Agriculture de l'URSS

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'agriculture de l'URSS était principalement collectivisée, avec quelques parcelles de terre privées. Elle est généralement considérée comme l'un des secteurs les moins efficaces de l'économie de l'URSS. Un certain nombre de taxes sur la nourriture (prodrazverstka, prodnalog...) furent introduites au début de l'Union soviétique, afin de favoriser la collectivisation et la lutte contre les koulaks. Cette collectivisation a pour conséquence les famines soviétiques de 1931-1933, et notamment ll'Holodomor. Un système de fermes collectives, kolkhoze ou sovkhoze, est mis en place, visant à une meilleure productivité et à plus d'équité, mais échouant sur ces deux points. Sous Nikita Khrouchtchev, Leonid Brejnev et Mikhail Gorbachev, un certain nombre de campagnes, comme celle des « terres vierges » ont été entreprises afin de pallier les insuffisances chroniques de l'agriculture soviétique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant le « communisme de guerre » (1918-1921)[modifier | modifier le code]

Le communisme de guerre a eu lieu pendant la guerre civile russe et consiste, en ce qui concerne l'agriculture, à la réquisition de ce qui dépasse le minimum vital des paysans, ainsi que le rationnement et la centralisation de la nourriture.

Pendant la NEP (1921-1929)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nouvelle politique économique.

Au sortir de la première guerre mondiale et de la guerre civile, l'Union soviétique risque la famine. Lénine décide d'introduire une relative libéralisation, et demande aux paysans de fournir une part brute de leur production, le reste des surplus pouvant être revendu. Cette mesure permet l'augmentation de la production agricole à des niveaux supérieurs à ceux d'avant la révolution.

La Collectivisation (1929)[modifier | modifier le code]

Le premier tracteur, tableau de Vladimir Krikhatsky.

En 1928, avec le premier plan quinquennal, le pouvoir soviétique remet en chantier la collectivisation soviétique de l'agriculture qui avait été suspendue entre 1921 et 1927, durant la mise en œuvre de la Nouvelle politique économique (NEP). Cette collectivisation réorganise la production agricole en instaurant le kolkhoze comme unité de base avec les fermes d'État (sovkhozes). Elle implique l'expropriation du monde paysan et notamment des plus « riches » d'entre eux, les koulaks. Les kolkhozes étaient des entreprises agricoles détenues et gérées par un ensemble de paysans propriétaires des outils de production, mais non du sol, propriété de l'État. La terre était mise à disposition perpétuelle des kolkhoziens. Les paysans cultivaient en commun la terre, vendaient la production à l'État, et se partageaient les profits. Ils disposaient en outre d'un lopin de terre individuel (0,25 à 0,5 hectares en 1934).

Les sovkhozes étaient des grandes entreprises agricoles d'État. Les travailleurs y étaient des ouvriers agricoles. Dans les kolkhozes et les sovkhozes il y avait une pratique pour échanger les champs individuels avec les champs collectifs. Il y avait un nombre extrêmement petit de fermes individuelles restantes (khutor, хутор), situés dans des zones rurales isolées dans les pays baltes, l'Ukraine, la Sibérie et les régions cosaques.

La collectivisation forcée, qui est loin de concerner une minorité de « paysans aisés » ou « koulaks » mais que l'historien russe V.P. Danilov décrit sous le terme de raskrestianivanie (« dé-paysannisation »), déclenche des résistances paysannes importantes (près de 14 000 manifestations, émeutes et insurrections pour la seule année 1930)[1].

Le résultat de cette collectivisation et des bouleversements qu'elle provoque dans le monde paysan et dans les capacités de production alliés aux aléas climatiques de ces années sont les famines soviétiques de 1931-1933 dont le nombre total de victimes oscillent entre 6[2],[3],[4] et 8[5],[6],[7],[8] millions de personnes. Pendant ce temps, le gouvernement (exerçant le monopole du commerce extérieur qu'il avait institué au début des années 1920) exportait quelque quatre millions de tonnes de céréales pour payer les importations massives de machines, y compris les tracteurs[9].

La planification et le travail agricole en 1932 se sont déroulés dans des conditions bien pires qu'en 1931, avec de graves pénuries et des famines dans de nombreuses régions. Afin de faire face à ces pénuries, les lois de mai 1932 légalisent le commerce privé (après trois ans d'incertitude) et on voit un assouplissement des politiques. Néanmoins, les agriculteurs ne réalisent pas les plans de semis et la récolte diminue même par rapport à celle de 1931 en raison d'un mélange complexe de catastrophes naturelles et de mauvaise gestion. Les dirigeants soviétiques refusant de croire qu'une autre catastrophe comme celle de 1931 puisse se reproduire, poursuivent leur politique avec un plan d'achat modérément réduit. La mise en œuvre de ce plan provoqua une lutte acharnée entre le régime et les paysans, parallèlement à un déclin catastrophique des approvisionnements alimentaires pour les villes[9].

Au début de 1933, les autorités à tous les niveaux recevaient des rapports constants sur une famine massive. Les paysans fuient leur foyer pour chercher de la nourriture et survivre, et les autorités ont promulgué plusieurs autres lois visant à empêcher ce mouvement, y compris des sanctions sévères pour forcer les paysans des régions céréalières du sud, les plus durement touchés par la famine à retourner chez eux. Le régime s'engagea à planifier et à guider le travail agricole en apportant une aide considérable, mais insuffisante, à la nourriture, aux semences et au fourrage, et dépêcha plus de 20.000 ouvriers industriels, tous membres du Parti communiste, pour éliminer l'opposition dans les fermes collectives et les mobiliser pour l'année. Le résultat, malgré les conditions horribles, fut une récolte très réussie en 1933 qui mit fin à la famine dans la plupart des régions[9].

L'élevage subit un « désastre » à cause des pertes du processus de collectivisation, des mauvaises récoltes qui ont réduit le fourrage, de la mauvaise gestion dans les fermes et enfin de la famine elle-même, les paysans abattant les animaux pour survivre. La pire région de la crise du bétail fut le Kazakhstan, où les politiques de collectivisation soviétique visaient initialement à installer dans les villages la population majoritairement nomade. Face à une famine fulgurante dans la région, à la fuite (vers la Chine) et la mort de plus d'un tiers de la population, le régime de 1933 assouplit ses politiques, mais les effets de la famine ne furent pas surmontés pendant des années[9].

La campagne des terres vierges[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne des terres vierges.

En 1954, Nikita Khrouchtchev décide de mettre en culture des millions d'hectares de steppes afin de lutter contre la sous-alimentation de la population. Si au début la production agricole augmente, l'érosion des sols et les conditions climatiques diminuent les rendements, et l'expérience est considérée comme un échec à partir de 1959.

Efficacité des fermes collectives[modifier | modifier le code]

Pour Hedrick Smith dans The Russians (Les Russes, 1976), selon les statistiques soviétiques, un quart de la valeur agricole produite dans l'URSS provenait des lopins de terre individuels, qui représentaient 2 % des terres arables[10]. Dans les années 1980, 3 % des terres étaient privées, et comptaient pour plus d'un quart de la production[11]. Les chiffres soviétiques comptaient une productivité par agriculteur de 20 à 25 % celle d'un agriculteur américain dans les années 1980[12].

Les parcelles de terre privées étaient une source de revenus importante pour les ménages. En 1977, 72 % de la viande consommée par les familles des kolkhozes, 76 % de leurs œufs et la majorité de leurs patates étaient produits sur leurs parcelles privées. Le surplus (nourriture ou bétail) était également une source de revenus importante, car il était vendu à la coopérative, au sovkhoze ou au kolkhoze. Il est possible que les statistiques sous-estiment la contribution totale des parcelles privées à l'agriculture soviétiqu[13]. les parcelles privées n'ont été entièrement interdites que durant la collectivisation[14].

