Aguttes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Claude Aguttes
Création 1974
Dates clés 15 juillet 2002 : immatriculation au RCS
Forme juridique Société par actions simplifiée à associé unique
Siège social Neuilly-sur-Seine
Direction Claude Aguttes
Activité Activités juridiques
Produits Enchères et expertises
Filiales Lyon
Effectif 37 en 2017 (effectif moyen annuel)
SIREN 442 812 301

Fonds propres 2 281 100 € fin 2017
Chiffre d'affaires 9 741 900 € en 2017[1]
Résultat net 517 500 € en 2017

Aguttes est une entreprise française de vente aux enchères fondée en 1974, basée à Neuilly-sur-Seine et à Lyon. Elle est, en 2017-2018, la quatrième maison de vente française en termes de volume d'adjudications et la première indépendante[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette société voit le jour quand Claude Aguttes, né à Bourges en 1948, nommé commissaire-priseur en 1973, décide de fonder une maison de vente à Clermont-Ferrand, spécialisée dans les objets d'art ancien. Il décide de monter à Paris au début des années 1990 et rachète en 1995 l'étude de maître Gabrielle Ionesco à Neuilly-sur-Seine[3],[4].

En juillet 2012, Claude Aguttes démissionne de la direction de Drouot Enchères, après que le Conseil des ventes volontaires (CVV) a condamné sa maison de ventes d'avoir manqué de vigilance lors d'une expertise concernant la provenance d'un tableau[5].

En novembre 2017, Aguttes est chargé par le Tribunal de grande instance de Paris de mettre en vente les 130 000 manuscrits autrefois détenus par Aristophil via un pool d'actionnaires, un travail qui nécessitera plusieurs années[6].

Chiffres[modifier | modifier le code]

Aguttes enregistre en 2017 un volume d'adjudications de 44 millions d'euros[7].

Aguttes comprend deux hôtels de vente : l'un à Neuilly-sur-Seine, l'autre à Lyon, aux Brotteaux. Elle fait aussi partie des sociétés qui exercent à Drouot.

Elle a six associés dont les deux filles de Claude Aguttes, Philippine Dupré La Tour et Charlotte Reynier-Aguttes, et organise une centaine de ventes par an, disposant de quatre commissaires-priseurs.

Ses spécialités sont les objets d'art ancien et contemporain, le luxe et les arts de vivre (automobiles, bijoux, design, art décoratif), les arts premiers, l'art asiatique, etc.

En 2017, Aguttes Lyon adjuge le squelette entier d'un mammouth pour la somme de 550 000 euros, emporté par Pierre-Étienne Bindschedler, président de la société Soprema[8].


Exemples de ventes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Claude Aguttes », sur www.societe.com (consulté le 17 août 2019)
  2. Bilan des chiffres des ventes aux enchères en 2017 en France et à l’international 2017, CVV.
  3. « Claude Aguttes, commissaire-priseur », par Marie Potard, in: Le Journal des arts, 29 novembre 2017.
  4. [PDF] Aguttes, père et filles, chasseurs de trésor, par Sibylle de Valence, in: Neuilly Magazine, 24, septembre 2018.
  5. « Claude Aguttes, le patron de Drouot Enchères », sur la sellette, par Martine Robert, in: Les Échos, 23 juillet 2012 — en ligne.
  6. Le marché dit sa cruelle vérité sur le scandale Aristophil, par Jérôme Dupuis, in: L'Express, 21 décembre 2017.
  7. [PDF] Belle année pour les ventes aux enchères en France, in: Le Journal des arts, 493, 18 janvier 2018.
  8. Lyon : un mammouth vendu pour près de 550000 euros par Sylvain Baudry, in: Lyon Capitale, 16 décembre 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]