Agnès Richomme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Agnès Richomme
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
NîmesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Adolphine Germaine RichommeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Œuvres principales

Agnès Richomme, née le à Paris (5e arrondissement), morte à Nîmes le , est une religieuse française, auteur d'ouvrages de spiritualité et de vies de saints. Elle est notamment connue comme scénariste de la moitié des bandes dessinées de la collection Belles Histoires et Belles Vies. Son ouvrage La Belle Vie de Notre-Dame, publié en 1949, a été vendu à 435 000 exemplaires en vingt ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adolphine Germaine Richomme naît le dans le 5e arrondissement de Paris[1].

Son prénom usuel est Agnès, la rectification de son état-civil officiel est faite tardivement, en 1956[a].

Fille d'un employé comptable[2], originaire de Crégy-lès-Meaux[b] et habitant rue Mouffetard dans le Quartier latin[1], Agnès Richomme devient religieuse[3].

Collaboratrice de Gaston Courtois ; premiers écrits[modifier | modifier le code]

Elle est la collaboratrice de Gaston Courtois (1897-1970), le fondateur des mouvements de jeunesse et des revues « Cœurs vaillants » et « Âmes vaillantes », puis fondateur du Bureau international catholique de l'enfance[4].

Comme écrivain, Agnès Richomme se fait d'abord remarquer par ses ouvrages de spiritualité comme Méditations sur l'Ave Maria, publié en 1949[5].

Scénariste de bandes dessinées chrétiennes[modifier | modifier le code]

Elle devient « célèbre dans le monde de l'édition »[3] pour le grand nombre de bandes dessinées qu'elle a écrites dans le cadre de la collection « Belles Histoires et Belles Vies »[3]. La Belle vie de Notre-Dame, le premier ouvrage qu'elle écrit dans cette collection, compte une large diffusion, avec 435 000 exemplaires vendus entre 1949 et 1969[5]. Dans cette collection, elle écrit la vie des principaux saints de l'histoire chrétienne[3].

Ses vies de saint les plus connues dans cette collection sont sur Notre-Dame, saint Louis-Marie Grignion de Montfort, sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, sainte Bernadette de Lourdes, sainte Jeanne d'Arc[3], saint Pierre, sainte Catherine Labouré, le pape Jean XXIII, Sœur Rosalie, saint Bernard. Elle écrit aussi sur les apparitions mariales comme Notre-Dame de Fatima[5].

Ses albums de bande dessinée dans la collection « Belles histoires, belles vies » sont d'abord édités en noir et blanc chez Fleurus, collection créée en 1947[5]. Agnès Richomme publie dans cette collection jusqu'en 1967[6]. Les albums sont réédités chez Fleurus, puis à partir de 1995 par Mame[5] et colorisés à partir de 1994 par les frères Chagnaud[7].

Les albums qu'elle écrit dans cette collection sont accompagnés d'illustrations principalement de Robert Rigot, mais aussi de Giannini, Decomble, Alain d'Orange, Raoul Auger[8],[9],[10].

Elle publie aussi un album dans la collection « Vivants témoins » en 1978, Monsieur Vincent, illustré par Noël Gloesner[11].

Autres écrits, décès[modifier | modifier le code]

En parallèle à ses scénarios de bandes dessinées, Agnès Richomme continue à publier d'autres livres. Elle écrit en 1971 la biographie de son ancien responsable, l'abbé Gaston Courtois[4]. Yves-Marie Hilaire juge cependant que cette biographie n'est pas pleinement satisfaisante pour un historien[4].

Agnès Richomme meurt à Nîmes dans le Gard le , âgée de 95 ans[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages de spiritualité[modifier | modifier le code]