L'Union soviétique investissait énormément dans l'agriculture[12], et les coûts de production étaient très élevés. Cependant, l'URSS devait importer de la nourriture, et les pénuries étaient largement répandues, dans un pays qui possédait les meilleures terres agricoles et un ratio terre/population élevé[12].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Kolkhozes et sovkhozes[modifier | modifier le code]

Année Nombre de kolkhozes Nombre de sovkhozes Taille moyenne d'un kolkhoze (hectares) Taille moyenne d'un sovkhoze (hectares) Part des kolkhozes Part des sovkhozes Part des ménages travaillant dans l'agriculture
1960 44 000 7 400 6 600 26 200 44 % 18 % 38 %
1965 36 300 11 700 6 100 24 600 41 % 24 % 35 %
1970 33 000 15 000 6 100 20 800 40 % 28 % 32 %
1975 28 500 18 100 6 400 18 900 37 % 31 % 32 %
1980 25 900 21 100 6 600 17 200 35 % 36 % 29 %
1985 26 200 22 700 6 500 16 100 36 % 36 % 28 %
1990 29 100 23 500 5 900 15 300 36 % 38 % 26 %

Sources : statistiques de l'URSS

Production agricole[modifier | modifier le code]

Production agricole par année (en millions de tonnes)[15]
Année Céréales Coton (brut) Betterave sucrière
1913 92,3 0,42 11,3
1940 95,6 2,24 18,0
1945 47,3 1,16 5,5
1950 81,2 3,5 20,8
1960 125,5 4,29 57,7
1965 121,1 5,66 72,3
1970 186,8 6,89 78,3
1986 210,0 8,3 79,3

Au début des années 1960, l'URSS est le premier producteurs de blé, loin devant l'Europe et les Etats-Unis, à l'aube d'une période où les récoltes céréalières vont considérablement progresser dans d'autres pays. Les cinq premiers producteurs de blé en 1960, en pourcentage de l'offre mondiale: [16]:

URSS Europe Etats-Unis Chine Canada Argentine Autres
25% 16% 16% 9% 6% 3% 19%

Bétail[modifier | modifier le code]

Produits d'élevage par année
Année Bovins (millions de têtes) Vaches (millions de têtes) Porcs (millions de têtes) Ovins (millions de têtes) Caprins (millions de têtes) Chevaux (millions de têtes) Viande (carcasse, millions de tonnes) Lait (millions de tonnes)
1916 58,4 28,8 23 89,7 6,6 38,2 5 29,4
1928 70,5 30,7 25,9 146,7
1933 38,3 19,5 12 50,2
1941 54,8 28 27,6 80 11,7 21,1 4,7 33,6
1946 47,6 22,9 10,6 58,5 11,5 10,7 2,6 26,4
1947 47 23 8,7 57,7 11,6 10,9
1948 50,1 23,8 9,7 63,3 13,5 11
1949 54,8 24,2 15,2 70,4 15,2 11,8
1950 58,1 24,6 22,2 77,6 16 12,7
1951 57,1 24,3 24,4 82,6 16,4 13,8 35,3
1952 58,8 24,9 27,1 90,5 17,1 14,7
1953 56,6 24,3 28,5 94,3 15,6 15,3
1954 55,8 25,2 33,3 99,8 15,7 15,3
1955 56,7 26,4 30,9 99 14 14,2
1956 58,8 27,7 34 103,3 12,9 13
1957 61,4 29 40,8 108,2 11,6 12,4
1958 66,8 31,4 44,3 120,2 9,9 11,9
1959 70,8 33,3 48,7 129,9 9,3 11,5
1960 74,2 33,9 53,4 136,1 7,9 11
1961 75,8 34,8 58,7 133 7,3 9,9 8,7 61,7
1962 82,1 36,3 66,7 137,5 7 9,4
1963 87 38 70 139,7 6,7 9,1
1964 85,4 38,3 40,9 133,9 5,6 8,5
1965 87,2 38,8 52,8 125,2 5,5 7,9
1966 93,4 40,1 59,6 129,8 5,5 8 10 72,6
1967 97,1 41,2 58 135,5 5,5 8
1968 97,2 41,6 50,9 138,4 5,6 8
1969 95,7 41,2 49 140,6 5,5 8
1970 95,2 40,5 56,1 130,7 5,1 7,5
1971 99,2 39,8 67,5 138 5,4 7,4 12,3 83
1972 102,4 40 71,4 139,9 5,4 7,3
1973 104 40,6 66,6 139,1 5,6 7,1
1974 106,3 41,4 70 142,6 5,9 6,8
1975 109,1 41,9 72,3 145,3 5,9 6,8
1976 111 41,9 57,9 141,4 5,7 6,4 91
1977 110,3 42 63,1 139,8 5,5 6
1978 112,7 42,6 70,5 141 5,6 5,8
1979 114,1 43 73,5 142,6 5,5 5,7
1980 115,1 43,3 73,9 143,6 5,8 5,6
1981 115,1 43,4 73,4 141,6 5,9 5,6 91
1982 115,9 43,7 73,3 142,4 6,1 5,6
1983 117,2 43,8 76,7 142,2 6,3 5,6
1984 119,6 43,9 78,7 145,3 6,5 5,7
1985 121 43,6 77,9 142,9 6,3 5,8
1986 120,9 42,9 77,8 140,8 6,5 5,8
1987 122,1 42,4 79,5 142,2 6,5 5,9 18,1 102,2
1988 120,6 42 77,4 140,8 6,5 5,9
1989 119,6 41,8 78,1 140,7 6,8 5,9 107
1990 118,4 41,7 79 138,4 7 5,9
1991 115,7 41,5 75,6 133,3 7,3 5,9

