Le titre de cette page ne peut être modifié.

Ahmed Réda Chami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chami.

Ahmed Réda Chami
Illustration.
Fonctions
Président du Conseil Economique, Social et Environnemental du Royaume du Maroc
En fonction depuis le
Ambassadeur du Maroc à l'Union Européenne
Monarque Mohammed VI
Prédécesseur Menouar Alem
Successeur Ahmed Rahhou
Ministre de l'Industrie, du Commerce, des Nouvelles Technologies et de l’Investissement
Premier ministre Abbass El Fassi
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Casablanca
Nationalité Drapeau du Maroc Maroc
Parti politique USFP
Diplômé de École centrale Paris
Profession Ingénieur

Ahmed Réda Chami, né le [1] à Casablanca, est un ingénieur et homme politique marocain affilié à l'Union socialiste des forces populaires (USFP). Il est actuellement l'ambassadeur du Maroc auprès de l'Union européenne depuis 2016 et fut ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies dans le gouvernement Abbas El Fassi entre 2007 et 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est titulaire d'un diplôme d'ingénieur des arts et manufactures de l'École centrale Paris en 1985. Il rentre ensuite au Maroc pour travailler chez Frumat (société agro-alimentaire) en tant qu'ingénieur de production[2].

En 1987, il s'envole à Los Angeles pour poursuivre ses études à la John E. Anderson Graduate School Of Management à l'UCLA, il obtient son MBA en 1989.

En revenant des États-Unis en 1989, il occupe plusieurs postes dont celui de directeur général de la Centrale laitière-Nord au Maroc entre 1989 et 1991. Puis il crée deux entreprises informatiques, Distrisoft et Omnidata.

Il accepte ensuite l'offre de Microsoft en occupant le poste de directeur général de la société en Afrique du Nord et de l'Ouest entre 1997 et 2001, puis directeur régional et président de Microsoft en Asie du Sud-Est, à Singapour entre 2001 et 2004[3].

En 2004, Ahmed Réda Chami s'installe définitivement au Maroc. En juillet 2005, il devient directeur général du Groupe marocain Saham, où il est responsable des services centraux et est chargé des projets de développement du groupe et du suivi opérationnel de certaines filiales, notamment les assurances Saâda, Mondial Assistance Maroc et les filiales spécialisées dans les technologies de l'information.

Le , il est nommé ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies dans le gouvernement Abbas El Fassi.

Membre du conseil national de l'USFP, il a participé activement à la préparation du programme économique de son parti lors de la campagne électorale des législatives de 2007, il est également vice-président de l'ONG Zagoura, vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'association les Bonnes œuvres du cœur.

Lors des élections législatives de novembre 2011, il est élu député à la circonscription Fès-Sud dans la chambre basse marocaine.

Le 6 février 2016, Ahmed Réda Chami est nommé ambassadeur du Maroc auprès de l'Union européenne[4].

En Décembre 2018, il succède à Nizar Baraka à la tête du CESE (Centre économique, social et environnemental)[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation d'Ahmed Réda Chami, maroc-finance.com
  2. « Qui est Ahmed Reda Chami, nommé par le roi Mohammed VI pour présider le CESE », Al HuffPost Maghreb,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2018)
  3. « Maroc : Ahmed Réda Chami, figure de la gauche, nommé à la tête du CESE – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 4 décembre 2018)
  4. Par Atlasinfo, « Réda chami, nouvel ambassadeur du Maroc auprès de l'Union européenne », sur Atlasinfo.fr : France, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye (consulté le 7 février 2016)
  5. « Le Roi nomme Ahmed Réda Chami à la tête du CESE », Medias24 - Site d'information,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018)
  6. H24Info.ma avec MAP, « Le roi nomme Ahmed Reda Chami à la tête du CESE - H24info », H24info,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]