Aller au contenu

Ail des vignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allium vineale

L'ail des vignes (Allium vineale) est une espèce de plantes à fleurs de la famille des Amaryllidaceae.

Description[modifier | modifier le code]

Section de la feuille.

C'est une plante herbacée bulbeuse vivace de 30-80 cm à floraison estivale, glabre, à bulbe ovoïde entouré de nombreux bulbilles, à forte odeur alliacée.

Les feuilles sont subcylindriques, creuses, à sillon étroit en dessus, glauques.

La tige est cylindrique, pleine, feuillée jusqu'au milieu

La tête porte des bulbilles rosées à bordeaux, généralement plus nombreux que les fleurs (il arrive souvent qu'il n'y ait que des bulbilles). Au fil du temps, ces bulbilles s’allongent en une feuille verte cylindrique avant de tomber après la mort de la tige.

Les fleurs sont rose pâle ou blanchâtres, peu nombreuses, en tête globuleuse serrée, souvent toute bulbillifère et aux étamines saillantes.

Outre ces bulbilles aériennes, la plante en produit aussi sous terre, où elles sont enveloppées dans des tuniques très dures semblables à celles des gousses d'ail[2].

La plante porte un bulbe d'où sortent des feuilles linéaires, tubulaires.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

L'ail des vignes apprécie les lieux sablonneux cultivés ou incultes, dans presque toute la France et en Corse. En Suisse, on le trouve parmi les buissons, dans les vignes et les vergers, aux étages collinéen et montagnard[3]. Il est présent en Europe centrale et méridionale mais aussi en Syrie et en Amérique boréale.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Fleurs.

Les feuilles et les bulbilles s'utilisent en condiment comme l'ail cultivé.

Une confusion avec d'autres espèces d'Allium est sans danger, aucune n'est toxique.

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

L'ail des vignes est stimulant, diurétique, expectorant et antiseptique comme toutes les autres espèces d'Allium. [réf. nécessaire]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques », de François Couplan et Eva Styner, coll. Les guides du naturaliste, éd. Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-00952-9).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IPNI. International Plant Names Index. Published on the Internet http://www.ipni.org, The Royal Botanic Gardens, Kew, Harvard University Herbaria & Libraries and Australian National Botanic Gardens., consulté le 13 juillet 2020
  2. (en) Ronsheim ML, Bever JD, « Genetic variation and evolutionary trade-offs for sexual and asexual reproductive modes in Allium vineale (Liliaceae) », American Journal of Botany, vol. 87, no 12,‎ (PMID 11118412, DOI 10.2307/2656827, lire en ligne)
  3. Konrad Lauber, Ernest Gfeller et Andreas Gygax, Flora Helvetica : flore illustrée de Suisse, P. Haupt, (ISBN 978-3-258-07206-7 et 3-258-07206-X, OCLC 717930974, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :