Agriculture au Royaume-Uni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Si durant le XXe siècle, l'Agriculture au Royaume-Uni s'est transformée à travers une meilleure formation des agriculteurs, la mécanisation, l'augmentation de la taille des exploitations et le développement des politiques agricoles de la PAC, en 2009, elle n'a contribué qu'à 0,6 % du PIB du pays avec une valeur ajoutée totale de 4,07 milliards de £, en baisse de 6,7 % par à 2008 et de 44 % par rapport à 1995. En 2009, cette valeur ajouté est produite à 83 % par l'agriculture d'Angleterre, à 9 % par celle d'Écosse, à 4 % par celle d'Irlande du Nord et à 3 % par celles du Pays de Galles. Le secteur dégage seulement 20 955 £ de valeur ajoutée par temps plein en 2009, soit une baisse de 8,7 % par rapport à 2008.

Structure agricole[modifier | modifier le code]

Balles de foin près de Downpatrick dans le comté de Down en Irlande du Nord.

Il y a environ de 327 000 exploitations agricoles qui ont une superficie cultivée d'environ 54 hectares en moyenne. 70 % des exploitations sont gérés par le propriétaire des terres, le reste étant exploité par fermage. Le secteur emploie 535 000 personnes soit 1,6 % de la population active, en baisse de 31 % par rapport à 1996. L'âge moyen d'un agriculteur britannique est de 59 ans, une moyenne d'âge en augmentation, de par l'augmentation constante du capital nécessaire pour passer la barrière à l'entrée du secteur et de la difficulté à valoriser un métier générateur de faible revenu. Pour pallier ces faibles revenus le secteur s'est souvent diversifié vers l'agriculture biologique, les biocarburants (à partir de colza, de miscanthus, de peuplier, de saule) ou vers le tourisme agricole. Ainsi, en 2000, 3 500 exploitations sur 525 000 hectares s'est converti à l'agriculture biologique, alors qu'il en y avait que 30 000 hectares pour 850 exploitations en 1997.

Production agricole[modifier | modifier le code]

Champ de maïs près de Downpatrick dans le comté de Down en Irlande du Nord.

L'agriculture et l'élevage britannique utilisent au total environ 17 500 000 hectares, dont 6 200 000 sont cultivés. La moitié de cette superficie cultivée est allouée à la culture céréalière, qui elle-même est cultivée en moitié par du blé. Les principales cultures du Royaume-Uni sont le blé, l'avoine et l'orge, les pommes de terre, les légumineuses comme les haricots ou les pois, les cultures fourragères comme les choux, les vesces, le colza, le chou frisé et le foin pour l'alimentation animale.

Le cheptel britannique se compose d'environ 32 millions d'ovins, 10 millions de bovins, 9,6 millions de volailles et 4,7 millions de porcs. Le cheptel britannique a subi d'importantes épidémies dont la fièvre aphteuse en 1967, en 2001 et en 2007, avec la même année un foyer de fièvre catarrhale. Cependant le secteur a surtout été touché par l'importante épidémie d'encéphalopathie spongiforme bovine (maladie de la vache folle), qui a tué 166 personnes depuis 1994.

Le Royaume-Uni compte 1,9 million de vaches laitières, soit 100 000 de plus qu'en 2011[1]. L'Europe produisant trop de lait à la suite de la fin des quotas laitiers, le prix du lait conventionnel baisse, avec des conséquences sur la viabilité des exploitations (chaque semaine, 9 exploitations mettent la clé sous la porte) et un encouragement à la création de fermes usines, ayant un impact sur les animaux et écosystèmes (entre 2012 et 2014, le nombre d'exploitations de plus de 1 000 vaches est passé de 23 à 44[2].

Commerce extérieur[modifier | modifier le code]

En 2010, le Royaume-Uni demeure un importateur net de produits alimentaires, ne produisant plus que 59 % de sa nourriture consommée. De fait, dès les années 1950, seule la production laitière, vendue à travers le Milk Marketing Board (dissout en 2002), subvenait aux besoins du pays.

En n'exportant que 13,2 milliards de £ de produits alimentaires, alors qu'il en importe 31,6 milliards £, la grande majorité des importations et des exportations se faisant avec d'autres pays d'Europe de l'Ouest. En 2009, L'agriculture est subventionnée à auteur de 3,64 milliards de £ (en déduisant les prélèvements). Ces subventions étant principalement originaire de la politique agricole commune et de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nils Klawitter, « L'Europe se noie dans le lait », Courrier international (Der Spiegel), no 1295,‎ , p. 39
  2. Ben Webster, « Des fermes usines à l'américaine », Courrier international (The Times), no 1295,‎ , p. 40
  • Curry, Sir Donald: The Importance of County Council Farms to the Rural Economy. DEFRA, November 2008, retrieved 18 June 2010.
  • Curry, Sir Donald and others: The Curry Report. DEFRA, 2002, retrieved 19 June 2010.
  • DEFRA: Agriculture in the United Kingdom, 2009, retrieved 17 June 2010.
  • Nix, Hill, Williams and Bough: Land and Estate Management. Chichester: Packard Publishing Ltd. Third edition 1999.
  • Overton, Mark: Agricultural Revolution in England 1500 - 1850, BBC, last updated 5 November 2009, retrieved 17 June 2010.
  • Soffe, Richard J: The Agricultural Notebook, 20th Edition. Oxford: Blackwell Publishing, 2003 (reprinted 2006).
  • Spencer, Aubrey John: Spencer's Smallholdings and Allotments Acts 1908-1926. Third edition. London: Stevens and Sons, 1927.
  • Watson, James and More, James: Agriculture: The Science and Practice of British Farming. Edinburgh and London: Oliver and Boyd, Ninth Edition 1949.
  • Williams, Cardwell and Williams: Scammell and Densham's Law of Agricultural Holdings. London: LexisNexis Butterworths, 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]