Aide sociale au Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Québec
Cet article est une ébauche concernant le Québec.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne doit pas être confondu avec Programme de solidarité sociale.
Taux d'assistance sociale par région administratives du Québec en Février 2015[1]

Au Québec, l'aide sociale (communément appelé Bien-être social, abrégé en bien-être ou B.S. ), est un programme du Gouvernement du Québec accordant des allocations aux citoyens canadien, résidents permanents ou réfugiés du Québec dont les ressources sont insuffisantes pour subvenir à leurs besoins de base et qui, depuis 2007, ne présentent pas de contraintes sévères à l’emploi[2]. Il s'agit d'une Aide financière de dernier recours (AFDR) du Ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale remise sous certaines conditions prescrite par la Loi sur l'aide aux personnes et aux familles.

En février 2015, on comptait 215 391 adultes prestataires du programme de l'aide sociale au Québec[1].

Description[modifier | modifier le code]

Lorsqu'une personne physique transmet les preuves nécessaires qui démontrent son incapacité à se soutenir financièrement sur une longue durée, le Gouvernement du Québec lui verse une allocation mensuelle. De plus, la personne a accès à différents services à coût réduit ou gratuitement, comme la dentisterie.

Historique[modifier | modifier le code]

Pendant très longtemps, avant l'introduction de politiques gouvernementales d'aide de l'état, les services de charité étaient confiés à des organismes non étatiques comme l'Église, l'armée du salut et les hôpitaux privés.

Lors de la Grande Dépression (1929-1936), un grand effort est déployé afin de porter assistance aux plus pauvres. Le ministère du bien-être social a été créé en 1940. Son premier titulaire fut Henri Groulx.

Depuis le milieu des années 1990, les conditions d'accès sont devenues plus strictes, ce qui a réduit de façon notable le nombre de personnes pouvant se prévaloir de l'aide sociale. Dans la foulée, l'allocation mensuelle a notablement été réduite.

Dans l'imaginaire populaire québécois, les bénéficiaires de ce service ont régulièrement été perçus comme des fraudeurs, à l'image des personnages de la série Les Bougon, c'est aussi ça la vie!. Cette perception était alimentée par des dénonciations médiatisées. En effet, vers la fin du XXe siècle, des journalistes ont régulièrement rapporté des cas de fraude[réf. nécessaire], ce qui a incité le Gouvernement du Québec à resserrer les conditions d'admission.

Ministres responsables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF] Rapport statistique sur la clientèle des programmes d'assistance sociale - Février 2015, Direction de la statistique, de l'information de gestion et du suivi de la performance, MESS, Février 2015
  2. C'est le programme de solidarité sociale qui prend en charge les personnes qui ont des contraintes sévères à l’emploi depuis 2007.

Articles connexes[modifier | modifier le code]