Agnès de Chalon (comtesse de Genève)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Agnès de Chalon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Comtesse
Comté de Genève
-
Titre de noblesse
Comtesse
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Fratrie
Jean Ier de Chalon-Auxerre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants

Agnès de Chalon, morte en 1350, est une femme noble de la fin du XIIIe siècle, issue de la famille d'Ivrée. Par son mariage avec Amédée II, elle devient comtesse de Genève.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agnès est la fille de Jean Ier de Chalon, comte de Chalon, comte d'Auxonne et seigneur de Charolais de 1228 à 1237, puis sire de Salins et régent du comté de Bourgogne et de sa troisième épouse, Laure de Commercy[1].

Agnès épouse en 1285 le comte Amédée II de Genève[1],[2],[ReG 1]. L'historien Pierre Duparc souligne qu'avec ce mariage Amédée se rapproche surtout du frère d'Agnès, Jean Ier de Chalon-Arlay, dont l'une des autres sœurs est l'épouse du roi Rodolphe Ier de Habsbourg[1].

De ce mariage, cinq enfants sont connus : Guillaume (v.1280-1320), Amédée († v. 1294) Hugues († 1365), Jeanne († 1303) et Marie[2]. L'aîné succède à son père à la tête du comté, sous le nom de Guillaume III[2]. Le second, Amédée, devient évêque de Toul (1321-1330)[2]. Enfin, Hugues est fait bailli du Faucigny, puis baron de Gex lors du conflit avec le comte de Savoie[2].

Le comte Amédée III teste le [2],[3],[ReG 2]. Il lui laisse sa dot, l'usufruit de ses biens, la régence du comté ainsi que la tutelle de leurs enfants[2],[ReG 2]. Amédée meurt, selon le Fasciculus temporis, le [2],[ReG 3].

La succession du comté ne se fait pas sans heurts entre Agnès et son fils[4]. En effet, si lors de la rédaction du testament d'Amédée III, en 1306, Guillaume était encore mineur, deux ans plus tard, le jeune comte est en âge de diriger et la question de la régence devient caduque[4]. Un compromis doit être trouvé. Jean Ier de Chalon-Arlay, exécuteur testamentaire et frère d'Agnès, s'associe en avec l'évêque de Genève et les vassaux pour trouver une transaction acceptable pour les deux parties[4],[ReG 4]. Trois ans plus tard, un accord désavantageux pour l'ancienne comtesse est établi[4],[ReG 5]. L'acte est garanti par le Dauphin Jean II de Viennois, le fils du comte Savoie Édouard et Guichard VI de Beaujeu[4],[ReG 5],[ReG 6].

Selon Samuel Guichenon, Agnès de Châlons aurait testé le [5]; la date de sa mort n'est pas connue[6]. Elle choisit pour sépulture l'église des Frères mineurs de Genève[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Duparc, Le comté de Genève, (IXe-XVe siècles), t. XXXIX, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, coll. « Mémoires et documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 621 p. 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Régeste genevois[modifier | modifier le code]

Actes publiés dans le Régeste genevois (1866), que l'on peut consulter en ligne dans le Répertoire chronologique des sources sur le site digi-archives.org de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse) :

  1. Document sur la dote promise, du (REG 0/0/1/1215).
  2. a et b Acte du (REG 0/0/1/1594).
  3. Document publié dans le Fasciculus temporis, n°17, donnant la date du (REG 0/0/1/1619).
  4. Transaction du (REG 0/0/1/1620).
  5. a et b Nouvelle transaction (modifiant celle du 29 mai 1308) du (REG 0/0/1/1677).
  6. Document paru en février 1311 (REG 0/0/1/1678).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Duparc 1978, p. 197-198 (Lire en ligne).
  2. a b c d e f g et h Duparc 1978, p. 197-198 (Lire en ligne).
  3. Georges Chapier, Châteaux savoyards - Faucigny et Chablais, vol. 5, Grenoble, Éditions Revue Les Alpes, , 410 p., p. 203.
  4. a b c d et e Duparc 1978, p. 148 (Lire en ligne).
  5. a et b Jean-Daniel Blavignac, « Armorial genevois. Livre Cinquième. Armoiries des comtes de Genevos et de Savoie », Mémoires et documents publiés Société d'histoire et d'archéologie de Genève, 1849, p. 98 (lire en ligne)
  6. Chanoine Marie Rannaud (ancien archiprêtre de Saint-Julien), La Chartreuse de Pomier : diocèse d'Annecy (Haute-Savoie) 1170-1793, J. Abry, , 344 p., p. 30