Ahmad Teküder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ahmad Teküder
Tegüder et Shams al-Dîn Djuvaynî.jpeg
Fonction
Khan
-
Titre de noblesse
Sultan
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Frère
Autres informations
Religion
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ahmad Teküder

Ahmad Teküder ou Teküder (du mongol médiéval tegüder : « parfait »[1], aussi transcrit Taghoudar[réf. nécessaire], mongol cyrillique : Ахмед Тэкүдэр (Akhmyed Teküder)), mort en 1284, prince mongol, arrière-petit-fils de Gengis Khan, est le troisième ilkhan de Perse de 1282 à sa mort. Il fait partie de la dynastie des Houlagides et est le premier à se convertir à l'islam.

Biographie[modifier | modifier le code]

Teküder est le fils d'Houlagou Khan, fils de Tolui, fils de Gengis Khan.

Il succède en 1282 à son frère Abaqa, alors que le Grand Khan des Mongols est Kubilai, en même temps empereur de Chine, fondateur de la dynastie Yuan. La Perse est considérée comme une province (il) de l'empire mongol, quoique de facto indépendante.

Teküder se convertit à l’islam, prend le nom arabe d’Ahmad et le titre de sultan, puis envoie des ambassadeurs au sultan mamelouk d’Égypte pour lui faire des propositions de paix. Les commandants fidèles au Grand Khan, pour la plupart bouddhistes ou chrétiens nestoriens, portent plainte auprès de Kubilai Khan[2], car Teküder désire détacher son pays de l’empire mongol. Kubilai le menace d’une intervention armée.

Le fils d’Abaqa, Arghoun, gouverneur du Khorasan, prend la tête des mécontents. Il marche sur l’Irak et rencontre l'armée d'Ahmad Teküder le près de Qazvin. Arghoun est défait et obligé de se livrer à Teküder.

Teküder essaie alors de se rapprocher de Tuda Mengü, khan de la Horde d'or.

Le 10 août 1284, il est victime d’un complot et assassiné. Arghoun lui succède[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Article de l'Encyclopaedia Iranica en ligne donnant l'étymologie » (consulté le 12 mai 2014)
  2. René Grousset, L'empire des steppes, p. 446.
  3. Grousset, L'empire des steppes, p. 446.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, Plon, 1948, disponible en ligne sur le site Google Books
  • René Grousset, L'Empire des steppes, Éditions Payot, Paris, 2001, 656 p. [ISBN 2-228-88130-9] (Première édition : Payot, 1939)

Liens externes[modifier | modifier le code]