Ahmed Francis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ahmed Francis
Ahmed-francis.jpg
Fonction
Député à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Conflit

Ahmed Francis, né à Relizane (Algérie) en 1912 et mort à Genève (Suisse) le 31 août 1968, était un homme politique algérien. Il fut Ministre de l'Économie du premier gouvernement algérien.

Militantisme[modifier | modifier le code]

Natif de Relizane, d'une famille originaire de Miliana, Ahmed Francis fera des études de médecine à Paris où il décrochera son doctorat en 1939. Il rentre en Algérie et exercera à Sétif, la ville de son ami Ferhat Abbas dont il suivra de près l'évolution politique. Ayant commencé sa carrière militante à Paris au sein de l'AEMAN (Association des Étudiants Musulmans d'Afrique du Nord), il participera à la création de l'AML (Amis du Manifeste de la Liberté) avant d'être interné à la suite des évènements du 8 mai 1945.

Un an plus tard, il est membre fondateur de l'Union démocratique du manifeste algérien (UDMA), il est élu député à l'Assemblée Nationale française et se fait désigner comme délégué du parti à l'Assemblée algérienne.

Dirigeant[modifier | modifier le code]

Il rejoindra le Front de libération nationale (FLN) au Caire en 1956 avec Ferhat Abbas, et devient membre suppléant du Conseil national de la révolution algérienne (CNRA) à la suite du congrès de la Soummam. Après avoir effectué plusieurs missions à l'étranger, il devient Ministre des Finances des deux premiers Gouvernements provisoires de la République algérienne (GPRA) de 1958 à 1961.

Ahmed Francis est un des négociateurs des accords d'Évian, signés le à Évian-les-Bains (Haute-Savoie, France), entre les représentants de la France et du GPRA durant la guerre d'Algérie.

Il reviendra sur le devant de la scène à l'indépendance en devenant député de Mostaganem de l'Assemblée constituante. Il devient Ministre de l'économie d'Ahmed Ben Bella du 27 septembre 1962 au 4 septembre 1963. Retiré du monde politique, il s'éteint à Genève à l'issue d'une longue maladie en 1968.

O. Derdour.jpg

Sources[modifier | modifier le code]

  • Achour Cheurfi, La classe politique algérienne de 1900 à nos jours, dictionnaire biographique, 2001, Casbah éditions (ISBN 978-9961-64-292-4)