Aikikai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Aikikai Foundation (財団法人合気会, zaidanhôjin aikikai?) est une organisation créée en 1940 par Kisshomaru Ueshiba (troisième fils de Morihei Ueshiba) avec l'appui de son père pour promouvoir le développement de l'aïkido. Selon les chiffres publiés par l'Aikikai, l'aikido compte aujourd’hui 1,6 million de pratiquants dans 95 pays, 44 d'entre eux étant officiellement reconnus par le Hombu Dojo[1].

Aujourd'hui, l'Aikikai de Tokyo est représenté par le petit-fils du fondateur, Moriteru Ueshiba.

Le Hombu Dojo de l'Aikikai[modifier | modifier le code]

Le dojo central de l'Aikikai est l'Aikikai Hombu Dojo (合気会本部道場?), un bâtiment en béton de quatre étages construit en 1967 pour remplacer la structure originale en bois du Kobukan (皇武館?) qui datait de 1931[2],[3],[4]. Le dojo est situé au cœur de l'arrondissement de Shinjuku à Tokyo, dans le quartier de Wakamatsu-cho. Une équipe d'une trentaine d'instructeurs s'y relaie pour assurer les différents cours chaque jour[5].

Le bâtiment est composé de trois dojos, le plus grand au deuxième étage accueille les cours avancés, et les deux autres, au premier et troisième étages servent respectivement pour les cours débutants et spéciaux.

Liste des instructeurs du Hombu Dojo de l'Aikikai[modifier | modifier le code]

La plupart des instructeurs du Hombu Dojo passent par une période d'apprentissage (environ trois ans) en tant qu'uchi deshi (élèves vivant au dojo)[6]. Pendant ce temps, ils remplissent des tâches administratives et pédagogiques[5], en particulier en tant qu'enseignants dans les clubs universitaires[6]. Les uchi deshi servent en outre souvent d'otomo (assistants) aux professeurs titulaires lorsque ceux-ci voyagent pour enseigner au Japon ainsi qu'à l’étranger[6],[7].

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

  • Ueshiba Mitsuteru
  • Hiroshi Tada
  • Seijuro Masuda
  • Nobuyuki Watanabe
  • Seishiro Endo
  • Masatoshi Yasuno
  • Shoji Seki
  • Koichi Toriumi
  • Tsuruzo Miyamoto
  • Yoshiaki Yokota
  • Hayato Osawa
  • Yukimitsu Kobayashi
  • Shigeru Sugawara
  • Takanori Kuribayashi
  • Takeshi Kanazawa
  • Hiroshi Fujimaki
  • Yoshinobu Irie
  • Tomohiro Mori
  • Hiroyuki Sakurai
  • Eiji Katsurada
  • Hiroyuki Namba
  • Makoto Ito
  • Teijyu Sasaki
  • Toshio Suzuki
  • Yuichi Kodani
  • Yuji Oyama
  • Naoto Uchida
  • Terumasa Hino
  • Shou Umetsu
  • Masaya Tokuda
  • Jun Satodate
  • Akira Matsumura

Évènements ayant lieu au Hombu Dojo de l’Aikikai[modifier | modifier le code]

Passages de grades[modifier | modifier le code]

Les passages de grades Kyu et Dan ont lieu au Hombu Dojo tous les mois en alternance, à part en janvier et en août[8]. Un certain nombre de jours de pratique et un certain temps entre deux grades est nécessaire, ainsi que le remplissage d’un formulaire d’application. Les examens ayant lieu au Hombu Dojo sont en général réservés aux élèves du Hombu Dojo mais dans des cas particuliers, certains élèves de dojos extérieurs peuvent passer le grade au Hombu Dojo sous condition que l’autorisation des deux dojos soit obtenue[8].

Kagamibiraki[modifier | modifier le code]

Le Kagamibiraki est l’un des premiers évènements officiels de l’année au calendrier Aïkikaï[9]. Cette date marque la célébration de la nouvelle année et elle coïncide également avec de publication des promotions au grade Dan supérieur. Au terme d’un discours et d’une démonstration du Doshu Moriteru Ueshiba, certains des promus (en général un par niveau) se voient remettre leur diplôme des mains de ce dernier. La cérémonie a lieu dans le dojo principal et elle est retransmise en vidéo dans les autres dojos du bâtiment. Elle est suivie par une dégustation de nihonshu (alcohol de riz) et de mochi (gâteau de riz)[10].

Shinobukai[modifier | modifier le code]

Le Shinobukai est une cérémonie qui se tient chaque année au Hombu Dojo le jour du décès (26 avril 1969) de Morihei Ueshiba[9]. Cette cérémonie est l’occasion de célébrer la mémoire des Doshu de l'Aïkido disparus, le premier étant Morihei et le second son fils Kisshomaru[11]. Cette soirée est l’occasion d’entendre des discours de figures proéminentes de l'Aïkido japonais, de voir ou revoir des vidéos d’archives (dont la démonstration de 1935 au Journal Asahi d’Osaka), et de partager une coupe de nihonshu et d’okashi (snacks) entre pratiquants[12].

Etsunengeiko[modifier | modifier le code]

Le Etsunengeiko est le cours spécial de nouvelle année dirigé par Doshu qui se passe le 31 janvier de 23h30 à 00h30. Plus de 200 membres se réunissent pour pratiquer dans le grand dojo du troisième étage[13].

Kangeiko et Shochugeiko[modifier | modifier le code]

Le Kangeiko[14],[15] et le Shochugeiko[16] sont des périodes de 10 jours au plus fort de l'hiver ou de l’été (entre fin janvier à début février, et entre fin juillet à début août, respectivement) où les élèves sont encouragés à assister à au moins un cours par jour. Au terme de ces périodes, la liste des participants est publiée au dojo et ceux-ci reçoivent un certificat accompagné d'un tenugui commémoratif.

Le "style" Aikikai[modifier | modifier le code]

Malgré le fait que le terme Aikikai désigne une structure juridique, le terme est parfois utilisé pour désigner le style d'Aikido initié par Kisshomaru Ueshiba. Il s'agirait de l'aïkido de loin le plus répandu. Kisshomaru Ueshiba s'est attaché à répertorier, codifier et simplifier l'enseignement laissé par son père afin de permettre son développement international et des differences techniques sont notables par rapport aux formes de pratiques plus anciennes.

Le style aikikai est parfois perçu pour :

  • la fluidité des techniques ;
  • la relative concision du panel de techniques ;
  • un refus de l'efficacité immédiate mais plutôt une recherche de la justesse et de l'acquisition des principes de l'aïkido.
  • et surtout une grande disponibilité et générosité de la part de l'Uke (personne qui prend la chute en Aikido).

Cependant, ces facteurs ne sont pas généralisables puisqu'ils varient en fonction des enseignants et des périodes.

L'Aikikai est parfois l'objet de critiques de la part d’autres styles d'aïkido, notamment concernant en ce qui concernerait une volonté « d'unifier » le monde de l'aikido en imposant son type de pratique. Cependant l'Aikikai accueille de fait des pratiques différentes, et les passages de grades Dan étant la responsabilité exclusive des professeurs qui les délivrent, il n'y a donc pas de mécanisme d'uniformisation formelle ni de contrôle effectué par l'Aikikai en ce qui concerne ces grades.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Aikido Aikikai Foundation Chronology (Aikikai 70th anniversary celebration booklet), Aikikai Foundation, , 50 p., p. 48-49
  2. (en)Kozo Kaku, Aikido Aikikai Foundation Chronology (Aikikai 70th anniversary celebration booklet), Aikikai Foundation, , 50 p., « Aikikai Aikido has Spread Throughout the World », p. 20-21
  3. Guillaume Erard, « Le petit guide du pratiquant d'Aikido en visite au Hombu Dojo de l'Aikikai », sur GuillaumeErard.fr,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  4. Guillaume Erard, « Biographie de Kisshomaru Ueshiba, Second Doshu de l'Aikido », sur GuillaumeErard.fr,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  5. a et b « Aikido Hombu Dojo Schedule », sur Aikikai.or.jp (consulté le 11 mars 2016)
  6. a, b et c Guillaume Erard, « Horii Etsuji Shihan : L'Aïkido comme moyen de croissance mutuelle », sur GuillaumeErard.fr,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  7. David Halprin, « Entretien avec Osawa Hayato Shihan (1) : Transmettre un Aïkido juste dans un contexte contemporain », sur GuillaumeErard.fr,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  8. a et b (en) « Grading Examination System », aikikai.or.jp, Tokyo (consulté le 11 mars 2016)
  9. a et b (en) « Schedule of Events », aikikai.or.jp, Tokyo (consulté le 11 mars 2016)
  10. Guillaume Erard, « Kagamibiraki 2015 au Hombu Dojo », sur GuillaumeErard.fr,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  11. (en) « Founder and Doshu's Biography », aikikai.or.jp, Tokyo (consulté le 11 mars 2016)
  12. Guillaume Erard, « Shinobukai, soirée à la mémoire du fondateur de l’Aikido à l'Aikikai », sur GuillaumeErard.fr,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  13. « Etsunen-Keiko (New Year's Eve Keiko 2012-2013) », sur aikikai.or.jp,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  14. « Mid-Summer training », sur aikikai.or.jp,‎ 30 février 2012 (consulté le 11 mars 2016)
  15. Guillaume Erard, « Kangeïko au Hombu Dojo de l'Aikikai, l'entraînement au cœur de l'hiver », sur GuillaumeErard.fr,‎ (consulté le 11 mars 2016)
  16. « Mid-Summer training », sur aikikai.or.jp,‎ (consulté le 11 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]