Aigle pomarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clanga pomarina

Clanga pomarina
Description de cette image, également commentée ci-après
Aigle pomarin
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Accipitriformes
Famille Accipitridae
Genre Clanga

Espèce

Clanga pomarina
(Brehm, 1831)

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après
  • habitat permanent
  • zone d'hivernage
  • nidification

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 12/06/2013

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Synonymes

  • Aquila pomarina
Clanga pomarina - MHNT

L'Aigle pomarin (Clanga pomarina, anciennement Aquila pomarina) est une espèce de rapaces diurnes appartenant à la famille des Accipitridae.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un aigle de taille moyenne, d'environ 60 cm de longueur et d'une envergure de 150 cm[1].

Comportement[modifier | modifier le code]

Seul de la famille des aigles à migrer en Afrique, il ne revient en Europe que pour se reproduire[2].

Dans un peu plus de 80% des cas, la nichée est constituée, à la naissance de deux poussins. Ceux-ci se battent férocement juste après l'éclosion. Il en résulte que, presque toujours, seul le plus vigoureux survit. Cette caractéristique est appelée le caïnisme par référence au combat biblique de Caïn et Abel. [3]

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

L’aigle pomarin niche dans l'Europe de l'Est (marécages du Mecklembourg et de Poméranie - d'où son nom- , de Slovaquie et des Balkans) et dans l’Asie du Sud-Est et en Inde. Sa présence est rare en Europe occidentale[4]. En Allemagne, la population était de 33 couples en 1993. Elle a diminué à environ 21 couples en 2006, puis s'est redressée à 25 couples en 2019[3].

Il a pour habitat les forêts humides en plaine et les forêts sèches de montagnes jusqu'à 1 800 mètres d'altitude[1].

Protection[modifier | modifier le code]

L'Aigle pomarin bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire[5]. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l'utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l'acheter.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://oiseauxdeproie.webh.ovh/aigle_pomarin.html
  2. cf. ARTE le 6 mai 2016 au sujet des aigles pomarins de Slovaquie
  3. a et b Professeur Bernd Meyburg Directeur du département rapaces de BirdLife Germany (NABU), Rapaces de France n°22 (Hors série de L'Oiseau Mag), Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), 4e trimestre 2020, 82 p., "Un projet pour l'Aigle pomarin" pages 76 à 81
  4. « L'Aigle pomarin dans le Jura français : 1ère nidification depuis 2 siècles », sur Futura (consulté le ).
  5. Le statut juridique des oiseaux sauvages en France, Ligue pour la protection des oiseaux

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Comparer avec l'aigle criard.

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :