Aimé Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aimé Paris
Aimé Paris by Étienne Carjat.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Sépulture
Nationalité
Activités
Père-Lachaise - Division 56 - Paris 01.jpg

Tombe au cimetière du Père-Lachaise.

Aimé Paris (1798 - décembre 1866, Paris) est l'auteur d'une méthode de sténographie.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1815, il apprend le système Taylor adapté par Bertin au français, se mettant ensuite à pratiquer celui de Conen de Prépean selon l'édition de 1817, c'est-à-dire en croisant les signes pour les différencier.

En 1820, après avoir inventé sa propre méthode de sténographie, il abandonne sa carrière d'avocat et parcourt les départements français, ainsi que les Pays-Bas, la Belgique et la Suisse, en donnant des conférences et en enseignant son système.

Il est l'auteur des livres « Histoire de la Sténographie » et « Inventions d'Aimé Paris ».

Il est également actif dans le domaine de la mnémotechnie et publie plusieurs ouvrages à ce sujet.

Il intervient enfin dans la méthode de notation musicale par chiffres connue sous le nom de Galin-Paris-Chevé.

Son œuvre sténographique sera poursuivie et complétée par Louis Prosper Guénin.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (56e division)[1].

Mnémotechnique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Code chiffres-sons.

Grâce à son système de sténographie, Aimé Paris permet le traitement simultané des lettres aux chiffres et vice-versa pour générer des règles mnémoniques et d'autres éléments qui peuvent améliorer la mémoire et l'apprentissage.

Son modèle est comme suit :

Chiffres Lettres
0 c, s, z
1 d, t
2 n
3 m
4 r
5 l
6 g, j
7 c, k
8 f, v
9 b, p

La façon dont les caractères numériques associées à la phonétique des lettres est par la ressemblance que, par écrit, sont les nombres associés aux lettres. Les voyelles sont exclues.

Ainsi, à titre d'exemple, le mot «valise» serait 850 et le nombre 302 allait devenir « mécène ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 270

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :