Agricol-Joseph Fortia d'Urban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joseph de Fortia d'Urban participa à l'urbanisation de La Nouvelle Athènes (aujourd'hui le quartier Saint Georges Paris 9ème) on retrouve son nom sur un plan cadastral manuscript (1830-1850). Une partie de son terrain devint la rue d'Aumale.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fortia.
Agricol-Joseph Fortia d'Urban
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction
Sépulture de Gabrielle-Marie-Jacqueline des ACHARDS de SAINTE-COLOMBE, Marquise de FORTIA - Cimetière Montmartre.JPG

Sépulture de Gabrielle-Marie-Jacqueline des ACHARDS de SAINTE-COLOMBE, Marquise de FORTIA - Cimetière Montmartre.

Agricol-Joseph-François-Xavier-Pierre-Esprit-Simon-Paul-Antoine (ou plus simplement Agricol-Joseph, marquis de Fortia d'Urban, érudit et historien français, né le 18 février 1756 à Avignon, mort à Paris le 3 août 1843.

Il épouse Julie-Gabrielle-Marie-Jacqueline d’Achard de Sainte-Colombe par contrat le 11 janvier 1789, son épouse, décédée le est inhumée au Cimetière de Montmartre, (12e division), avenue Travot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille est issue de Marc Fortia, bourgeois de Montpellier, fils de Jean et de Françoise Vitalis, qui s'établit au XVIe siècle à Carpentras où il épouse le 15 décembre 1549 Joan Henriquez, fille de Georg et de Leanor Benedict, d'une famille juive d'Anvers. Ce dernier devient viguier, puis achète une charge de président de la Chambre apostolique[1].

A. J. Fortia d'Urban descend de la famille de Vissec de Latude, par Marie-Esprite qui avait épousé en secondes noces en 1681 son arrière-grand-père Paul Fortia (1655-1734). Elle était la fille de la célèbre marquise de Ganges et de Charles de Vissec de Latude.

Lui-même était colonel des milices du pape dans le Comtat Venaissin lorsque la réunion d'Avignon à la France vint le rendre à la vie privée. Il publia Histoire de la maison de Fortia, originaire de Catalogne... où l'on trouvera quelques détails historiques sur le royaume d'Aragon et les anciens comtes de Provence, 1808, chez N. Xhrouet.

Se livrant dès lors tout entier à son goût pour l'étude, il cultiva avec un égal succès les mathématiques, l'histoire et la géographie. Il fut membre de la Société des antiquaires de France et membre honoraire de l'Académie des inscriptions. Fortia d'Urban fut également le premier président honoraire de la Société de l'histoire de France, de 1834 à sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Outre des dissertations sur des sujets très divers, il a publié :

  • Mémoires pour servir à l histoire ancienne du globe, 10 volumes in-12, 1805-1809, Paris, chez N. Xhrouet (on y distingue ses recherches sur les déluges) ;
  • L'Histoire de la marquise de Ganges. Paris 1810.
  • Tableau historique et géographique du monde jusqu'au siècle d'Alexandre, 1810, 4 volumes in-12 ;
  • Histoire du Portugal, 1828, 10 volumes in-8 ;
  • Histoire antédiluvienne de la Chine et Description de la Chine, 1839-1840.

On lui doit la publication de l'Histoire de Hainaut par Jacques de Guyse, latin-français, 1826 et années suivantes, 22 volumes in-8, et un Recueil des Itinéraires anciens, qui parut après sa mort, 1845, in-4.

Il eut une grande part à une nouvelle édition de l'Art de vérifier les dates.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lachesnaye-Desbois

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François de Rosset, Histoires tragiques de notre temps, 1721.
  • François Gayot de Pitaval, Les causes célèbres et intéressantes, 1733.
  • Marquis de Fortia d'Urban, L'histoire de la marquise de Ganges, Paris, 1810.
  • Marquis de Sade, La Marquise de Gange, 1813.
  • Alexandre Dumas, Les Crimes célèbres. La Marquise de Ganges, 1856.
  • Albin Mazel, La Première Marquise de Ganges, sa vie, ses malheurs, sa fin tragique, 1885.
  • Frédéric Boutet, La marquise de Ganges et sa fille, Éditions Cosmopolites, 1932.
  • Jeanne Galzy, Diane de Ganges, Lyon, 1943.
  • Jean Héritier, La belle provençale, Diane de Joannis", Paris, 1984.
  • Claude Dionne, La part de vérité. L'histoire de la marquise de Ganges et ses réécritures, Thèse de doctorat, université de Montréal, 1994.
  • Raymond Trousson, Histoire d'un fait divers, du marquis de Sade à Charles Hugo. Revue littéraire en ligne Décembre 2003.
  • Hubert de Vergnette de Lamotte, Filiations Languedociennes. Édition Mémoire et Documents. Paris. 2006.