Agonges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Agonges
Agonges
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage Bourbonnais
Maire
Mandat
Romain Juge
2020-2026
Code postal 03210
Code commune 03002
Démographie
Gentilé Agongeois[1],[A 1]
Population
municipale
309 hab. (2018 en diminution de 9,65 % par rapport à 2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 25″ nord, 3° 09′ 33″ est
Altitude Min. 204 m
Max. 266 m
Superficie 24,1 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Moulins
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Souvigny
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Agonges
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Agonges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Agonges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Agonges
Liens
Site web agonges.fr

Agonges est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants, au nombre de 309 au recensement de 2018, sont appelés les Agongeois et les Agongeoises[A 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Agonges est située au nord du département de l'Allier[2], dans le Bocage bourbonnais. Le redécoupage des cantons du département n'a pas affecté la commune qui reste dans le canton de Souvigny[3].

Le chef-lieu du département, Moulins, se situe à quatorze kilomètres à vol d'oiseau d'Agonges[4] et à vingt kilomètres de route[A 1].

Huit communes sont limitrophes d'Agonges ; celles-ci sont représentées géographiquement ci-dessous en tenant compte des limites administratives, en incluant Franchesse, dont la frontière ne mesure que quelques mètres[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les ruisseaux de la Burge, coulant au nord-ouest de la commune[6], et de l'Ours[7].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de cinq zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[8], deux selon la mairie[A 2] :

  • la ZNIEFF de la Forêt de Bagnolet (de type 1) : on y retrouve notamment le pic cendré (Picus canus)[A 2],[9] ;
  • l'étang de l'Épine (propriété privée)[A 2],[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Agonges est une commune rurale[Note 1],[11]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Moulins, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (70,2 %), zones agricoles hétérogènes (17 %), forêts (7,5 %), terres arables (5,3 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[17].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par des routes départementales de faible importance. Trois d'entre elles passent par le centre du bourg : la D 54, reliant Franchesse à l'ouest à Montilly à l'est ; la D 58, reliant Aubigny au nord à Saint-Menoux au sud ; la D 133 reliant Villeneuve-sur-Allier et Bagneux, à l'est, à la D 953 en direction de Bourbon-l'Archambault[5].

À l'écart du centre du village, au nord-ouest, la D 139 relie le village de Preslier à la commune voisine de Bourbon-l'Archambault[5].

Liaisons pédestres[modifier | modifier le code]

Agonges est traversée par le sentier de grande randonnée 300[A 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Marcel Bonin mentionne le terme Agongiis en 1124 , sous Archambault VII[A 3] : ce mot est issu de la déformation des mots « à Gonge » et du francique ga, de wad, « gué »[18]. Une « Gonge » correspond « à un tertre réalisé pour la défense d'un lieu[A 3] », ou au « nom donné aux villages reculés proche d'une forêt[A 3] ».

Ernest Nègre mentionne Anonges (XIIIe siècle) ou Agongia[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site d'Agonges était probablement habité au Néolithique, entre 7 500 et 2 500 avant notre ère ; des outils de cette époque et plusieurs corps humains orientés vers le levant ayant été retrouvés. À l'époque gauloise, il est localisé dans le territoire des Bituriges (qui donnera son nom au Berry) et proche des Éduens sur la rive est de l'Allier[A 3].

Agonges semble avoir existé dès le VIe siècle[A 3]. La commune, qui apparaît dans les sources écrites sous son nom médiéval Agongiis, est devenue une ville franche au XIIe siècle « pour favoriser la déforestation et le défrichement[A 3] ».

L'ancienne commune du Breuil est réunie à Agonges en 1806[A 3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Agonges est membre de la communauté de communes du Bocage Bourbonnais, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Bourbon-l'Archambault. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[20].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Moulins, au département de l'Allier et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[21]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Souvigny pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[21], et de la première circonscription de l'Allier pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[22].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de onze membres, dont trois adjoints élus à la suite de l'élection municipale de 2020[A 4].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Eugène Juge    
Guy Juge PCF  
[Note 3] En cours
(au )
Romain Juge[24] DVG Employé de banque à Moulins (en 2014)[25] / Éleveur de volailles[A 4]
Conseiller communautaire de la communauté de communes en Bocage Bourbonnais (en 2014)[26]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[28].

