 Skyhawk N123AT a perdu de la puissance au décollage et s'est écrasé dans un champ près de la base aéronavale de Fallon. Le pilote s'est éjecté en toute sécurité. Les enquêtes de la FAA et du NTSB sont terminées[15].
L'IAI Kfir N404AX s'est écrasé dans un bâtiment situé près de la base aéronavale de Fallon par mauvais temps, tuant le pilote. Les enquêtes de la FAA et du NTSB sont terminées[16].
Un Hawker Hunter s'est écrasé dans un champ en approche finale à la base aéronavale de Point Mugu, tuant le pilote. Les enquêtes de la FAA et du NTSB sont terminées[17],[18].
Le Hawker Hunter N332AX s’est écrasé dans un champ près de la base aéronavale de Point Mugu, tuant le pilote. Les enquêtes de la FAA et du NTSB sont terminées[19],[20],[21].
Un Hawker Hunter s'est écrasé à environ 160 kilomètres des côtes de San Diego. Le pilote a pu s'éjecter et a été récupéré par un hélicoptère à bord du porte-avions USS Theodore Roosevelt[22].
Un Hawker Hunter s'écrase en mer à 5 km de l'aéroport international d'Honolulu. Le pilote s'est éjecté, blessé, il est évacué par les Coast Guards[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Company Overview of Airborne Tactical Advantage Company, LLC », sur Bloomberg (consulté le ).
  2. « ATAC takes delivery of its last Mirage F1 aircraft from France », sur https://defence-blog.com/, (consulté le ).
  3. BusinessWeek, « Airborne Tactical Advantage Company Wins Up to $47,080,902 Contract », Bloomberg L.P. (consulté le ).
  4. (en) Matt Bannon, « ATAC YELLOWSHEET », sur http://www.atacusa.com, (consulté le ).
  5. ATAC Hawker Hunter F Mk.58 N322AX @ NAF Atsugi Retrieved February 18, 2017
  6. Naval Air Facility 27th of April 2013 Retrieved February 18, 2017.
  7. Leigh Giangreco, « Textron unit acquires 63 Mirage F1s » [archive du ], sur FlightGlobal, (consulté le ).
  8. Federal Aviation Administration, « US Civil Aircraft Registry, Query="ATAC" », Federal Aviation Administration (consulté le ).
  9. Laurent Lagneau, « L’américain ATAC a reçu son 63e et dernier Mirage F1 ayant servi sous les cocardes françaises », sur OPEX360, (consulté le ).
  10. a et b Michel Cabirol, « Les vieux Mirage F1 à l'ATAC des Etats-Unis ! », La Tribune,‎ (lire en ligne).
  11. « Les F1 à la conquête des USA », sur https://www.ttu.fr/, (consulté le ).
  12. Laurent Lagneau, « Pour la première fois, une société militaire privée a fait voler un Mirage F1 aux États-Unis< », sur OPEX360, (consulté le ).
  13. Gil Roy, « Les Mirage F1 français vont reprendre du service aux USA », sur /www.aerobuzz.fr, (consulté le ).
  14. (en) John Haughey, « Plane Growth », sur https://www.businessobserverfl.com/, (consulté le ).
  15. « WPR10LA339 », National Transportation Safety Board (consulté le ).
  16. « DCA12PA049 », National Transportation Safety Board (consulté le ).
  17. « DCA12PA076 », National Transportation Safety Board (consulté le ).
  18. « Jet crashes in Southern California, killing pilot », CBS News (consulté le ).
  19. « WPR15GA030 », National Transportation Safety Board (consulté le ).
  20. « 'Top Gun' style military jet crashes outside Navy base in California, killing pilot », NYDailyNews (consulté le ).
  21. « PILOT DIES IN MILITARY PLANE CRASH IN PORT HUENEME », ABC News (consulté le ).
  22. « ATAC HAWKER HUNTER CRASHES OFF THE COAST OF SAN DIEGO », The Aviation Geek Club (consulté le ).
  23. Philippe Chapleau, « Un Hawker Hunter de l'ESSD américaine ATAC s'est crashé à Hawaï », sur Ouest-France, (consulté le ).