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ru) V. Danilov, R. Manning, L. Viola [...], Tragediia sovetskoi derevni : kollektivizatsiia i raskulachivanie : dokumenty i materialy v 5 tomakh, 1927-1939, 5 volumes parus aux éditions Rosspen entre 1999 et 2007[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicolas Werth, Les historiens russes face au passé soviétique, ihtp.hypotheses.org, 19 novembre 2015
  2. C'est l'estimation de Nicolas Werth dans son Histoire de l'Union soviétique. De l'Empire russe à la Communauté des États indépendants (1900-1991), PUF, coll. « Thémis Histoire », Paris, 5e édition refondue, 2001, p.  243.
  3. Jean Radvanyi, La Nouvelle Russie, Armand Colin, « Collection U », 3e édition mise à jour, 2004, p. 58.
  4. Alain Blum, Naître, vivre et mourir en URSS, Payot, Paris, 2004, p. 102.
  5. 3,328 millions en Ukraine selon l'historien ukrainien Stanislav Kulchitsky, 2,5 millions en Russie et 1,7 à 2 millions au Kazakhstan selon les informations recueillies par la chercheuse russe Valentina Jiromsakaïa « La famine en URSS en 1932-1933 », Infographie de RIA Novosti.
  6. Robert Conquest parle de 7 millions de morts, Sanglantes moissons : la collectivisation des terres en URSS, Paris, 1995.
  7. Georges Sokoloff parle de 7 millions de morts, La démesure russe, Paris, 2009, p. 225.
  8. La Commission internationale d'enquête sur la famine de 1932-1933 faite en 1984 par Congrès Mondial Ukrainien a estimé le nombre de morts à au moins 4,5 millions en Ukraine et à 3 millions ailleurs en URSS.
  9. a, b, c et d Mark Tauger, The Years of Hunger: Soviet Agriculture, 1931-1933, eh.net, novembre 2004
  10. (en) Hedrick Smith, The Russians, Crown, (ISBN 0-8129-0521-0), p. 201
  11. (en) « Soviet Union - Policy and administration », Nations Encyclopedia (taustanaan USA:n kongressin kirjaston tutkimusaineisto),
  12. a, b et c (en) Michael Ellman, « Soviet Agricultural Policy », Economic & Political Weekly,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Alec Nove, The Soviet Economy: An Introduction, New York, Peraeger, , p. 116–188
  14. (en) Paul R. Gregory et Robert C. Stuart, Soviet Economic Structure and Performance, New York, Harper Collins, , p. 294–1955 et 114
  15. (ru) А. П. Корелин 1. Экономическая конъюнктура в стране. 1913_2
  16. "Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années", Université de Gembloux, février 2012 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]