Agonie dans le jardin des oliviers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article traite du thème artistique concernant un épisode biblique de la Passion de Jésus. Pour son récit biblique correspondant, voir Agonie de Jésus-Christ au jardin des oliviers. Pour l'article traitant de l'agonie au sens médical, voir agonie.
Le thème traité par Andrea Mantegna.

L'Agonie dans le Jardin des Oliviers, ou plus simplement Agonie dans le Jardin ou même Prière dans le Jardin ou encore Le Christ au Jardin des Oliviers est un épisode de la vie du Christ, un événement de sa Passion placé immédiatement après l'Entrée dans Jérusalem puis la Cène et avant son arrestation dans le même jardin à la suite de sa dénonciation par Judas. Il en suivra sa crucifixion.

Le Jardin peut être nommé Gethsémani, qui signifie « le pressoir d’olives » en araméen. Selon la tradition, l'église de Toutes-les-Nations renferme le rocher au pied duquel Jésus pria durant son agonie.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Agonie dans le jardin (c 1610-1612), El Greco. Musée des beaux-arts de Budapest

Le terme agonie est relatif au sens grec de « dernière lutte de la nature contre la mort », soit le sens qu'en donne le judaïsme de « trépas imminent et d'encouragement au repentir » (ce qui n'a pas de sens ici) soit le « combat de l’âme ».

Jésus est donc représenté priant la nuit dans un jardin que l'on sait être celui du mont des oliviers à Jérusalem ; trois de ses disciples, Pierre, Jean et Jacques le Mineur, qui l'accompagnent sont endormis non loin. Des anges, présents devant le Christ priant, lui offrent un calice à boire (en acceptation de sa destinée). La présence dans le décor lointain de vues des murs de la ville de Jérusalem rappelle précisément le lieu.

On ne confondra pas cette scène avec la suite immédiate de l'arrestation au Jardin des Oliviers, qui comporte une cohorte de soldats romains, guidée par Judas, venue arrêter Jésus. Malgré cette précaution formelle, certains tableaux anticipent cet épisode proche et rassemblent dans une même composition, les deux épisodes par le principe de la représentation de la Storia de la narration médiévale et byzantine plutôt qu'une précision formelle de l'« Espace » chère à la Renaissance[1].

Représentation dans l'art[modifier | modifier le code]

Peintres du sujet[modifier | modifier le code]

Sculpteurs du sujet[modifier | modifier le code]

  • Germain Pilon, La Prière de Nostre Seigneur au jardin d'Olivet, sculpture (de 1582 à 1584), Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ouvrages de Daniel Arasse sur la naissance et l'usage de la perspective à la Renaissance
  2. « archives du musée des Beaux-Arts »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :