Ahmad Vahidi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ahmad Vahidi
(fa) احمد وحیدی
Illustration.
Ahmad Vahidi le 20 août 2022.
Fonctions
Ministre iranien de l'Intérieur
En fonction depuis le
(2 ans, 7 mois et 20 jours)
Président Ebrahim Raïssi
Gouvernement Raïssi
Prédécesseur Abdolreza Rahmani Fazli
Ministre de la Défense

(3 ans, 11 mois et 12 jours)
Président Mahmoud Ahmadinejad
Prédécesseur Mostafa Mohammad-Najjar
Successeur Hossein Dehghan
Biographie
Nom de naissance Ahmad Shahcheraghi
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Chiraz (Iran)
Nationalité Iranienne

Ahmad Vahidi
Allégeance Drapeau de l'Iran Iran
Arme Corps des Gardiens de la révolution islamique
Grade Major-général
Commandement Force Al-Qods
Conflits Guerre du Liban
Guerre Iran-Irak

Ahmad Vahidi (احمد وحیدی en persan), né le à Chiraz, est un officier et homme politique iranien, faisant partie des Gardiens de la révolution islamique.

Il est vice-ministre de la Défense de 2005 à 2009, puis ministre de la Défense du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Ahmad Vahidi est commandant du renseignement militaire du Corps des Gardiens de la révolution islamique[1]. Dans les années 1980, il se rend au Liban, alors théâtre d'une guerre civile et participe en 1982 à la fondation du Hezbollah[1],[2]. Il serait impliqué dans les attentats de Beyrouth du 23 octobre 1983[1].

Il est le premier commandant en chef de la Force Al-Qods, lors de sa fondation en 1990[1].

L'Argentine accuse Ahmad Vahidi d'être responsable de l'attentat de l'Amia, commis le à Buenos Aires[1]. À la demande de l'Argentine, Ahmad Vahidi est inscrit en sur la notice rouge d'Interpol[1].

En , sa nomination comme ministre de la Défense par le président Mahmoud Ahmadinejad est approuvée par le Parlement iranien (227 voix sur 286)[3]. Elle est alors sévèrement critiquée par le ministère argentin des Affaires étrangères, qui l'accuse d'avoir participé à l'Attentat de l'AMIA en Argentine le . En réponse, le conseiller présidentiel iranien aux affaires de presse s'étonne que ces plaintes n'aient pas été formulées plus tôt[4]. De plus, l'Iran accuse l'Argentine de se mêler de ses affaires intérieures[5]. Vahidi est soutenu par les membres conservateurs du Majlis[6]. Ses actifs en Argentine ont été suspendus.

Il est recherché par Interpol[7] pour son éventuel implication dans l'Attentat de l'AMIA depuis [5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Aymeric Janier, La force Al-Qods, armée de l'ombre du régime iranien, Le Monde, 23 novembre 2011.
  2. Emmanuel Ravazi :  La face cachée des Mollahs. Le livre noir de la République Islamique d'Iran, p. 66 & suiv., 2024, éd. du Cerf, (ISBN 9782204161244)
  3. https://www.20minutes.fr, le 3 septembre 2009
  4. Iran uncovers 'Zionist plot' against defense nominee, Press TV
  5. a et b Le parlement iranien favorable à la nomination du ministre de la Défense, Xinhua
  6. Majlis falls behind Ahmadinejad defense min pick, Press TV
  7. (en) http://www.interpol.int