Ahmed Francis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ahmed Francis
Ahmed-francis.jpg
Fonction
Informations générales
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Conflit

Ahmed Francis, né à Relizane (Algérie) en 1912 et mort à Genève (Suisse) le 31 août 1968, était un homme politique algérien. Il fut Ministre de l'Économie du premier gouvernement algérien.

Militantisme[modifier | modifier le code]

Natif de Relizane, d'une famille originaire de Miliana, Ahmed Francis fera des études de médecine à Paris où il décrochera son doctorat en 1939. Il rentre en Algérie et exercera à Sétif, la ville de son ami Ferhat Abbas dont il suivra de près l'évolution politique. Ayant commencé sa carrière militante à Paris au sein de l'AEMAN (Association des Étudiants Musulmans d'Afrique du Nord), il participera à la création de l'AML (Amis du Manifeste de la Liberté) avant d'être interné suite aux évènements du 8 mai 1945.

Un an plus tard, il est membre fondateur de l'Union démocratique du manifeste algérien (UDMA), il est élu député à l'Assemblée Nationale française et se fait désigner comme délégué du parti à l'Assemblée algérienne.

Dirigeant[modifier | modifier le code]

Il rejoindra le Front de libération nationale (FLN) au Caire en 1956 avec Ferhat Abbas, et devient membre suppléant du Conseil national de la révolution algérienne (CNRA) suite au Congrès de la Soummam. Après avoir effectué plusieurs missions à l'étranger, il devient Ministre des Finances des deux premiers Gouvernements provisoires de la République algérienne (GPRA) de 1958 à 1961.

Ahmed Francis est un des négociateurs des accords d'Évian, signés le à Évian-les-Bains (Haute-Savoie, France), entre les représentants de la France et du GPRA durant la guerre d'Algérie.

Il reviendra sur le devant de la scène à l'indépendance en devenant député de Mostaganem de l'Assemblée constituante. Il devient Ministre de l'économie d'Ahmed Ben Bella du 27 septembre 1962 au 4 septembre 1963. Retiré du monde politique, il s'éteint à Genève à l'issue d'une longue maladie en 1968.

O. Derdour.jpg

Sources[modifier | modifier le code]

  • Achour Cheurfi, La classe politique algérienne de 1900 à nos jours, dictionnaire biographique, 2001, Casbah éditions (ISBN 978-9961-64-292-4)