Air defense identification zone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une zone d'identification de défense aérienne ou air defense identification zone (ADIZ) est un espace aérien au-dessus de la terre ou de l'eau dans lequel l'identification, la localisation et le contrôle des aéronefs civils sont effectués dans l'intérêt de la sécurité nationale[1]. Ils peuvent s'étendre au-delà du territoire d'un pays pour donner au pays plus de temps pour répondre aux aéronefs éventuellement hostiles. Le concept d'une ADIZ n'est défini dans aucun traité international et n'est réglementé par aucun organisme international[2],[3].

La première ADIZ a été établie par les États-Unis le , peu de temps après que le président Truman eut proclamé une urgence nationale pendant la guerre de Corée[4]. Une vingtaine de pays et régions ont désormais de telles zones, dont le Canada, l'Inde[5], le Japon, le Pakistan, le Bangladesh, la Norvège et le Royaume-Uni, la république populaire de Chine, la Corée du Sud, Taïwan, les États-Unis, la Suède, l'Islande et plus encore. La Russie et la Corée du Nord ont également des ADIZ non officielles[1],[2],[6]. Habituellement, ces zones ne couvrent qu'un territoire incontesté, ne s'appliquent pas aux aéronefs étrangers qui n'ont pas l'intention d'entrer dans l'espace aérien territorial et ne se chevauchent pas[3],[7].

Les zones de défense aérienne ne doivent pas être confondues avec les Flight Information Regions, les régions d’information de vol (FIR), qui sont utilisées pour gérer le trafic aérien[1].

Inde[modifier | modifier le code]

L'Inde a créé des ADIZ au milieu du XXe siècle. Entre autres règles, les notifications sont requises 10 minutes avant l'entrée. En cas de retard, 45 minutes ou plus et un nouvel ADC sont nécessaires[8].

L'Inde a délimité six ADIZ près de son territoire. Ces zones ont été déclarées au-dessus de la frontière internationale avec le Pakistan, la frontière internationale avec le Népal, au-dessus de la ligne de contrôle réelle avec la Chine, le long des frontières orientales avec le Bangladesh, le Bhoutan et le Myanmar et deux dans la région sud de l'Inde[9].

L'application militaire des ADIZ est de la seule responsabilité de l'IAF et la tâche est exécutée par le biais d'une chaîne de radars ainsi que d'une organisation C3I. Des avions et des missiles sol-air de l'IAF, avec des éléments de l'armée et de la marine participant dans leurs domaines spécifiques, le cas échéant, effectuent des interceptions. Les autorités de l'aviation civile, en collaboration avec l'IAF, contribuent également à ce processus en assurant des mesures de réglementation et de contrôle, telles que l'attribution de numéros d'autorisation de défense aérienne (ADC) aux aéronefs entrant ou opérant dans l'espace aérien indien et en confirmant l'ADC de l'arrivée trafic, si nécessaire[10].

Bangladesh[modifier | modifier le code]

Le Bangladesh maintient une ADIZ qui s'étend sur la mer adjacente au sud délimitée par six points[note 1].

Tous les vols d'aéronefs, civils / militaires, bangladais ou étrangers, originaires de l'ADIZ et ceux pénétrant dans l'ADIZ du Bangladesh doivent obtenir une autorisation préalable et une autorisation de défense aérienne (ADC).

Entre autres procédures, les aéronefs volant sans numéro ADC valide ou ne respectant aucune restriction ou s'écartant du plan de vol seront passibles d'interception par l'armée de l'air du Bangladesh[11].

États-Unis et Canada[modifier | modifier le code]

Limites ADIZ pour les États-Unis et le Canada en 2010.

Les États-Unis et le Canada exploitent conjointement une ADIZ qui englobe leur espace aérien souverain en Amérique du Nord. Les États-Unis possèdent deux zones en Amérique du Nord - les États américains contigus ADIZ et Alaska ADIZ - et deux autres à l'étranger - Hawaii ADIZ et Guam ADIZ[1]. Le Canada exploite deux autres sections de l'ADIZ nord-américaine, une au large de la côte pacifique de la Colombie-Britannique et une autre qui englobe l'archipel Arctique canadien et ses provinces de l'Atlantique.

En vertu de la loi et de la politique des États-Unis, la zone s'applique uniquement aux avions commerciaux qui ont l'intention d'entrer dans l'espace aérien américain[1]. Une structure de commandement et de contrôle de la défense aérienne a été mise au point en 1950, créant cinq zones d'identification de la défense aérienne en Amérique du Nord. Si l'interrogation radio n'a pas permis d'identifier un avion dans l'ADIZ, l'Air Force a lancé un avion intercepteur pour identifier visuellement l'intrus. Le système de défense aérienne a atteint son apogée en 1962. Avec le déploiement du SS-6 ICBM en URSS, les menaces stratégiques se sont massivement déplacées vers les attaques ICBM, et les intrusions de bombardiers ont été considérées comme moins menaçantes. Elle s'applique aux aéronefs traversant la zone vers d'autres pays.

Japon[modifier | modifier le code]

Zones d'identification de défense aérienne au-dessus du Japon (bleu), de la Corée du Sud (vert), de la Chine (rose) et de Taïwan/République de Chine (orange).

Le Japon a une ADIZ qui couvre la majeure partie de sa zone économique exclusive. L'ADIZ du Japon a été créée par les forces armées des États-Unis ( United States Armes Forces USAF) après la Seconde Guerre mondiale, avec la frontière ouest à 123 degrés est. En conséquence, seule la moitié est de l'île de Yonaguni faisait partie de l'ADIZ du Japon et la moitié ouest faisait partie de l'ADIZ de Taïwan. Le 25 juin 2010, le Japon a étendu son ADIZ autour de Yonaguni de 22 km vers l'ouest pour s'aligner avec ses eaux territoriales. Cela a conduit à un chevauchement avec des sections de l'ADIZ de Taïwan. Cependant, les responsables taïwanais des affaires étrangères ont déclaré que cela ne faisait aucune différence, car un accord a été trouvé entre les deux parties sur la façon de le gérer[12].

Selon China Network Television du , la Chine et la Russie ne reconnaissent pas l'ADIZ du Japon[13].

Taïwan[modifier | modifier le code]

Taiwan a une ADIZ qui couvre la majeure partie du détroit de Taiwan, une partie de la mer de Chine orientale et l'espace aérien adjacent, la plupart des ADIZ de Taiwan sont construites sur sa zone économique exclusive. L'ADIZ de Taïwan a été conçu et créé par les forces armées américaines (United States Armes Forces en anglais ou USAF)  après la Seconde Guerre mondiale.

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

La Corée du Sud exploite une zone qui couvre la plupart mais pas la totalité de son espace aérien revendiqué[14]. Il ne couvre pas certains endroits éloignés. La zone a été créée en 1951, pendant la guerre de Corée, par la United States Air Force pour bloquer les forces communistes. En 2013, en réponse à la création d'une zone chinoise qui couvre le territoire contesté, le gouvernement sud-coréen a envisagé d'étendre sa zone pour inclure les îles de Marado et Hongdo, et Ieodo, une roche submergée dans les zones économiques exclusives qui se chevauchent de Corée du Sud et de Chine.

Lorsqu'une partie ou l'intégralité de l'itinéraire de vol d'un aéronef pénètre dans la zone KADIZ, il est nécessaire d'envoyer un plan de vol spécifique une heure avant le départ. Les aéronefs civils avec des itinéraires réguliers doivent soumettre un plan de vol répétitif au contrôle de la circulation aérienne. Aucune action en justice n'est nécessaire lorsqu'un aéronef entre dans KADIZ tant qu'il suit son plan de vol signalé au gouvernement sud-coréen. S'il y a un changement dans le passage du vol ou une approche sans notification préalable, l'armée de l'air sud-coréenne a le droit d'identifier immédiatement ou de retrouver l'avion et d'être prête pour l'interception. Cependant, aucune force militaire telle que l'abattage de l'avion ne peut être exercée.

Le , le ministère de la Défense de la République de Corée a annoncé l'extension de la zone d'identification de défense aérienne coréenne (Korea Air Defense Identification Zone KADIZ). Après que la Corée du Sud a étendu KADIZ et que la Chine a établi son ADIZ en 2013, certaines zones se chevauchent. La zone frontière KADIZ au nord-ouest de l'île de Jeju (environ 2 300 km2) chevauche la mer de Chine orientale. De plus, les avions nationaux sud-coréens ne peuvent éviter d'entrer dans l'ADIZ chinois près d'Ieodo même si le vol a pour but de sauver ou de rechercher des avions en détresse ou manquants. La tension augmente d'autant que les zones de la Corée du Sud, de la Chine et du FIR du Japon se chevauchent[15]. Ces questions sensibles devraient entraîner un conflit militaire ou diplomatique entre les trois pays. Le 29 août, des avions militaires chinois étaient entrés dans la zone de KADIZ sans préavis à cinq reprises en 2018[16].

Chine[modifier | modifier le code]

Le 23 novembre 2013, la République Populaire de Chine (RPC) a établi une zone dans la mer de Chine orientale .

L'annonce de la zone a attiré l'attention et les critiques internationales, notamment de la plupart des voisins de l'Est et du Sud-Est de la Chine tels que le Japon, la Corée du Sud et les Philippines, ainsi que de l'Union européenne et des États-Unis. Ces réponses se sont concentrées sur deux aspects connexes: alors que jusqu'à présent, les zones ne couvraient qu'un territoire non contesté au moment de leur création, l'ADIZ de la Chine dans la mer de Chine orientale couvre les îles Senkaku sous contrôle japonais (îles Diaoyu en RPC)[2] et comprend également Socotra Rock, qui est revendiqué par la Corée du Sud. Deuxièmement, la zone de la Chine chevauche l'ADIZ d'autres pays et impose des exigences aux avions civils et militaires quelle que soit la destination[3],[7].

