Aller au contenu

Ah Dieu ! que la guerre est jolie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ah Dieu ! que la guerre est jolie

Titre original Oh! What a Lovely War
Réalisation Richard Attenborough
Scénario Len Deighton
Musique Alfred Ralston
Acteurs principaux
Sociétés de production Accord Productions
Pays de production Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Film musical, comédie, guerre
Durée 144 minutes
Sortie 1969

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Ah Dieu ! que la guerre est jolie[1] (Oh! What a Lovely War) est un film musical britannique réalisé par Richard Attenborough et sorti en 1969 et adapté de la comédie musicale homonyme de Joan Littlewood (1963).

Ah Dieu ! que la guerre est jolie résume et commente le déroulement de la Première Guerre mondiale en s'appuyant sur des chansons et airs de musiques d’époque. Plusieurs de ces chansons remontant au XIXe siècle, les paroles en ont été changées de façon sarcastique par les soldats du front. La comédie musicale s'inspire de l'ouvrage d'histoire de la Première Guerre mondiale The Donkeys (1961), d'Alan Clark, très critique envers les officiers ayant gaspillé les vies de leurs hommes[2].

Le film est ponctué d’allégories montrant le jeu des forces politiques et sociales à l'œuvre dans la tragédie qui se joue : la jetée de Brighton représente la Première Guerre mondiale, avec le public qui se presse au portillon, et le général Haig en guichetier. Les protagonistes sont les membres de la famille Smith, représentative de la classe ouvrière et de la petite bourgeoisie de la nation.

Le scénario suit le destin de plusieurs jeunes hommes de cette famille, Jack (Paul Shelley), Freddy (Malcolm McFee), Harry (Colin Farrell) et George (Maurice Roëves), et leur quotidien dans les tranchées.

En 1914, tandis que plusieurs têtes couronnées et chef d'état européens se réunissent pour une photo de famille, le comte et ministre autrichien Berchtold menace de déclarer la guerre à la Serbie mais il est alors la cible de vives critiques. Tout le monde souhaite éviter la guerre mais lorsque l'appareil photo finit par exploser tuant sur le coup le duc d'Autriche, la méfiance et les accusations vont bon train. Chacun ne pense plus qu'à attaquer son voisin en premier. Alors que la guerre débute, des chants et des plaisanteries vont maintenir au beau fixe le moral des différentes troupes qui vont s'affronter sous le commandement d'officiers incompétents.

Fiche technique

[modifier | modifier le code]

Distribution

[modifier | modifier le code]

Autour du film

[modifier | modifier le code]

Ah ! Dieu que la guerre est jolie
Avec ses chants ses longs loisirs

— Apollinaire, Calligrammes, L'Adieu du cavalier[3]

Le film a eu un grand succès et est devenu l'expression classique d'une interprétation antimilitariste de la Première Guerre mondiale. En effet, le film souligne l'indifférence des élites devant le massacre des citoyens ordinaires, et suggère que les objectifs de guerre auront été le profit et la domination coloniale.

Il a été très critiqué depuis 20 ans par une nouvelle génération d'historiens conservateurs tel que Gary Sheffield.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Aussi appelé Oh ! que la guerre est jolie. La graphie du titre, en particulier la place du point d'exclamation, se base sur celle de l'affiche et de la bande originale du film.
  2. (en) "Obituary: Alan Clark", The Guardian, 8 septembre 1999
  3. L'Adieu du cavalier

Bibliographie

[modifier | modifier le code]

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]