  • Blanc, rouge et or, notre rosaire, Paris, Union des œuvres catholiques de France, 1946 ; rééd. Notre rosaire : blanc, rouge et or, Paris, Fleurus, 1952.
  • Contacts avec le Christ, Paris, Union des œuvres catholiques de France, 1947 ; Contacts avec le Christ, deuxième, troisième et quatrième série, Paris, Fleurus, 1950, 1952, 1953.
  • Méditations sur l'Ave Maria, 1949.
  • Méditations sur le Pater, Edition Fleurus, 1949.
  • Le Chant de la confiance, psaume 90, Paris, Éditions Fleurus, collection Feuillets de vie spirituelle no 19, 1953.
  • Les Dernières paroles de Jésus, Paris, Éditions Fleurus, collection Feuillets de vie spirituelle no 22, 1954.
  • L'Appel au Saint-Esprit, Paris, Éditions Fleurus, collection Feuillets de vie spirituelle no 28, 1955.
  • Louanges mariales, commentaire des litanies de la Sainte Vierge, Paris, Fleurus, 1958.
  • À l'écoute de Notre-Dame, Paris, P. Lethielleux, 1961.
  • « Je vous ai dit », Paris, Fleurus , 1966.
  • En prière avec l'Église chaque jour :
    1. Le Temps de l'Avent et de Noël, Paris et Fribourg, Éditions Saint-Paul, 1966 ;
    2. De la Septuagésime à Pâques, 1966 ;
    3. Le Temps pascal, 1967 ;
    4. Le Temps après la Pentecôte, 1967.
  • Marie contemplée à la lumière du Concile, éd. Saint Augustin, 1968.
  • Dieu révèle aux hommes le bonheur, Paris et Fribourg, Éd. Saint-Paul, 1970.
  • Un prêtre, Gaston Courtois, fils de la charité, 1897-1970, Union des œuvres - Fleurus, 1971.
  • Mamans de tous les temps, Paris, Éditions S.O.S., 1978.
  • Un Ami pour chaque jour : les saints du calendrier, Paris, Éditions S.O.S., 1980.
  • À l'écoute de saint Jean, Paris, Éditions S.O.S., 1983.
  • Marie, mère de Dieu, notre mère, Paris, S.O.S. Éditions, 1986.
  • Béatrice de Silva : fondatrice de l'Ordre de l'Immaculée Conception, une sainte d'hier pour les temps d'aujourd'hui, Paris et Fribourg, Éd. Saint-Paul, 1991.

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées dans la collection « Belles Histoires et Belles Vies », éd. Fleurus puis Mame (rééditions en couleurs à partir de 1995)[8],[9] :

Bandes dessinées dans d'autres collections :

  • Monsieur Vincent, collection « Vivants témoins », Fleurus, 1978[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Elle était prénommée dans son acte de naissance « Adolphine Germaine » (Adolphine étant un prénom qu'elle tenait de sa grand-mère Louise Adolphine Cléret) et ce n'est que le 6 juillet 1956, par un jugement du tribunal civil de la Seine, que son prénom est rectifié officiellement en « Agnès Germaine ». Source : mention marginale de son acte de naissance.
  2. Son grand-père Victor Constant Richomme était instituteur et maire de Crégy.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archives de Paris, Registre des naissances du 5e arrondissement, année 1906, cote 5N 221, acte n° 3286.
  2. Fiche matricule de son père Victor Lespérance Richomme : Archives départementales de Seine-et-Marne, Registre matricule, subdivision de Melun, classe 1893, numéro matricule 69 (cote 1R1188, vue 145 sur 893)
  3. a b c d e et f « Mort de la mère des « Belles histoires-Belles vies » », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le ).
  4. a b et c Y. M. Hilaire, « Prêtres du XXe siècle », Revue d'histoire de l'Église de France, , p. 104-105.
  5. a b c d et e « Bande dessinée », dans Fabienne Henryot, Dictionnaire historique de la Vierge Marie, Place des éditeurs, , p. 60 [extraits en ligne].
  6. « Richomme, Agnès », sur bedetheque.com.
  7. « Belles Histoires et Belles Vies », dans Patrick Gaumer, Dictionnaire mondial de la BD, Larousse, (ISBN 978-2-03-584331-9), p. 70-71.
  8. a et b « Belles histoires et belles vies », sur BD Gest' - bedetheque.com (consulté le ).
  9. a et b « Belles histoires et belles vies », sur bdtheque.com (consulté le ).
  10. « Belles histoires et belles vies », collection éditoriale, BNF 34238269.
  11. a et b « Monsieur Vincent », sur bedetheque.com, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]