Aimable-Gilles Troude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Troude.
Aimable-Gilles Troude
Image illustrative de l'article Aimable-Gilles Troude

Surnom Surnommé par Napoléon : l'Horace Français
Naissance
à Cherbourg
Décès (à 62 ans)
à Brest
Origine France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Pavillon de la Marine de la République française Marine de la République
Pavillon de la Marine du Premier Empire Marine impériale française
Grade contre-amiral
Années de service 1779-1816
Conflits Bataille des Saintes
Bataille du 13 prairial an II
Bataille d'Algésiras
Commandement 1796 La Bergère
1801 Le Formidable
1803 L'Infatigable
1806 Le Courageux
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile

Aimable-Gilles Troude, né le à Cherbourg et mort le à Brest, est un marin français, contre-amiral en 1811 surnommé par Napoléon Ier, « L'Horace français ».

Il est marié deux fois. Onésime-Joachim Troude[1], est le quatrième enfant de son second mariage.


Biographie[modifier | modifier le code]

Services dans les Marine : marchande, Royal et républicaine :[modifier | modifier le code]

Il entre dans la Marine marchande en 1776. Il participe à la guerre d’Indépendance américaine dans les Antilles, dans l’escadre de l’amiral Guichen, puis participe au siège de Gibraltar. Avec la paix, il retourne dans la marine marchande. En 1793, il intègre officiellement la Marine d’Etat comme lieutenant de vaisseau et participe aux combats de Prairial à bord du vaisseau Eole. Capitaine de frégate en 1796, il sert sur le Tyrannicide dans l’escadre de Bruix. Il se distingue lors de la bataille d’Algésiras le 6 juillet 1801. Il est promu Capitaine de vaisseau en juillet 1801 après un combat difficile devant Gibraltar à bord du Formidable.. Il commande le vaisseau Infatigable lors de l’expédition de Saint-Domingue en 1803. Il commande l’Armide en 1806, puis une division à Lorient en 1807.

Siège de Gibraltar :[modifier | modifier le code]

Après deux jours de combats devant Cadix (Espagne), le , le Formidable commandé par Aimable Troude est retardé par une voilure endommagée. Quatre des navires de l'amiral Saumarez approchent mais il peut attaquer d'abord la frégate Thames, l'obligeant à battre en retraite. Il ralentit alors, laissant approcher le HMS Venerable, vaisseau de 74 canons, pendant que deux autres navires britanniques, le HMS Caesar et le HMS Superb, manœuvrent pour lui barrer la route de Cadix. Une fois le Venerable arrivé à portée, le Formidable ouvre un feu nourri qui désempare rapidement le vaisseau britannique. Les trois autres vaisseaux britanniques renoncent alors à la poursuite pour assister le Venerable, permettant au Formidable de rentrer dans le port de Cadix.

Sous l'Empire :[modifier | modifier le code]

Il commande le vaisseau Infatigable lors de l’expédition de Saint-Dominique en 1803. Il commande l’Armide en 1806, puis une division à Lorient en 1807. Il réussi a sortir de Lorient en février 1809 avec trois vaisseaux et cinq frégates à destination des Antilles. Il livre un combat au large des Saintes à une escadre anglaise et rentre à Cherbourg le 29 mai 1809 après avoir détruit sept navires ennemis. Il est élevé au rang de contre-amiral en mai 1811, et commande la flottille de Cherbourg jusqu'à la fin de l'Empire. C'est lui qui va chercher Louis XVIII en Angleterre le 15 avril 1804. Il quitte la Marine en janvier 1816. Il décède à Brest le 1er février 1824.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'auteur de Batailles navales de la France, édition Prosper Levot, Paris, 1867, (notice BnF no FRBNF30811204)

Source[modifier | modifier le code]

  • Troude (Aimable-Gilles) Biographie maritime, 1835. Tome 1er. Par Joseph François Gabriel Hennequin. (pages 365 à 375)
  • Tulard Jean (dir),  Dictionnaire Napoléon, Fayard, Paris, 1999.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]