En 2018, la commune comptait 309 habitants[Note 4], en diminution de 9,65 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
750725644744709729646707778
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
747775816844880881852851831
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
756753741630604572512534479
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
474437385327300357364342315
2018 - - - - - - - -
309--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Agonges en 2011 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
1,8 
7,8 
75 à 89 ans
10,4 
14,0 
60 à 74 ans
13,5 
27,9 
45 à 59 ans
22,7 
13,4 
30 à 44 ans
22,1 
14,0 
15 à 29 ans
11,7 
22,3 
0 à 14 ans
17,8 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2011 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ans ou +
1,8 
9,5 
75 à 89 ans
14,1 
17,6 
60 à 74 ans
18 
21,9 
45 à 59 ans
20,8 
18,2 
30 à 44 ans
17 
15,3 
15 à 29 ans
13,4 
16,7 
0 à 14 ans
14,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Agonges dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il n'existe aucune école.

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens se rendent à Bourbon-l'Archambault[33] et les lycéens à Moulins et Yzeure[34].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Agonges et son église
Vue sur Agonges et son église.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame[35],[36] construite au XIIe siècle. Elle a été inscrite monument historique par arrêté du .

Elle fait partie des nombreuses églises romanes du pays de Souvigny.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le parc de Laugère, le parc de la Pommeraie, la parc de la Tuilerie, le parc du château des Échardons et celui du château de Beaumont, le jardin de la Saulneraie sont inscrits au pré-inventaire des jardins remarquables.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Dalphonse (1756-1821), homme politique, député de l'Allier, propriétaire du château de Beaumont, où il mourut.
  • Pierre Durye (1920-1996), né à Agonges et descendant de François Dalphonse, archiviste-paléographe et historien.
  • Jean Bardin (1927-2011), né à Agonges, animateur de radio.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Germain (dir.), Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éditions De Borée, (ISBN 2-84494-199-0, lire en ligne), « Canton de Souvigny », p. 219-223

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu le [23].
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Présentation générale » (consulté le ).
  2. a b et c « Espaces naturels » (consulté le ).
  3. a b c d e f et g « Historique » (consulté le ).
  4. a et b « Conseil municipal » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Agonges (03210) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  2. « Agonges », sur Lion 1906.
  3. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier
  4. « Orthodromie entre Agonges et Moulins », sur Lion 1906.
  5. a b et c Carte d'Agonges sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le ). Couches « Photographies aériennes », « Carte IGN » (opacité 50 %) et « Limites administratives » activées.
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Burge (K35-0300) » (consulté le ).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - l'Ours (K3544000) » (consulté le ).
  8. « Liste des ZNIEFF - Commune : Agonges », sur inpn.mnhn.fr (Inventaire national du patrimoine naturel) (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 830005413 - FORET DE BAGNOLET », sur inpn.mnhn.fr (Inventaire national du patrimoine naturel) (consulté le ).
  10. « ZNIEFF 830005414 - ETANG DE L'EPINE », sur inpn.mnhn.fr (Inventaire national du patrimoine naturel) (consulté le ).
  11. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine-définition », sur insee.fr (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  18. Marcel Bonin, Les noms de lieux en Bourbonnais, Éditions De Borée, (ISBN 2-84494-400-0, lire en ligne), « Les thèmes toponymiques : l'eau », p. 35.
  19. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, (ISBN 2600028838), « Noms de personnes romans avec des suffixes romans », p. 617-618 (aperçu non disponible, consulté le 5 juin 2014).
  20. « communauté de communes du Bocage Bourbonnais - fiche descriptive au  », sur la base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  21. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Agonges », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. « Découpage électoral de l'Allier (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  23. « Romain Juge réélu pour un second mandat, maire d'Agonges (Allier) », La Montagne, (consulté le ).
  24. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 5 juin 2014).
  25. Leïla Aberkane, « Un nouveau Juge prend les rênes de la mairie d'Agonges », La Montagne,‎ (supplément « Annuaire des maires 2014 » inclus dans les éditions de l'Allier).
  26. « Organigramme », sur le site de la communauté de communes (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  31. Évolution et structure de la population d'Agonges en 2011, Insee (consulté le 28 juin 2014).
  32. Évolution et structure de la population de l'Allier en 2011, Insee (consulté le 28 juin 2014).
  33. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le ).
  34. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le ).
  35. « Église Notre-Dame », notice no PA00092969, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. Jean Dupont, Nivernais Bourbonnais roman, La Pierre-qui-Vire, Éditions Zodiaque, coll. « La nuit des temps » (no 45), , p. 316.
  37. « Château de Épine », notice no PA00093417, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Château de l'Augère », notice no PA03000013, base Mérimée, ministère français de la Culture
  39. https://www.allier-auvergne-tourisme.com/inscrit-cmn-/agonges/chateau-de-l-augere/921376
  40. « Château de La Pommeraye », notice no PA03000013, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Château des Sacrots », notice no PA03000014, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Château de Beaumont », notice no PA00092967, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Château des Échardons », notice no PA00092968, base Mérimée, ministère français de la Culture.