Agnès de Brandebourg (1584-1629)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Agnès de Brandebourg ( à Berlin - à l'Amt Neuhaus) était une princesse de Brandebourg par la naissance et par mariage successivement duchesse de Poméranie et de Saxe-Lauenbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agnès est un membre de la Maison de Hohenzollern, fille de l'électeur Jean II Georges de Brandebourg (1525-1598) de son troisième mariage avec Élisabeth d'Anhalt-Zerbst (1563-1607), fille du prince Joachim-Ernest d'Anhalt (1536-1586).

Le 25 juin 1604 à Berlin, elle a épousé son premier mari, le duc Philippe-Julius de Poméranie duc de Poméranie-Wolgast (1584-1625). Le couple a résidé au château de Wolgast (en). Un folwark à Udars sur l'île de Rügen a été nommé en son honneur : Agnisenhof. En 1615, Élisabeth a participé, à la demande de son mari, au financement de la la monnaie à Franzburg[1]. Après la mort de Philippe Jules, Agnès vécu sur son douaire, le district de Barth. Dubslaff Christoph von Eickstedt auf Rothenklempenow, qui avait été conseiller à son mari, l'a servi comme son chancelier et le capitaine[2].

Élisabeth s'est marié à nouveau le 9 septembre 1628, au château de Barth avec le duc François-Charles de Saxe-Lauenbourg (1594-1660), qui était un général de l'armée impériale. Avec ce second mariage, elle a perdu ses droits sur Barth. Cependant, François Charles a persuadé Wallenstein de forcer le duc Bogislaw XIV de lui permettre de garder Barth, jusqu'à sa mort[3].

Ses deux mariages n'avaient pas d'enfant.

Notes de bas de page[modifier | modifier le code]

  1. Joachim Krüger: Zwischen dem Reich und Schweden: die landesherrliche Münzprägung im Herzogtum Pommern und in Schwedisch-Pommern in der frühen Neuzeit (ca. 1580-1715), LIT Verlag, Berlin, Hamburg and Münster, 2006, p. 120 ff
  2. Julius von Bohlen: Die Erwerbung Pommerns durch die Hohenzollern: zur Erinnerung an die vor 50 Jahren erfolgte Wiedervereinigung des ganzen Pommern unter die Herrschaft seines erlauchten Königshauses, Decker, 1865, p. 56
  3. Johann Samuel Ersch: Allgemeine Encyclopädie der Wissenschaften und Künste in alphabetischer Folge, vol. 48, J. f. Gleditsch, 1848, p. 95

Références[modifier | modifier le code]

  • Samuel Buchholtz: Versuch einer Geschichte der Churmark Brandebourg, 1767, p. 490, en Ligne