Il a été affirmé que le différend sur les îles Senkaku est antérieur à l'établissement par le Japon en 1969 de son ADIZ sur les îles. Le Japon estime qu'il n'y a aucune trace de l'annonce par la République populaire de Chine d'une revendication des îles Senkaku en 1969 ou avant[17]. La RPC, d'autre part, soutient que l'île de Diaoyu a historiquement fait partie de la Chine.

Le gouvernement chinois a noté que les limites internationales établies pour définir et appliquer une ADIZ ne sont pas clairement définies[réf. nécessaire]. Chuck Hagel, le secrétaire américain à la Défense, tout en reconnaissant qu'il n'y a rien de nouveau ou d'unique dans l'établissement d'une ADIZ, a critiqué la manière dont la Chine avait agi comme « unilatérale », « immédiate » et « sans consultation »[18]. Le vice-président américain Joe Biden n'a fait aucune mention publique de l'ADIZ chinois après sa rencontre avec le dirigeant chinois Xi Jinping[19] bien qu'ayant exprimé par ailleurs que la décision chinoise ait intensifié les tensions dans la région.

Tokyo a porté l'affaire devant l'Organisation de l'aviation civile internationale, une agence des Nations unies chargée de promouvoir le développement sûr et ordonné de l'aviation civile internationale dans le monde[20]. L'Australie, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont soutenu la proposition du Japon, mais la Chine a vivement réagi contre cette proposition.

Au , quelque 55 compagnies aériennes dans 19 pays et trois régions avaient respecté les règles chinoises ADIZ[21]. Après avoir indiqué initialement par le ministère sud-coréen des Transports que les compagnies aériennes sud-coréennes ne reconnaîtraient pas l'ADIZ chinoise[14]. la compagnie sud-coréenne Asiana Airline et Korean Air ont par la suite choisi de respecter l'ADIZ[22]. Le Japon a déclaré que ses compagnies aériennes ne reconnaîtraient pas la zone.

En 2014, le ministère chinois des Affaires étrangères a rejeté les informations selon lesquelles il envisageait une ADIZ similaire au-dessus de la mer de Chine méridionale, les pays de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est n'étant pas considérés comme une menace[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces six points ont pour coordonées : (1) 210744.80N891356.50E (2) 181554.12N892147.56E (3) 164328.74N892554.37E (4) 201306.30N920007.60E (5) ) 200332.00N915031.80E (6) 175234.06N901504.66E

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Abeyratne, « In search of theoretical justification for air defence identification zones », Journal of Transportation Security, Springer Nature, vol. 5, no 1,‎ , p. 87–94 (ISSN 1938-7741, DOI 10.1007/s12198-011-0083-2, lire en ligne[archive du ])
  2. a b et c (en) « The A to Z on China’s Air Defense Identification Zone », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b et c John Pike, « Air Defense Identification Zone [ADIZ] », sur www.globalsecurity.org (consulté le )
  4. R. P. Anand, Origin and Development of the Law of the Sea, , p.171
  5. « Navy Closely Watching China Claims », New Indian Express,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en-US) Jane Perlez, « After Challenges, China Appears to Backpedal on Air Zone (Published 2013) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  7. a et b (en-US) Rick Gladstone et Matthew L. Wald, « China’s Move Puts Airspace in Spotlight (Published 2013) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Joëlle Charbonneau, Katie Heelis et Jinelle Piereder, « Putting air defense identification zones on the radar » (consulté le )
  9. (en) Joshua Abhay Patnigere, « Whose airspace is it anyway: decoding the ADIZ enigma » (consulté le )
  10. (en-US) « Integrated Air Defence for the Indian Airspace », sur Indian Defence Review (consulté le )
  11. Aeronautical Information Services Civil Aviation Authority, « Establishing air defense identification zone over Bangladesh », (consulté le )
  12. « Background: Air Defense Identification Zones - Global Times », sur www.globaltimes.cn (consulté le )
  13. « Background: Air Defense Identification Zones », China Network Television,
  14. a et b « Seoul considers southward expansion of air defense zone », The Korea Herald (consulté le )
  15. (en) « Yonhap News Agency », sur Yonhap News Agency (consulté le )
  16. « Chinese military jet enters S. Korean air defense zone », Yonhap News,
  17. (en-US) The Washington Times http://www.washingtontimes.com, « Inside the Ring », sur The Washington Times (consulté le )
  18. « Hagel says China's way of setting up air zone was "not wise" » [archive du ], GlobalPost (consulté le )
  19. « Biden Meets With Chinese President, No Public Mention of ADIZ », VOA (consulté le )
  20. (en) Lars Nicolaysen, « Japan calls for action of China air zone », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)
  21. « 55 airlines report flight plans to China: FM - People's Daily Online », sur en.people.cn (consulté le )
  22. « South Korea's Asiana Airlines And Korean Air Abide By Chinese Air Defense Identification Zone (ADIZ) », International Business Times (consulté le )
  23. Xuequan, « China dismisses ADIZ reports, optimistic about South China Sea situation », xinhuanet.com, Xinhua News Agency, (consulté le )