Ailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ailly
Ailly
L'église Saint-Médard Logo monument historique Classé MH (1992).
Blason de Ailly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Communauté d'agglomération Seine-Eure
Maire
Mandat
Frédéric Allot
2020-2026
Code postal 27600
Code commune 27005
Démographie
Gentilé Aillytien
Population
municipale
1 164 hab. (2018 en augmentation de 0,26 % par rapport à 2013)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 42″ nord, 1° 14′ 51″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 157 m
Superficie 15,55 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Louviers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gaillon
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Ailly
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Ailly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ailly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ailly

Ailly est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Ailly est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Louviers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 44 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Aillium en 1082[Note 3],[6], Allio (ablatif) en 1082[7], Aellium au XIIe siècle[8], Alliacum en 1186[9].

Il s'agit d'un type toponymique gallo-roman en -(i)acum[10],[11] ou plus précisément -(I)ACU, suffixe d'origine gauloise qui indique un lieu ou une propriété. Il a régulièrement donné la terminaison -i (notée -y à l'époque moderne) dans cette partie de la Normandie. Les formes anciennes en -i-um / -i-o (Aellium, Allio) sont des latinisations peu judicieuses de l'ancien français *Alli, Ailli, destinées à s'insérer dans des textes rédigés en latin médiéval.

Le premier élément Aill- représente vraisemblablement un anthroponyme, soit le nom de personne latin Allius[10],[11] (porté par un indigène, les Gaulois ayant très rapidement adopté des noms romains), soit le nom de personne germanique Agilo[10],[11] (la Gaule du Nord ayant connu de manière assez précoce une immigration individuelle ou collective de Germains, installés comme agriculteurs). L'amuïssement de [g] se serait fait de manière régulière comme dans aille, autre nom médiéval de l’aigle (oiseau de proie).

La forme latinisée du toponyme primitif était donc Alli-acum ou *Agil-iacum, d'où le sens global de « domaine d'Allius » ou « domaine d'Agilo ».

Homonymie avec Ailly à Varengeville-sur-Mer, voir phare d'Ailly et les nombreux Ailly du Nord de la France. On trouve également Aillé[12] et Aillac plus au sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 940, le domaine appartenait à Leutgarde, fille du comte de Vermandois.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Ailly

Les armes de la commune d'Ailly se blasonnent ainsi :
de gueules à la croix d'or cantonnée au premier de deux léopards du même l'un sur l'autre, au second d'un coucou perché sur une branche, le tout d'argent, au troisième d'une crosse contournée du même et au quatrième d'une clé aussi d'or[13].
(création Denis Joulain adoptée par délibération municipale du 26 novembre 2009)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1904   Alphonse Marquais [14]    
         
courant 1984   Robert Christophe    
         
mars 2001 mars 2008 Françoise Savalle UDF  
mars 2008 mars 2014 Patrice Dufils[15]    
mars 2014 En cours Frédéric Allot[16] SE Représentant de commerce

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 1 164 habitants[Note 4], en augmentation de 0,26 % par rapport à 2013 (Eure : +0,83 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1751 3001 3291 1451 2391 1731 1821 1441 062
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 012968944840820823774751747
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
704650637543514518489458502
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4404174656047557751 0231 1161 152
2018 - - - - - - - -
1 164--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune d'Ailly compte deux édifices inscrits au titre des monuments historiques :

Par ailleurs, plusieurs autres édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • un manoir dit Ferme du Bec, probablement du XVIIe siècle au lieu-dit les Quaizes[23]. Il s'agit d'une ancienne possession de l'abbaye du Bec Hellouin ;
  • un château des XVIIIe et XIXe siècles[24]. Probablement édifié au XVIIIe siècle, le logis a été remanié au XIXe siècle ;
  • une ferme des XVIIe et XIXe siècles[25]. Probablement édifiée au XVIIe siècle, la ferme a été remaniée au XIXe siècle ;
  • une maison du XVIIe siècle[26].

Est également inscrite à cet inventaire la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, édifice aujourd'hui détruit[27]. Cette chapelle appartenait au chapitre de Beauvais dès le XIe siècle. Elle a été transformée en grange au XIXe siècle.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les tilleuls, l'ancien cimetière,
le calvaire et l'if.

Site classé[modifier | modifier le code]

  • L'avenue des Tilleuls, l’emplacement de l’ancien cimetière avec le calvaire et l’if et les arbres qui l’entourent Logo des sites naturels français Site classé (1928)[28].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Dagoumer (1660-1748), né à Ailly et mort à Courbevoie, professeur de philosophie au collège d'Harcourt, recteur de l'Université de Paris.
  • Richard Wright (1908-1960), écrivain américain. Il possédait une ferme à Ailly.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Dans une charte de Guillaume le Conquérant.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes » activée ».
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  6. Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France - Page 535 - (ISBN 2600028838).
  7. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 50
  8. dans le cartulaire de l'abbaye Saint-Pierre de Préaux
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 5b
  10. a b et c François de Beaurepaire, op. cit.
  11. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  12. « Dolmen d'Aillé », notice no PA00105689, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f27005
  14. Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure - 1904 [1]
  15. Association des maires de France, consulté le 13 février 2014
  16. Association des maires de France, consulté le 7 février 2016
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Église », notice no PA00099294, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Manoir du Chapitre dit Le Prieuré », notice no PA27000030, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Manoir dit ferme du Bec », notice no IA00017656, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Château », notice no IA00017660, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Ferme », notice no IA00017659, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Maison », notice no IA00017658, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours », notice no IA00017657, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « L'avenue de tilleuls, le cimetière d'Ailly » [PDF], sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le 17 juillet 2017).